Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-honneur-liberté-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-honneur-liberté-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Ecrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״


Chronique : L’Etat –Macky Sall, pollueur victimaire des leurres ? Par Ahmadou Diop

Publié par Ahmadou Diop sur 27 Septembre 2016, 23:12pm

etat-macky-sall-pollueurQue cache le  prétendu code  de la presse ? Une certaine presse elle-même corrompue et bien   aux attaches de la démocratie  familiale, titre pompeusement  Code de la presse : les acteurs votent l’adoption- ou les acteurs politicards cartellisés et alignés  s’exécuteront   bassement, en votant  une loi scélérate et immorale.

Le Gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple : un tissuthèque de mensonges grotesques.

Et pourquoi ne parle-t-on pas  du code de l’intégrité des politiques ? Evidemment ceux qui  nous  gouvernent d’une main de fer,  ne vont jamais  confectionner  des lois, allant  à l’encontre de leurs propres intérêts mesquins. Le tout répressif  ne doit  concerner que  les citoyens soumis, classés de seconde zone.

A propos de la presse, le regretté, célébrissime, visionnaire  noir américain, Malcolm X, disait  ceci : «  Si vous n’êtes pas vigilants, les médias arriveront à vous faire détester les gens opprimés et aimer ceux qui les oppriment. »

Le prétendu code de la presse  n’est qu’une habileté choquante  pour canaliser les journalistes  récalcitrants dans la trajectoire du régime fasciste. Il ne  s’agit  que d’une rétention  despotique de l’information, de manière  que les citoyens n’aient pas accès à la vérité.

Est-ce donc un hasard  au moment où le débat  sur le pétrole et gaz du  fait rage dans le tout pays,  que l’état d’apartheid veuille faire voter  telle  une loi décousue de fond en comble ?

Tout pouvoir  abusif, pour  être charismatique,  musèle  et contrôle la presse,  est totalitaire par définition.  La liberté  de  presse ne peut être un délit. Pour le faussaire, velléitaire hégémonique, ou le virtuose  de classe exceptionnelle, tout traitement objectif de l’information et la  confrontation des idées par presse, sont automatiquement bannies.

Celui qui  contrôle la presse la presse, contrôle tout  le pays. Tout régime fasciste contrôle  la presse.

Le parlementarisme  au Sénégal n’a plus de sens, ni  un sacerdoce, perd sa raison d’être. L’Assemblée Nationale  godillot  est réduite dans sa plus simple expression  pour n’être que caisse de résonnance et d’enregistrement au service du  régime totalitaire.

Le code de la presse  est liberticide, vise à restreindre d’opinion et la liberté d’expression. Dans ces conditions, le journaliste professionnel  ne peut plus rapporter  la parole des citoyens libres et éclairer l’opinion publique, en particulier sur les affaires de la cité. C’est une violation flagrante  contre le droit de tout peuple et une   confiscation de la démocratie, fondée sur l’arbitraire : une dictature et une ignominie abominable.

Avec Macky Sall, on a tout vu. Plus c’est gros, plus ça passe. Voilà les méthodes hitlériennes !

Autrement dit, le journaliste qui sait, doit se taire, car les interdits  injustifiés pèsent sur sa tête comme l’épée de Damoclès. Un net  recul des progrès.

Élections présidentielles ou familiales A quoi servent les cirques électoraux, face à un voyou et ses souteneurs larbins travestis en vacataires indécrottables ?

La ligne droite est la plus courte. Ne jamais reporter ce qui est bien possible maintenant.

L’opposition a-t-elle vraiment écrit  à manuels pour protester contre les parades  totalitaires du fasciste ethniciste,  ségrégationniste, dont le  délinquant en la personne de  Macky Sall,  s’érige  le maître des céans, se dénomme le  Mussolini local tire  par derrière toutes  les ficelles ?  S’agit-il d’une  commande du  chef de l’exécutif, qui diligente pour jouer les trouble- fête ?

 Vérité,  intox, désinformation  manipulation ?  Tout y est possible.  Mais Malick Gakou dément formellement la conjecturée correspondance.  Qui croire ?  Ce qui compte,  c’est  l’action  matérielle sur le terrain du crime et non des incantations vaines.

Le propre frère du président, Aliou Sall, journaliste de formation,  un inconnu, d’hier, réussit spectaculairement  une prouesse et  crée en un quart de tour la société Petro-Tim Sénégal S.A, quelques mois après l’accession de son frère, élu  président de la république du Sénégal.

Il n y a qu’une seule  alternative : virer le voyou- caïd, notoire,  et le mettre hors d’état de nuire. À défaut,  le mal ira en pis, car le réveil sera brutal et il y aura des gueules de bois quand ce sera trop tard pour croire pouvoir  corriger  le tir.

Macky Sall, un  Président partisan, élu  par défaut et à dépit, instaure la démocratie clanique : Invisibilité du décret  présidentiel pour l’organisation  des parodies législatives, ou  la face cachée  des élections présidentielles parentales  en perspective ?

Alors entre Abdou Latif Coulibaly,  qui se dressait en estocade contre la tyrannie présumée  de la dynastie des wade et Adou Latif Coulibaly  sermonne à voix audible –Takh  Rip.  « Le  protégé »  a-t-il  donc  bu  par inadvertance  le calice  magique  les eaux polluantes de  l’Envoyé Spécial colonial, accrédité à Dakar ?.

Abdou Latif Coulibaly, l’éternel pollueur, brosse son inspirateur sous des oripeaux victimaires.

Cela nous paraît surprenant  et incongru   de la part de quelqu’un  qui  voit le soleil et ne l’admet pas.

Abdou Latif Coulibaly sur la polémique sur les contrats pétroliers : «Un débat volontairement pollué»

Abdou Latif Coubaly, l’éternel pollueur des  charivaris torrentiels à la pelle  contre Abdoulaye  Wade , défend-il vraiment  des valeurs  ou ses propres intérêts crypto personnels, non avoués   ?  L’homme s’est –il  donc  transmué   en  mercenaire machiavel  de la propagande   tyrannique   auprès  de  l’archétypique singulier,  qu’il adule et qui est   étrangement devenu  le  promoteur dans l’art de l’ethnocentrisme débridé ,  du  népotisme ,  de la gabegie  outrancière et des marchés de gré à gré, comme système de mal gouvernance  ?

Le journaliste   change radicalement et curieusement   sa monture  et son fusil d’épaule, fait vent debout contre tous  et  acte  par son inattention,  prend  le  contre pied de ce qu’il dénonçait orbi et urbi hier :  le personnage  extravagant labellise, acte    ipso facto le Népotisme,  le favoritisme,  la Gabegie,  les Corruptions massives   à tout vent, fait abstraction  totale  de l’ anarchie des postes de nominations  qui obéit aux orientations ethniques et  par  des  décrets présidentiels arbitraires à n’en plus finir,  à l’encontre  de  fonctionnaires,  indociles :  manipulations, mensonges grotesques, haine  viscérale, ethnique inouïe, discriminations,  trahisons plurielles, coups bas, notamment  la confiscation totale  sur le pétrole et gaz du Sénégal par Macky sall himself,  dénommé à juste titre l’affairiste Pétain Noir en chair et en os, l’anathème faussement présumé  le parangon de la rupture,  cumule de façon indécente  le poste de président de la république et le Secrétaire Général de l’APR.

La puissance de l’argent  facile en abondance est-elle  donc  la seule  raison  de son revirement spectaculaire à couper le souffle ?   Nous  le croyons dans notre intime conviction.

En vérité, l’actuel président de la république,  estampillé chef de clan,  est pire que son devancier, pour avoir menti  de fond en comble et sans vergogne et sur toute la ligne, en particulier  sur la réduction de son mandat présidentiel de 7 à 5 ans, à laquelle  il s’est déchargé publiquement par ses rapines politiques,  qu’il  prouvées par la parodie référendaire, dont il a l’unique secret.

Chronique : L’Etat –Macky Sall, pollueur victimaire des leurres ? Par Ahmadou Diop
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents