Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


« Le bon élève de la francophonie sur la corde atlantiste ! »

Publié par Ahmadou Diop sur 9 Février 2014, 18:55pm

« Le bon élève de la francophonie sur la corde atlantiste ! »

Maintenant, que cela ne tienne, la loge maçonnique, pithiatique tisse sa toile au nom des apparences douteuses ne s’encombre, outre mesure d’aucune moralité, s’accapare ouvertement de tout l’appareil d’état avec la mise sur orbite d’une seule famille paresseuse, pressureuse, qui occupe indûment tous les postes de haut niveau, nonobstant l’abondance stérile de la percussion médiatico-politique.

Une cécité qui contraste avec les grosses cylindrées sorties de terre on ne sait où et comment, en sus des nominations hystériques, ethniques décriées, inopportunes, inutiles et ridicules, comme système de gouvernance obliquée.

Une discorde impardonnable avec des compétences et des expériences, non seulement bidon de la jointure népotique aux relents totalitaires, corporatistes peu éthiques, mais totalement ethniques, très emphatiques. Macky Sall, l’opposant de circonstance, l’arroseur arrosé, l’obscur multimilliardaire, le traqueur des biens mal acquis supposés à géométrie variable, qui fut peint complaisamment sous les défroques victimaires, est manifestement, aujourd’hui, le fraudeur de classe exceptionnelle, dans son piédestal, sous les lambris dorés d’un palais aux patronymes particuliers, dont la trahison à l’épreuve des faits tangibles, ne souffre d’aucune discussion possible.

Les combines politiques des intérêts crypto personnels taillés sur mesure, continuent de créer ce qu’il est convenu d’appeler l’immunité du statut d’impunité du chef de l’état, qui détient par devers, la majorité présidentielle dans un pays étrange et à la renverse.

En vérité, l’entité benno bok yakaar n’est qu’un amas viscéral de groupuscules mafieux, corrompus essentiellement composés de supplétifs, joue son rôle de pantins, tendant à plaire à un despote incorrigible, cliniquement clanique, perché au plus haut sommet d’un état personnalisé jusqu’à la lie.

Manifestement, l’amateurisme sur la Casamance — cette patate chaude, qui nous renseigne éloquemment sur un dévergondage d’un incapable à régler l’éternelle problématique, au point au point qu’il faille nécessairement confier la gestion à Mark Boulware, nommé Conseiller spécial de Washington pour la Casamance. Un scandale d’état d’un régime décrié, le plus scandaleux, qui détient le record absolu de la médiocrité la plus affligeante de toute l’histoire politique du Sénégal à nos jours.

Manifestement, quoiqu’on puisse dire, c’est la faute politique la plus lourde et la plus grotesque d’une ingérence directe dans une affaire exclusivement sénégalo-sénégalaise. Ce n’est plus ni moins qu’une mise à tutelle tempérée sur les plis du piano atlantiste, triomphaliste.

Macky Sall doit rendre le tabler sans condition au nom du peuple sénégalais qu’il continue de trahir chaque jour que dieu fait !

En vérité, la gouvernance de Macky Sall est un banditisme d’état, résulte incontestablement d’une monnaie d’échange d’un nègre de service, qui fut peint sous les oripeaux victimaires. C’est bien la face cachée d’une rançon sur un investissement.

Le combat continue !

Ahmadou Diop

Commenter cet article

Archives

Articles récents