Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-honneur-liberté-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-honneur-liberté-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Ecrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״


Radio Sunuker présente Emission «Xew Xewi Rewmi» avec Ahmadou Diop du 12 Avril 2016

Publié par Ahmadou Diop sur 13 Avril 2016, 14:56pm

Radio Sunuker présente Emission «Xew Xewi Rewmi» avec Ahmadou Diop du 12 Avril 2016
Radio Sunuker présente Emission «Xew Xewi Rewmi» avec Ahmadou Diop du 12 Avril 2016
Tout d’abord, constatons les faits matériellement têtus et analysons les rigoureusement ! Depuis l’avénement du triste soir du 25 mars 2012, la particularité des nominations scandaleuses, symbolise la singularité satanique, caractérielle et dangereuse de ce régime avilissant, fondamentalement ethnique de Macky Sall, lequel s’arroge un négationniste, fasificateur, constitue le socle de son magistère estampillé d’apartheid, dans les faits.
C’est quoi donc un falsificateur ? C’est quelqu’un qui falsifie sciemment, altère, dénature l’histoire, les faits, usurpe sa posture, les remodèle à sa façon et s’en proprie, pour tromper et établir sa propre vérité.
Apparemment, quoique l’on puisse dire, par entente directe des non-dits, aujourd’hui, plus hier, la caste politique et militaire (hauts gradés) tous si riches, se sucrent sur le dos de la république, plombent la démocratie et le développement du Sénégal. Cette minorité toute puissante, ploutocratique, militaro-politique, religieuse d’une certaine classe maraboutique bourgeoise et capitaliste cartellisée, qui se tient par le même ombilical, ne défend que leur conscience de classe par la solidarité mutuelle.
Pour arriver à ses fins, l’opportuniste, arriviste, parvenu, , taciturne à l’époque, qui a bien emprunté les mêmes chemins douteux, jadis peint sur des oripeaux victimaires de pacotille, utilise les mêmes recettes , colore sa famille immédiate et privilègie son ethnie, ses produits manufacturés, nocifs, qu’il célèbre, nomme, gratifie, densifie, à des postes de haute stature dans les plus grandes structures de l’état, en leur assurant bassement ipso facto des promotions sociales, taillées sur mesure, avec à l’appui des cv et expériences bidon, gonflés ridiculement et grossièrement corsés, bien embellis, savamment mis en avant pompeusement, alors que tout n’est qu’un amas de rapines, décousu de fond en comble du début à la fin. C’est ça l’habileté d’un falsificateur empesté, né, qui se croit plus futé que l’ensemble des sénégalais réunis.
Et sa bande de servitude, farandole, mercenaire, alimentaire, matelassée, bien attachée, copieusement arroséé par les deniers de l’état, assure le service après- vente des déchets toxiques, se charge abondamment du sale boulot, qui consiste vendre féériquement au public, présumé inculte, les marchandises avariées, de façon à les blanchir vaille que vaille, comme étant des vérités éternelles devant l’étternel, ce qui correspond identiquement aux mêmes méthodes du régime nazi d’Hitler, pour les couvrir à tout prix, en leur attribuant , par ricochet, un caractère légal, transparent, vertueux, sous l’autel d’un miracle baptisé blanc seing de la transprence,-mon œil ! – qui n’est qu’une simple vue, peu crédible. Les mensonges de l’Etat -APR sont devenus, décidément, une norme acceptble dans ce pays étrange et à la renverse.
Nous avons entendu les discours peu glorieux de Mansour Faye, maire de st louis et ministre de l’hydraulique et de l’Assainissement, grommeler piteusement, lorsqu’il occupait le poste de Délégué Général à la Solidarité Nationale : « j’ai des diplômes et suis bien méritant, comme si la méritocratie dans ce pays, se mesure à l’aune des mêmes patronymes substantifs, classés bien distingués, sont les plus compétents, les plus expérimentés que l’ensemble des Sénégalais.
Malheureusement, la majorité des citoyens sénégalais naïfs, n’ont pris jusqu’ci, la mesure de la gravité exceptionnelle de cé régime tortionnairementet totalitairement clanique jusqu’à l’abysse, pour les bouter hors du pouvoir et les réduire au silence.
Sans exagérer, Mamadou sow, colonel, qui franchit toutes les étapes, vaut-il plus que tous les autres officiers-hauts gradés-et à performances égales ou supérieures, pour qu’il ait autant de gratifications et d’égard en l’espace de 4 ans, après l’accession de macky sall, al pulaar au pouvoir en 2012 ?
Lors de la fête de l’indépendance dite de la dépendance d’avril 2016, Mamadou Sow, colonel en septembre 2012, devient subitement, depuis le 1 er juillet 2013-Général de division-chef d’état major des armées- cemga- Général de corps d’armée / (Cinq étoiles), par décret présidentiel.
Le Général est aux anges grâce à la baraka de Macky Sall, qui est devenu le promoteur des manières aléatoires. Selon la vision de la république, des fripouilles, toutes les nominations obéissent nécessairement à des critères cliniquement claniques. Pour dire la vérité, pour avoir sa place au soleil, il faut donc absolument porter des patronymes bien distincts. C’est la régle édictée à l’épreuve des faits. Revisitez sans modération aucune, la liste incommensurable des nominations et vous serez bien éffarés et édifiés sur la nature d’un chef de clan, juge et partie !
Soyons sérieux, courageux et moins dupes, pour rétablir la vérité des faits historiques ! Cette montée fulgurante n’est qu’un écran de fumée qui s’amoncelle.- kuy tague sa mbër dodioum.
Cette compilation tyrannique des décorations magiques en grande pompe,constitue immanquablement le prolongement à propension et en toute logique de la face émergée des nominations aux connotations ethniques- cet enfumage emphatique articulé à la gradiloquence nébuleuse qui en dit long sur une mystification à répétitions d’un magistère aux histoires carambouilleuses, tant les superlatifs et les qualificatifs farfelus sont proportionnels à la marque de fabrique du despote illuminé, qui auréole en termes élogieux, peu crédibles son général, qu’il a crée de toute pièce, comme il existe en Afrique des dictateurs.
Les raisons invoquées : L’argumentaire léger que l’on nous a bien servi, selon lequel cette distinction est une grande première dans l’histoire des armées sénégalaises, pour avoir équipé et modernisé l’Armée jusqu’à hisser le Sénégal au rang de première puissance militaire de la sous-région. Mon œil !
Personne ne peut les nier au risque d’être burlesque, car l’homme décoré, n’est qu’une charpente fabriquée de toute pièce. en toute logique,. Habituellement, dans l’armée, la gratification d’un militaire n’intervient que lorsque si celui -ci est en pleine possession et au top de sa force physique et ses facultés mentales, restent intactes, et non quand il atteint l’âge de 56 ans en 2012 et 60 ans, en 2013, cela apparaît nettement comme étant une molle carcasse. E t C’est suspect. Manifestement la graine avariée ne peut donc produire le contraire et l’effet escompté. « Léguétou kessé Naxout Ay Bëy ».
Les faits probants, qui sont têtus, troublants, établis, parlent d’eux-mêmes. Ce saut rime parfatement avec un ethnocentrisme débridé, sous le magistère bancal, ethnique de Macky Sall.
Rien que du vent. C’est bien l’argent du contribuable,par les emprunts obligatoires et au nom de l’état du sénégal. C’est une façon de dédouaner une nomination décriée, mais cela n’explique nullement pour autant son envol fulgurant, qui résulte incontestablement d’un favoritisme et d’une ruse savamment élaborée pour tromper, croquer les sénégalais et justfier l’injustifiable d’une gouvernance pandémique.
Nous sommes en droit de nous poser des questions légitimes et des interrogations sur de telles nominations qui sont aussi rapides que les éclairs !
Il ne suffit point d’égrener habilement un tableau fallacieux ou d’établir un portrait idylique truffé de tromperies avec des expériences mal ficelées, pour gonfler un parcours enjolivé- qui ne résulte que d’une simple vue de l’esprit, alors qu’au sein de l’armée sénégalaise, il y de jeunes Grands Officiers, indociles, plus guerriers , plus capables, plus valeureux, plus solides, plus calés, qui sont pourvus de diplômes supérieurs, plus soutenus , plus étoffés que l’amplitude ethnique des orientations totalement discriminatoires, alors que tous sont sorties dans les plus grandes écoles de guerres, se taisent par devoirs de réserve.
Décidément, le spectacle permanent, suffocant, continue, pour les beaux yeux d’une gouvernance incurieuse, bancale, compense son incapacité outrancière par ses folies dépensières, tapageuses, inutiles, le tout dans une furie décapante et au nom d’un misérabilismse mystificateur, emphatique et sur fond d’une litanie de contrevérités fumantes à couper le soufle, pendant que les populations, hélas, trinquent, trépassent, sont lassées et laissées pour compte constamment sur le quai, vivent dans la précarité absolue , pataugent, restent les victimes quodiennement frappées par les coups excessifs de la vie chère, qui deviennent de plus en plus intenables, et dont la survie est aggravée par les plans structurels de la banque mondiale et du fmi, qui les maintiennent plutôt dans la misère chronique, galopante, n’ont ni eau, ni électricité, ni la bonne santé.
A quoi servent alors les parades des blindés, sortis de terre, apparemment: restaurés, venus d’ailleurs, on ne sait où et pour quelle missions totalement obscures ? Parlons justement des institutions financières internationales !
Au lendemain de la deuxième guerre mondiale, les accords de bretton woods en 1945 mis sur pied par les vainqueurs, ont permis le développement de la banque mondiale et du fmi- ne sont rien d’autre que des outils de domination ou des entreprises capitalistes,, en bandoulière, constituent incontestablement les prolongements habiles du « colonialisme soft » coûtent beaucoup plus chers aux pays africains francophones- tous alignés, asservis, sattelisés par les même entités expansionnistes- qu(elles ne leur apportent en réalité, alors qu’ielles avaient servi de prétexte pour les aider. Ce qui est clair, c’est que partout où elles interviennent, s’installe et s’étale le marasme social, qui va en pis. C’est la régle. Car le malheur des uns fait le bonheur des autres.
Plus l’Afrique des guignols et des pantins est saccagée, attachée, s’appauvrit davatange, mieux les deux officines internationales, financières, toutes liées aux oligarchies mafieuses, tel un écheveau, se portent bien.
Pis, considérant que la primauté de la force physique infaillible des africains l’emporterait à coup sûr, face à celle des leucodermes par le corps à coprs direct, il fallut donc utiliser des armes sophistiquées, redoutables, imparables par le développement de la mécanique aérienne et sur guidage laser.
C’est efficace et rentable, étant donné que les risques encourus sont très limités. C’est pour cela que Cheikh Anta Diop- la référence par excellence de l’homme noir, la figure de proue, l’emblèmatique scientifique savant, le plus coriace par ses facultés mentales, hors-pair, dont on ne saurait mesurer la capacité extraordinaire, prôner l’édification d’un Etat fédéral continental africain.
Dans «Nations Nègres et Culture », l’éminent Pr Cheikh Anta Diop » y développa son thème favori, qui est toujours d’actulaité. Nous le citons encore : “l’Afrique doit opter pour une politique de développement scientifique et intellectuel et y mettre le prix ; sa vulnérabilité excessive des cinq derniers siècles est la conséquence d’une déficience technique.
Le développement intellectuel est le moyen le plus sûr de faire cesser le chantage, les brimades, les humiliations. L’Afrique peut redevenir un centre d’initiatives et de décisions scientifiques, au lieu de croire qu’elle est condamnée à rester l’appendice, le champ d’expansion économique des pays développés ”.
A L’inverse, les brics libres , indépendants et souverains, à l’endroit et au bon moment, qui ont le réflexe de haut niveau, finalisent parallélement leur spécifique FMI pour leur compte et par la solidarité mutuelle , développent leurs propres économies, bétonnées sur des bases voulues, libres pour assurer leur propre destin, mais ici, nos élites de pacotille satettlisées, préférent s’accorder et s’arrimer bassement sur les escalades massives de l’escarcelle impérialiste, capitalise, divise, clive, pille abondamment, sans état d’âme, recèle toutes les ressources africaines, ce don de dieu, alimente leurs industries lourdes en pleine expansion, renforce, durablement leur hégémonie sur des colonies prétendument indépendantes.
Par Ahmadou Diop CPC
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents