Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


Oumar Sarr sur l’interdiction de la marche de l’opposition : «On parle d’octobre burkinabè, on parlera de novembre sénégalais»

Publié par Ahmadou Diop sur 9 Novembre 2014, 00:50am

L’opposition est déterminée à marcher le 21 novembre en dépit de l’interdiction du gouverneur. Et Oumar Sarr n’exclut pas un «novembre sénégalais» comme un «octobre burkinabè» qui a emporté Blaise Compaoré.

Le Front patriotique pour la défense de la République (Fpdr) aura tenu deux conférences de presse en l’espace de 24 heures pour réaffirmer sa détermination à marcher le 21 novembre prochain «avec ou sans autorisation».

Ce alors que le gouverneur a interdit, selon la presse, toutes les manifestations du 10 novembre au 5 décembre pour les raisons de la tenue du Sommet de la Franco­phonie à Dakar les 29 et 30 novembre.

Les Libéraux et leurs alliés informent avoir déposé leur déclaration auprès du préfet et promettent de défiler sur le Boulevard de la République. Mais d’ores et déjà, le ton monte.

Aux déclarations de Aïda Mbodji de jeudi, le coordonnateur du Parti démocratique sénégalais en a rajouté, hier, une couche. Oumar Sarr a été ainsi inspiré par les événements de Ouaga qui ont poussé Blaise Compaoré à la démission. «On parle d’octobre burkinabè ; on pourra parler du novembre sénégalais», avertit-il.

A son tour, le coordonnateur du Fpdr Mamadou Diop Decroix déclare : «Nous demandons au gouvernement de veiller à la sécurité de ce meeting. Un arrêté du gouverneur n’est pas supérieur à la Constitution. Si la paix sociale est perturbée, que les hypocrites ne viennent pas dire que c’est l’opposition ; ce sera bien la responsabilité du pouvoir.» Le leader de And jëf/Pads précise que leur option n’est pas que «le Sénégal bascule dans la violence», mais prévient que la paix réside dans la reconnaissance de leur droit de dérouler leur manifestation le 21 novembre prochain.

«Si on veut la paix, qu’on nous laisse tenir ce meeting. Ce n’est pas une menace mais une mise en garde. Ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui avaient manifesté lors de l’inauguration du Monument de la Renais­sance et du sommet de l’Oci en présence des autres chefs des autres pays, en déversant leur bile sur Wade et en réclamant son départ. On avait demandé à Wade d’interdire leur marche, mais il avait rétorqué qu’il n’osait pas le faire parce que c’est la Constitution qui leur donne ce droit», rappelle Decroix.

«Macky n’a qu’à agrandir ou augmenter les prisons»
Face aux «rumeurs» qui circulent, faisant état d’une stratégie que mettrait en place l’Etat pour arrêter les leaders de l’opposition à la vieille de leur manifestation, Decroix répond que le Fpdr s’est préparé à toute éventualité.

«Nous sommes prêts pour la prison. Nous disons au président de la République que s’il est dans une logique de combat, il n’a qu’à agrandir ou augmenter le nombre de prisons», souligne-t-il. Les Libéraux et leurs alliés ont esquissé le menu qu’ils serviront au régime de Macky Sall le 21 novembre. «C’est la République des copains, des coquins et des parents», raillent-ils.

A ce sujet Oumar Sarr réaffirme les accusations du Président Wade qui soutenait que Aliou Sall «détient 30 % de l’exploitation du pétrole». «Person­ne ne peut le contester. La société Petro-Tim a été créée avec un apport de 10 millions du frère du Président Macky Sall. C’est une société anonyme, unipersonnelle», précise le coordonnateur du Pds. Dans la même veine, le Fpdr accuse l’épouse du chef de l’Etat, Marème Faye Sall, de «tremper dans le pétrole» de par ses «relations avec l’homme d’affaire Baba Diao». Decroix et Cie comptent aussi faire le procès de «la gestion vertueuse» brandie par le gouvernement de l’alternance 2 qui, selon eux, se livre au «pillage des ressources du pays». Oumar Sarr parle d’appels d’offres qui ont «disparu des circuits d’attribution des marchés».

Alors que Me Amadou Sall entend défendre la cause de Karim Wade au «tribunal» du Boulevard de la République. L’avocat du fils du Président Wade parle de procès «politique» et «de la honte». Il estime que «Macky Sall est en train de faire subir un camouflet à la justice sénégalaise» parce que «95 % des témoins appelés ont le couteau à la gorge». Me Sall de révéler : «Un témoin a été cueilli à l’aéroport. On lui a demandé de charger Karim Wade au risque de ne pas retourner à l’étranger. Alors il l’a chargé.»

Les Libéraux ont promis de réserver un «accueil chaleureux» au Président Wade qui revient de son voyage de Paris le 14 novembre prochain et le Fpdr veut s’ouvrir à d’autres leaders de partis comme Cheikh Bamba Dièye du Fsd/Bj pour son meeting.

amadoumbodj@lequotidien.sn

Oumar Sarr sur l’interdiction de la marche de l’opposition : «On parle d’octobre burkinabè, on parlera de novembre sénégalais»
Commenter cet article

lamine 15/11/2014 16:59

Le poker menteur de Mankeur ou l'art d'être un diplomate du mensonge



« La vérité existe. On n’invente que le mensonge. » de Georges Braque Extrait de Le jour et la nuit

Le poker menteur de Mankeur ou l'art d'être un diplomate du mensonge
L’Etat du Sénégal a acquis en 2009 un terrain ainsi que les droits aériens y attachés situés au 227-235 East 44th Street New york pour un montant de 12 milliards de FCFA .
Obtenir les droits, fonciers et aériens, au même prix, sur ce site aujourd’hui identifié comme prioritaire pour l’extension de l’Organisation des Nations-Unies, est à présent irréalisable puisque la valorisation faite aujourd’hui en 2013 est de 19 milliards FCFA. Au-delà du prix d’acquisition, compétitif, cet investissement a été décidé après l’identification de certaines autres opportunités, tenant notamment à la proximité du siège des Nations-Unies, à la valorisation du projet et à l’amélioration considérable des conditions de l’hébergement officiel, que la clairvoyance commande de saisir.

IL N'ÉTAIT NULLEMENT QUESTION DE VENDRE LA RÉSIDENCE DE L'AMBASSADEUR POUR 9 MILLIONS USD A UN DES AMIS DE MACKY SALL, DE LA BANQUE MONDIALE VIA UNE SOCIÉTÉ ÉCRAN POUR LA REVENDRE 5 MOIS APRÈS À 17 MILLIONS USD . LE COMMUNIQUÉ EST MUET LA DESSUS. ON DEVAIT RÉHABILITER LES 2 PROPRIÉTÉS DE NEW YORK ET WASHINGTON DANS LE CADRE DU FINANCEMENT ACQUIS ET L'ARGENT DISPONIBLE ET VÉRIFIÉ DANS UN COMPTE À NEW YORK.

Sur ce site, notre pays devait édifier « La Maison du Sénégal », projet d’un montant de 27 milliards FCFA dans lequel l’Etat devait consentir un apport sous forme de prêt de 7 milliards FCFA, avec des aménagements modernes aptes à accueillir les représentations diplomatiques, les missions officielles et les cérémonies de la communauté sénégalaise, à la hauteur de la vigueur de notre diplomatie et à l’image de beaucoup d’autres pays africains qui y sont parvenus.

Cet immeuble, qui comporte un auditorium ultramoderne dédiée aux conférences et aux cérémonies pour la communauté sénégalaise ou autre, réserve cinq (5) paliers à l’Ambassade du Sénégal auprès des Nations Unies et les deux derniers étages au Président de la République et à la délégation présidentielle évitant ainsi des coûts d’hébergement et d’hôtellerie tandis que les dix niveaux restants seront exploités par le partenaire contractuel et financier du Sénégal pour la durée du remboursement .

En effet, l’architecture financière préconisée permettra à cet immeuble de contribuer, par son exploitation partielle sur dix étages (B.O.T) et sur une durée de dix-sept (20) ans, au remboursement du coût de l’opération, avant une rétrocession qui achèvera de transférer au Sénégal la pleine de jouissance de sa propriété valorisée, après construction et aux conditions actuelles à la somme de 58 milliards de FCFA, sans compter la mise en valeur du terrain actuellement estimée à 19 milliards FCFA soit 77 milliards de FCFA après achèvement des travaux .

Je veux le dire une dernière fois à MACKY SALL et ses sbires, il est ridicule de faire ses choux gras d’affabulations insensées et grotesques avant de sombrer dans une amnésie de circonstance une fois que l’on a fini de se ridiculiser aux yeux des observateurs avisés.

En effet, comment échapper au ridicule lorsque l’on se permet d’avancer que le terrain devant accueillir la « Maison du Sénégal à New York » a été acheté à 12 milliards FCFA avec sur facturation alors que son évaluation aujourd’hui est a minimum 17 milliards.
Ces affirmations qui fondent, en filigrane des accusations de surévaluation contre les Intérêts du Sénégal, ne sont pas qu’une méconnaissance d’ignorants mais plutôt une entreprise d’intoxication des sénégalais et de recyclage de leur fatigue mais aussi de leurs espoirs déçus en une haine infertile et une excitation morbide.

Oser écrire dans un communiqué qu’un terrain à New York puisse être acquis à des conditions plus avantageuse qu’à Dakar est une mauvaise foi extrême et un manque de respect absolu vis à vis de ses lecteurs et au delà vis à vis des citoyens sénégalais.

Il n’existait, donc, au 30 mars 2012, aucun litige ni aucune controverse, juridique ou judiciaire, relative à la propriété, entière et parfaite, exercée par l’Etat du Sénégal sur ce site.

Concernant le financement, il avait été décidé en 2011 que le gouvernement du Sénégal apporterait sa part d’equity (y compris pour la réfection des propriétés de Washington et de New-york) d’un montant de 7 milliards (environ 15 millions USD) remboursable en juin 2012. Ce montant avait été inscrit dans le budget 2012.

Apres discussion avec le ministre des finances, et compte tenu de la tension de trésorerie, il avait arrêté qu' un hedge fund apporte les 7 milliards (comme pour l’acquisition en 2009) pour le compte du gouvernement et que l’Etat puisse faire le remboursement sur une période de 2 à 3 ans en lieu et place de juin 2012.

Le reste des 55 millions USD pour la construction devrait être apporté par bighorn capital sous forme de BOT. Il était préférable d’emprunter localement les 7 milliards avec une garantie bancaire offshore d’un hedge fund, plutôt que d’emprunter en usd par le biais de bighorn capital compte tenu des risques et des contraintes de transfert de titre de propriété, et des contraintes du FMI.

Ils sont nombreux à vouloir profiter de ces moments d‘inquisition pour dénigrer cette prouesse à réaliser ce financement dans un contexte particulièrement difficile, pendant qu’il est encore temps de crainte de n'avoir à applaudir. Je le dis et je le répète, l’Histoire se fait par les actes posés par les hommes, mais ne se décrète pas, encore moins en un seul jour à travers un communiqué contenant des propos diffamatoires et fallacieux.

Samuel A. Sarr
Ancien Ministre d'Etat
Wadiste Éternel
Almadies, Dakar

lamine 15/11/2014 16:58

Le Président Macky Sall, un accident de l’histoire politique du Sénégal !



Un peuple impuissant est un peuple sans espoir ; les gens désespérés deviennent irrationnels par conséquent peuvent avoir des comportements désastreux pouvant affecter la marche d’un pays ou encore contribuer son instabilité.

Le Président Macky Sall, un accident de l’histoire politique du Sénégal !
Le peuple sénégalais en Mars 2012 était animé d’un grand espoir en élisant Macky Sall. Aujourd’hui ce même peuple crie son désespoir timidement à travers les émissions « wax sa xalaat » « point de vue » et ne cesse de dénoncer les scandales du régime de Macky Sall et de ses promesses non tenues à savoir:

A la place d’une Assemblée Nationale de rupture c’est une Assemblée qui déteste la transparence refusant que l’ARMP fouille sur sa gestion.

La crise de l’eau et les délestages intempestifs de l’électricité encore présent.

A la place de la bonne gouvernance c’est la prolifération des décrets d’avance des marchés de gré à gré, encouragée par le Président lui-même quand il considère que le code de procédure de passation des marches publiques est trop compliqué pour être suivi.

Les inondations et le chômage sont toujours à l’ordre du jour.

L’absence de dialogue politique et social.

L’impasse sur la traque des biens supposés mal acquis (plus d’un an d’enquête sans un seul jugement)

La couverture de maladie universelle lancée en grand pompe mais cachant des

Non-dits (qui ne se limitent qu’à la consultation sans une prise en charge totale du patient)

Le projet de report des élections locales par Mme le Premier Ministre pour des raisons de politique politicienne, une violation flagrante du calendrier républicain.

Face à tout cela le pouvoir fait la sourde oreille avec la complicité du silence de certains hommes politiques membres de BBY. Au regard de cette situation, on pourrait bien se demander si le principal problème du Sénégal n’est pas Macky Sall lui même.

S’il est vrai que c’est Dieu qui choisit par le destin quelqu’un pour diriger un pays pendant une période bien déterminée, il n’en demeure pas moins que le peuple n’a que le Président ou le leader qu’il mérite.

D’aucuns pensent que Macky est la personne qu’il fallait élire, d’autres pensent qu’il fallait choisir un moindre mal. Et pour citer un journaliste Sénégalais de la diaspora qui disait : choisir entre WADE et Macky, c’est comme vouloir choisir entre Peste et Cholera. Autrement dit Macky est-il devenu Président par accident?

Comment pouvons-nous expliquer l‘incapacité du Président à bien gouverner ce pays ?

Pourtant Macky est connu pour son cursus politique fulgurant voire un habitué du pouvoir; mais il ne parvient toujours pas à capitaliser son expérience pour la mettre en exergue au service du pays. N’est ce pas là une contradiction, lui qui parle de « yonnu yokuté »pour le pays ?

Les causes peuvent être multiples mais nous pouvons en citer quelques unes d’ordre politiques :

Macky Sall a t-il le courage de dire non aux lobbies (financiers et autres...) ou à ses alliés qui lui imposent leurs intérêts qui ne sont pas forcement ceux de la nation ?

Macky se préoccupe t-il plus de l’assurance d’un second mandat plutôt que de la réalité que vivent les populations au quotidien ?

Au lieu de s’ouvrir au pays développés acceptant un partenariat gagnant gagnant, il préfère plutôt se retourner vers le pays colonisateur pour permettre à ce dernier de récupérer ses avantages perdus.

A mon avis une telle ambition est plus partisane que nationale car le fruit d’une telle politique ne profite qu’aux ayant parts du gâteau ETAT et développe par conséquent une société d’accaparement mais aussi renforce le creuset entre riches et pauvres.

Par ailleurs quelle lecture faisons-nous de l’adhésion à l’APR, du ministre de la justice ?convictions politiques ou opportunisme au peuple de juger ? Mais une chose est certaine par cet acte posé, le ministre peut bien s’attendre à une instrumentalisation par l’exécutif, chef de l’APR.

Face à tout cela, l’impuissance du peuple se met davantage en relief car il ne se constante à présent que d’une amertume résignation. Mais attention au syndrome de l’Egypte, car une telle résignation peut bien se transformer en une « bombe latente ».Alors prions pour que cette dernière n’explose jamais puisque nous voulons un Sénégal de Paix. Pour ce faire il devient impératif que le Président Macky Sall soit plus réaliste en acceptant de remettre en cause sa vision pour se focaliser avec toutes les forces vives de la nation, sur de nouvelles orientations politiques ayant pour soubassement un projet de société pertinent à l’image du produit des Assises Nationales. Macky Sall doit cesser de perdre du temps en déplaçant les problèmes des populations sénégalaises au lieu de les résoudre.

Quelle honte quand le gouvernement se glorifie de sa dette auprès du « club de Paris » au lieu de bâtir un développement économique endogène en renforçant les (P.M.E) et en modernisant le secteur informel. Il s’agit là d’un patriotisme économique qui permettra de régler en grande partie le chômage d’une part mais aussi cela permettra de s’ouvrir à de nouveaux bailleurs pour la majorité des nationaux afin de dire non au dicta de la banque mondiale et autres institutions financières internationales.

Sachons le bien, ce n’est pas la bourse familiale de Macky (100.000f cfa par an donc 273fca par jour) qui va éradiquer l’héritage de la pauvreté de père en fils comme le disait un conseiller du Président à la télé. Mais c’est plutôt en appliquant le proverbe chinois « au lieu de donner du poisson tous les jours il faut apprendre à pécher. »Il serait plus pertinent de développer des projets pouvant créer des sources de revenue aux enfants de ces familles bénéficiaires de la bourse plutôt que de leur balancer une telle somme chaque année.

Ce n’était pas de l’utopie quand les Assises Nationales disaient qu’il fallait une transition après Wade. En effet si Macky Sall au bout de 3 ans ne parvient pas à faire bouger les choses cela veut dire que le Sénégal va perdre 10 ans dans son développement. Puisque s’il est sanctionné en 2017 nous aurons perdu 5 ans et son successeur aura besoin d’une indulgence de 5 ans pour bien se mettre en place et là encore d’autres 5 ans perdus.

Et si le Président Macky Sall démissionnait au bout de 3 ans en organisant des élections présidentielles anticipées? Ce serait certes une folie pour les membres de son parti et pour ses alliés par contre aux yeux du monde entier ce serait une preuve de patriotisme et d’humilité jamais égalée. Ainsi il marquera pour toujours l’histoire du Sénégal et de l’Afrique à l’image de Senghor et de Mandela. Oui « Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime » (Jn 15,13)

Donc il n’ya pas de plus grand amour que acte de patriotisme que de reconnaitre son incapacité à gouverner le pays et de décider volontairement de laisser la place à un autre compatriote a travers des élections anticipées et pourquoi pas combiner avec les locales de 2014 ?

DENIS NDOUR AIUSA Email: denisndour@hotmail.com

Archives

Articles récents