Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-honneur-liberté-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-honneur-liberté-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Ecrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״


Radio Sunuker présente Emission « Xew Xewi Rewmi » avec Ahmadou Diop du 15 Septembre 2015

Publié par Ahmadou Diop sur 17 Septembre 2015, 20:18pm

Catégories : #politique

Radio Sunuker présente Emission « Xew Xewi Rewmi » avec Ahmadou Diop du 15 Septembre 2015

Autrement dit, Xalissou mal acquis par des élites de pacotille détermine obligatoirement l’issue des parodies électorales et non le produit manufacturé de la conscience citoyenne. Point n’est besoin d’avoir des programmes bien ficelés, puisque par l’argent, les vainqueurs désignés d’avance se jouent dans la cour des braqueurs cartellisés.

 

Et la majorité des électeurs conformistes, tondus, grugés et au garde-à-vous, s’alignent en osmose par leur étourderie massive, collective à l’échelle nationale, suivent machinalement et votent quantitativement pour le pire voleur déclaré. Ainsi, le tour sera bien joué pour créer les conditions obligatoires des lendemains de désenchantement et des gueules de bois.

 

Aussi extraordinaire que cela puisse paraître, l’exceptionnalité de la classe politique des présidentialistes, ne doivent leur envol que grâce à des postes de nominations -tan sa boula nex- se jouent dans la cour des pickpockets de grand chemin.

Dans ces conditions, les parodies électorales, clinquantes ne sont nullement source de vérité des urnes matériellement tangibles, mais incombe à l’argent mal acquis qui est faiseur d’opinions.

 

Lorsque dans un pays pauvre, l’arrogance des grosses cylindrées attentatoires, sorties dans les ténèbres, déterminent l’issue des scrutins de pacotille, c’est qu’en réalité, nous sommes bien dans un monde à la renverse, où l’argent qui coule à flot est entre les mains des braqueurs, reste l’unique et l’inique contra- dictateur.

La presse antipatriotique, partisane, partielle, juge et partie, encordée, actrice, achetable, traitresse, teigneuse, hargneuse, s’autorise tout, qui est arrosée gloutonnement à coups de millions de F CFA, assure hystériquement la promotion des politicards véreux dans l’âme, pris publiquement, en flagrant délit, la main dans le sac, reste aveugle, muette et sourde.

 

L’abondance corrompue, servile, clientéliste, qui se plie bassement, médiocrement, joue nécessairement le service après vente, pour se donner bonne conscience, tend à couvrir les arriérés opaques à des braqueurs si riches par les deniers de l’état, lesquels, pourtant, s’évertuent à s’octroyer, hélas, ridiculement, une virginité d’apparence. Dire que le changement n’aura pas lieu maintenant, n’est qu’un euphémisme.

 

S’il y’'a un premier voleur, prédateur multimilliardaire, désigné par des raccourcis politiques matériellement visibles, il faut bien regarder du côté de celui qui se niche derrère les grilles d’un palais et qui est beaucoup plus riche que l’ensemble des présidents de la république des pays développés.

Le Sénégal, est le temple des politiciens désertiques, voleurs dans l’âme jusqu’à l’abîme. L’argent élit ceux qui nous dirigent d’une main de fer et non point le peuple qui y adhère par conviction aux programmes des richissimes hommes politiques des postes de nomination. Par ricochet et en toute logique, la dictature de l’argent élit par définition les dictateurs.

L’argent du contribuable sénégalais sert de foutoir et de jouissance pour des traitres rats de référence en chair et en os.

 

Un peuple a l’obligation de créer les conditions de sa maturité politique, doit connaître absolument les mécanismes, les enjeux sous- adjacents, électoraux et les aboutissements qui en découlent, a le devoir moral de s’impliquer davantage lorsqu’il s’agit de la chose publique et en tirer toutes les conséquences de son histoire pour forger sa conscience, en votant librement en toute conscience et en toute indépendance sur des bases voulues, pour protéger ses propres intérêts menacés par une horde de vampire, de sangsues, voraces, qui ne pensent qu’à eux et à leurs familles immédiates.

 

Un tel peuple ne doit pas servir de rabatteurs, de bêtes électorales ou de wagons à des parasites coalisés, devenus étrangement si riches par le miracle des raccourcis politiques, qui vivent éternellement aux crochets de la république.

Ce qui intéresse la plupart de la classe politique sénégalaise, en particulier, la république des proxénètes, corporatistes en bande organisée, c’est leurs propres mensonges qu’ils tentent de blanchir en éternelles vérités, leurs vérités devant l’éternel.

 

Ils ne s’intéressent point ni à la vertu, ni la transparence, ni à la vérité. Ce qui les intéresse, c’est leur pouvoir et induire en erreur par des mensonges labellisés tout le peuple, pris constamment pour des gueux qu’on réduit au silence par la force publique.

 

Nafi Ngom, directrice nationale de l`Office Nationale contre la Fraude et la Corruption. L’Ofnac sortie de terre par décret présidentiel est un organisme politique d’état qui dépend donc du pouvoir exécutif, ne nous paraît pas crédible au regard de la morale. Ce n’est qu’un masque de theâtre savamment élaboré, ayant les allures de campagne électorale.

 

L’Ofnac s’aligne aux slogans emphatiques, creux, misant sur un misérabilisme excessif, agit sur commande recommandée du pouvoir d’état totalitaire pour coopter l’électorat sénégalais, présumé candide. Cela fait partie des méthodes fascistes à l’effigie de Joseph Goebbels, ministre de la propagande du Reich.

L’Ofnac qui joue donc le service après vente mouille le maillot, prépare une vaste campagne électorale pour la république des faussaires, des proxénètes, corporatistes sur fond de désinformation d’intoxication, tendant à faire tromper l’opinion nationale, internationale, pour donner une crédibilité et une virginité politique de ce régime népotique, gabégique, moribond, par essence.

 

Certes, déclarer un patrimoine est une chose, mais lorsqu’il s’agit de convaincre les citoyens, édifiés sur la nature d’un conglomérat de sangsues, c’en est une autre. Il faut les déclarer en les étayant publiquement avec des chiffres concrets à l’appui et des éléments concordants de preuves tangibles et de comparaisons, pour justifier les richesses des uns et des autres, en tenant compte de l’indice de salaires. Est-ce donc le cas ?

 

Il ne suffit pas de déclarer et cacher les chiffres réels du patrimoine de chaque ministre. Nous ne sommes point convaincus. Et pour cause.

C’est de l’habillage et du cosmétique, peu séduisants, comme il en existe dans les régimes tyranniques et des mensonges labellisés. Plus les mensonges sont gros, plus ça passe [Joseph Goebbels]. Il n’y a ni moins ni plus.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents