Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-honneur-liberté-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-honneur-liberté-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Ecrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״


Chronique : Croyances mystiques en Afrique : Où va le Sénégal ? Par Ahmadou Diop CPC

Publié par Ahmadou Diop sur 15 Décembre 2015, 21:46pm

Chronique : Croyances  mystiques en Afrique : Où va  le  Sénégal ? Par Ahmadou Diop CPC

Proximité entre pouvoir politique et cannibalisme : mysticismes en Afrique, un crime contre l’humanité. Où va donc le Sénégal ?

En effet, la sorcellerie que l'on croyait révolue des traditions croyances sont plus que présentes en Afrique. C’est une réalité africaine qui est inscrite dans l’ADN de la plupart des africains.

La réussite se conçoit exclusivement par les raccourcis des forces occultes. Quitte même à déterrer des cadavres humains.

Chassez le naturel, il revient toujours !

Les habitudes démentielles des pratiques traditionnelles, mystiques dans les sociétés africaines secrètes constituent immanquablement une régression et un cannibalisme qu’il convient de circonscrire absolument.

Le charlatanisme transmetteur, vecteur des croyances inspirées par la décadence et la secte maçonnique, donnent la mesure d’une entente cordiale entre les charlatans et les élites politiques, complices, pathétiques, clientélistes. Ces faits constituent un secret de polichinelle.

Voilà le sport favori des despotes africains ! Un cynisme profanant exceptionnel à l’échelle continentale africaine. Une honte à laquelle il faut nécessairement y mettre un terme. Cela fait partie d’un terrorisme exponentiel le plus visible parmi les scandales infinis, qu’on ne saurait passer sous silence, sous aucun prix.

A chaque scrutin des pacotilles et des cirques électoralistes, la psychose gagne les albinos, que l’on traque, assassine, telles des mouches comme des gibiers dans la forêt tropicale africaine, dont les organes génitaux sont arrachés et à l’indifférence quasi générale : un crime silencieux contre l’humanité.

Nous sommes scandalisés, outrés, si bien que nous obligés d’inclure dans notre programme politique, bien ficelé, l’interdiction des pratiques mystiques, anachroniques, qui plombent, étiolent nos valeurs traditionnelles.

Pour toutes ces raisons, nous pèserons de toutes forces pour les proscrire et les mettre dans l’arsenal judiciaire, si toute fois , demain, la république retrouvera ses marques et sa civilité, dans un état de droit à l’épreuve des faits; lorsque les sentinelles sénégalaises seront choisies par le peuple pour le peuple et par le peuple. Ce sujet brulant, fait partie intégrante des urgences absolues auxquelles il faut apporter des solutions adéquates pour y apposer définitivement un terme.

En Afrique noire, pour croire pouvoir garder éternellement, la sorcellerie frappe aux portes des palais dans les secrets des dieux par le pouvoir magique des forces invisibles. C’est dire que le mal est beaucoup plus grave qu’on ne le croit. Une réalité socio-culturelle intégrée dans les mœurs africaines, animistes. L’imagination dépasse la réalité et l’entendement. Chez les fétichistes politiques, la gestion par la transparence dans les affaires de la cité n’a jamais été une vertu, mais traduit une mentalité primitive des croyances mystiques que l’on croyait, révolues.

Consultez sans modération le site du gouvernement sénégalais ! Vous verrez donc la liste incongrue des postes ethniques, hystériques, indignes, incommensurables, sans éthique, ni équité, depuis le regrettable soir du 25 mars 2012. Ne soyez pas dupes, ni cardiaques, vous risquez d’en payer malheureusement le prix, car la longue liste non exhaustive, vous heurtera et vous donnera la chair de poule ou une crise d’épilepsie généralisée. Malheureusement , c’est bien ça la rupture de la république des animistes, des ritournelles, des païens et des proxénètes ethniques, terroristes hautement toxiques aux âmes nocives jusqu’à l’abîme.

L’ostracisme à visage découvert des païens  et des animistes coalisés peut-il assurer le salut et la promotion sociale de la république des féticheurs « des Saltigués- Sal-Tigui », version prolongée de la dynastie des Faye-Sall, dont nous avons été les premiers à les décrypter en septembre 2012, au moment où personne n’a osé écrire sur une telle famille paresseuse de naissance .

 

Il a fallu que nous écrivions encore en février 2013, un article intitulé » Gouvernance de Macky Sall : un bateau ivre. Qui donc arrêtera la chorégraphie injurieuse, dans laquelle notre plume s’est corsée de plus en plus aigue et pour dénoncer ce que nous appelons " la dynastie divine des Sall -Faye Gassama et Cie "- à savoir le paradoxe d’un régime partial, suffisant, qui s’évertue librement à les placer ouvertement dans des postes de hautes stratégies, comme si les nominations correspondent à l’aune de la république « apérisée », pour que la sarabande de servitude , encapsulée, non repentie, se l’approprie indignement.

A qui profite le crime ? La pauvreté ambiante autorise-elle toutes les dérives ?

Si l’Afrique est le berceau de l’humanité, le Sénégal bat le triste record d’une société hypocrite, dont l’ignorance par les sacrifices humains, la sorcellerie, les morts suspectes, le port des bagues présagées mystiques, les talismans de toutes sortes, les prédictions envoutantes, hypnotiques, nous donnent la mesure d’une société figée chroniquement atteinte, rétrograde et qui milite en défaveur du progrès . Il va sans dire que dans ces conditions, l’autodestruction d’une telle société fataliste, anesthésiée, hystérique, collectivement suicidaire, arriérée et fondamentalement fermée sur elle-même par son manque d’introspection , ne peut qu’en vouloir à sa tête, car elle rechigne à produire des valeurs ajoutées, à l’instar des autres nations hautement avancées qui ne croient qu’au travail rigoureux par leur matière grise, bien fournie

Mais ici, les compétences présumées, se résument à l’escroquerie appréciable par l’ensemble des esprits docilement dressés en couple réglée. Il ne faudrait pas donc s’étonner, lorsque des élites apocalyptiques, s’accordent et accordent leurs violons, reçoivent nuitamment dans leurs palais et à l’abri des regards indiscrets, des hâbleurs patentés, qu’ils arrosent abondamment à coup de mallettes pleinement craquées de liasses de billets coupés en lots de billets de 5000 et 10 000 Francs CFA. Alors, le charlatanisme et les méthodes illuminées, décriées, repoussantes, telle la ruée à l’or, priment sur tout, créent nécessairement des milliardaires pâteux.

Pire encore, les clients faisant des queux interminables devant les portes des marchands d’illusions, tournent en plein régime, au point que les charlatans « bien bénis » ont donc de beaux jours devant eux

En vérité, le pire malheur qui puisse arriver à un peuple lui-même, complice, c’est lorsque le malheur des uns fait le bonheur des contrefacteurs se frottent les mains.

Sommes-nous maudits à jamais ? La qualité de bon musulman ne rime pas aux pratiques de la cruauté.

les pratiques mystiques séculaires, symbolisées par l’utilisation des organes des albinos, prétendument porte-bonheur ou les déracinements des morts dans les cimetières qui gangrènent les sociétés africaines, sont des crimes imprescriptibles contre l’humanité sur lesquels s’accrochent nos sociétés abâtardies, comme une teigne, jusqu’à la moelle, depuis la nuit des temps, telle une huitre sur son rocher. Cela constitue à n’en pas douter, la clé de voûte indigne des paresseux qui s’enrichissent sur des cadavres humains pour des raisons bassement matérielles.

 

 

Chronique : Croyances  mystiques en Afrique : Où va  le  Sénégal ? Par Ahmadou Diop CPC
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents