Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-honneur-liberté-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-honneur-liberté-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Ecrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״


Emission "Xew Xewi Rewmi" du mardi 4 Avril 2017 avec Ahmadou Diop: La République Ethnique D’apartheid des Juges et des Procureurs –politicards- Mercenaires.

Publié par Ahmadou Diop sur 14 Avril 2017, 19:02pm

Emission "Xew Xewi Rewmi" du mardi 4 Avril 2017 avec Ahmadou Diop: La République Ethnique D’apartheid des Juges et des Procureurs –politicards- Mercenaires.
Emission "Xew Xewi Rewmi" du mardi 4 Avril 2017 avec Ahmadou Diop: La République Ethnique D’apartheid des Juges et des Procureurs –politicards- Mercenaires.

Qu’on le veuille ou non, nous avons au cœur de l’état sénégalais personnalisé jusqu’à la lie, un Guignol, attardé, menteur professionnel, profanateur dans l’âme.

L’inimitable fourbe, taciturne, voleur, pilleur de nos ressources naturelles, viole, tue, foule du pied systématiquement la démocratie et les libertés de conscience à travers sa presse de servitude et ses juges, ses procureurs-politiques, mercenaires, tous blottis, roulent automatiquement dans son sillage la tête baisse, tels des otages enchaînés, marqués au fer rouge.

Un ramassis de racailles –ripaille ripoux cartellisés en juges, et en procureurs déguisés, sortis de terre d’école on ne sait où et comment se croient plus futés impriment sa marque totalitaire pour les beaux yeux d’un aventurier nous enquiquine, tient vaille que vaille dans une bouteille.

La surabondance nauséabonde surréaliste, tribaliste des Juges et des Procureurs –politicards- Mercenaires qui est au service de la République Ethnique D’apartheid, prend, semble-t-il, le dessus sur l’ensemble des sénégalais, agencés de zone, depuis, hélas, le triste regrettable soir historique du 25 mars 2012 ?

Le Sénégal est-il donc ce Géant Virtuel aux Pieds d’Argile, face à la tyrannie d’un félon, déclaré ?

Alors, face au triomphalisme blasphématoire de la république ethnique des juges et procureurs politicards, mercenaires tous vissés et ligués, il nous incombe d’être debout pour en finir avec eux, si nous assurer notre propre destin sur des bases voulues.

Pour ce faire, nous devons inverser absolument les rôles et changer maintenant et tout de suite le rapport de force, pour mettre un terme définitif à l’insolence de la soldatesque waffen SS, qui est dressée en coupe réglée par le corrupteur, corrompu du haut de son soubassement supposé.

Quoique l’on puisse dire, la brutalité du gendarme colonial nous gouverne habilement par l’entregent de nos élites traitresses interposées de Senghor, à passant par Abdou Diouf, le soldat de la francophonie, jusqu’à Macky Sall, le pire des larbins, estampillé, s’érige la courroie, catapultée, comme le plus fidèle captif de ceux qui ont nous toujours trahis.

En vérité, le Sénégal, notre patrie, qui fut jadis, la terre des Grands hommes d’honneurs Résistants se laisse dominer par un seul homme appartenant à la loge maçonnique, qui le parraine par derrière, en lui donnant toute la logistique nécessaire, dont le but essentiel est de renforcer son pouvoir d’apartheid, , ethnocentrique, intégriste à travers les prétendus accord de défense, qui se déguisent en entreprise coloniale, dans les faits.

La république de la de pacotille, de la Racaille et du gangstérisme réquisitionne pour les besoins du service des juges pouilleux ethniques et des procureurs des bëk nek , qui s’activent bassement sur l’autel des galons, et balisent le terrain au voyou, lequel se donne piteusement une respectabilité imaginaire derrière les grilles d’un palais des fétichistes.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents