Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


Sénégal : Macky Sall, l’incorrigible despote fraudeur au plus haut sommet de l’état policier

Publié par Ahmadou Diop sur 4 Janvier 2014, 21:15pm

Sénégal : Macky Sall, l’incorrigible  despote fraudeur au plus haut sommet de l’état policier

Macky Sall, l’éternel homme des scandales à n’en plus finir, des diamants parmi tant d’autres ou le despote fraudeur sans pudeur, ni vertu, ni scrupules, ne s’encombre d’aucune espèce de décence, accède de façon inattendue au plus haut sommet de l’état policier à son effigie.

Macky Sall, de classe exceptionnelle, le despote fraudeur sans pudeur, ni scrupules au pouvoir depuis mars 2012, au plus haut sommet de l’état sénégalais, de façon étrange, sans bruit, ni fioriture et par des combinaisons politiques savamment orchestrées dans les dédales souterrains, à l’abri de regards indiscrets, le tout par des mécanismes fluctuant sur toute la planète pour arriver par la ruse à ses fins. Macky sall, est à la fois le moteur et le promoteur débridé de l’apr, le parti politique, cliniquement clanique, le plus médiocre de tout l’échiquier politique de la classe politique. Macky Sall est l’homme de l’année 2013. Il est le virtuose de classe exceptionnelle de la médiocrité référentielle des coups tordus d’un despote fraudeur au plus haut sommet de l’état policier. Les mêmes causes reproduisent toujours les mêmes effets regrettables.

Le nullard nègre de service encagoulé, parti de rien, continue de croire pouvoir enfumer éternellement les sénégalais par des mensonges grotesques cousus de blanc. L’arbitraire et la tyrannie servent d’escroquerie d’une gouvernance bancale aux mœurs totalement aléatoires.

Le 31 décembre 2013, après « les wax waxeet » à répétitions, comme si cela ne suffisait pas encore, les litanies de promesses à l’infini à haut débit constituent irrévocablement des couches supplémentaires épaisses blasphématoires, mais les contradictions politiques deviennent nécessairement des offenses supposées de basse facture d’un état totalitaire.

Cet homme là, qui nous dirige d’une main de fer, est passé maître de la délinquance notoire d’un état en déliquescence comme système de gouvernance des pratiques contingentes.

Mais l’immoralité de la salissure au pouvoir s’autorise tous les excès dus à son rang. Toute voix discordante médiatique, ou toute députée ou député ou toute opposition réelle ou supposée est bannie sous la république de la tyrannie et l’arbitraire ; C’est dire que nous sommes bien dans un régime totalitaire, fasciste, qui tourne à plein régime, n’admettant nullement la moindre contradiction palpable, possible sur le même terrain du crime.

Ni Sidy Lamine Niasse, ni Bara Gaye ne peuvent nous démentir, encore moins Aliou Aïdara Sylla, Karim Wade et Cie. Une ignominie d’un opposant fraudeur de circonstance au pouvoir. L’Assemblée Nationale est-elle donc devenue le propriétaire exclusif d’un despote, inculte fraudeur au pouvoir, une curiosité. Pire encore, il passe sous silence les déclarations abrasives et massives de Ndjadder Nelson, qui l’accuse publiquement, sans la moindre retenue, d’avoir reçu des diamants de la part du président centrafricain, Michel Djotodia.

Dans la même interview, l’opposant centrafricain à Paris, en met une couche épaisse, déclare sans aucune ambigüité, accuse Macky d’avoir reçu 3 milliards CFA de Idriss Déby du Tchad lors de la campagne présidentielle de 2012. Pour cela, il dit avoir informé le président français, François Hollande. Est-ce donc un hasard ou une coïncidence pour arrêter Sidy Lamine Niasse, dont l’objectif est de couvrir le scandale de la semaine dernière, parmi tant d’autres ? Macky a-t-il porté plainte contre l’auteur de telles accusations si graves et suintantes ? C’est bien le propre de tout machiavel despotique, digne à l’épreuve des faits têtus.

Cet inconnu, hier, pauvre, très pauvre, tirait nécessairement le diable par la queue et vivait dans les quartiers populaires de la capitale du Sénégal avec sa femme, Marième Faye au foyer, aujourd’hui, multimilliardaire comme son mari, Macky Sall, qui déclare avoir bénéficié des privilèges relatifs à sa position d’ancien premier ministre. Rétrospectives d’une parodie de rupture inédite des paroles dédites « d’un nègre de service »

Le miracle de l’alternance arriva donc le 19 mars 2000. Abdoulaye wade, après 26 ans d’âpres luttes et parfois au péril de sa vie, l’opposant historique le plus redoutable et le plus charismatique du régime d’Abdou Diouf, détrôna, sans coup férir, ce jour-là, le parti socialiste, indéboulonnable, qui régna en maître absolu, sans partage depuis plus de quarante ans. Un coup de maître. Mais derrière le maître, se cachait un deuxième larron insoupçonné, un menteur redoutable, chapardeur beaucoup plus dangereux qu’il n’y apparait, en réalité.

Cet inconnu, dans l’échiquier politique sénégalais, bénéficie allégrement depuis 2001, d’une fulgurante promotion sociale indue avec l’appui de l’extérieur tapis dans l’ombre. Il respire et goutte aux plaisirs du pouvoir comme administrateur de Pétrosen, une, société de droit sénégalais, dont Les Etablissements Maurel & Prom et Orchard sont associés à Pétrosen..L’homme des leurres quitta précipitamment par la petite porte, le poste de président de l’Assemblée Nationale par contrainte à la loi de Sada ndiaye, votée à l’hémicycle en novembre 2008. Après s’être bien enrichi miraculeusement par des chemins remarquablement douteux. Pour gruger les sénégalais, pris comme des gueux, ses amis le peignent faussement sous les oripeaux victimaires.

Depuis lors, de puissants lobbies extérieurs, aux motivations politico-financières cachées, ont réhabilité leur homme, en l’élevant au grade de Grand Officier de la légionnaire d’honneur de la France en 2008, dans les jardins de l’ambassade de la France à Dakar.

Contrairement aux idées reçues, selon lesquelles l’homme du moment a beaucoup plus d’expériences politiques avérées que n’importe quel autre homme sénégalais politique aux diplômes supérieurs, plus soutenus, dans ce pays, de l’indépendance à nos jours : une vaste supercherie grotesque.

L’homme bénéficie de solides appuis extérieurs très solides, tisse à petit feu doux sa toile, dans le monde fermé, ombrageux de la part des oligarchies internationales financières, estampillées : la franc-maçonnerie de chefs d’état africains au fur et à mesure qu’il gravit des échelons dans les nominations incommensurables par l’étourderie de celui qu’on surnomme, le pape du sopi, qui ferma les yeux sur ce qu’on pourrait appeler l’acte suicidaire, qui créa le purgatoire de son propre fils, Karim karim wade, kidnappé dans les geôles d’un despote fraudeur sans pudeur, ni scrupules pour arriver ses fins avec la complicité notoire, tacite de parrains très futés locaux endogènes et exogènes, qui ont bien travaillé avec des mains expertes très groupées pour qu’il devienne, à coup sûr, une victime apparente de l’escroquerie la plus gigantesque de toute l’histoire du Sénégal jamais égalée jusqu’ici. Cet homme là, c’est bien Macky Sall, la vermine, l’escroc notoire, passé maitre des « wax waxeet » bien blanchis. Une curiosité corrodante dans un pays qui se croit être à l’avant-garde de la vitrine démocratique.

A ce jour, Macky Sall, en l’espace de moins de 6 ans, Macky Sall, le président de la république, dispose, aujourd’hui, d’un patrimoine colossal de 8 milliards de francs CFA, ramené au rabais, étrangement obtenu dans des conditions totalement obscures, alors que l’indice de son salaire contrastait parfaitement avec ses richesses énormes, étalées ostensiblement, sans qu’il soit nécessaire d’en piper mot.

Le combat continue !

Ahmadou Diop

Commenter cet article

Archives

Articles récents