Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-honneur-liberté-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-honneur-liberté-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Ecrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״


Tous debout contre l’Engeance Maléfique Ethnique et ses Alliés sataniques ! ( Par Ahmadou Diop).

Publié par Ahmadou Diop sur 26 Juillet 2017, 10:28am

Le jour j inch Allah,  nous demandons tout haut et  de voix audible  que l’ensemble des sénégalais soient  massivement présents  dans les bureaux de vote, en veillant au grain, pour parer à toute éventualité contre la bande des faussaires, agitateurs  arrimés au pouvoir dictatorial  et aux vertus totalement  immorales. 

Qu’on ne s’y trompe guère,  nonobstant le mécréant singulier, qui enfourche son bonnet présagé  musulman,  n'y croit nullement ce qu’il affiche publiquement, si ce n'est pour se donner une conscience de façade, comme tout apostat déclaré, né. Et pour cause, eu égard à son comportement épileptique  envers ses concitoyens  qu’il piétine, écrabouille tous les jours et par l’entregent de ses auxiliaires  de service,  tous détestables, mortifères  jusqu'à la lie.

Dans l’histoire du Sénégal, n’importe ne pouvait accéder au pouvoir. A l’époque,   pour  prétendre  à ce poste, il fallait faire ses preuve de courage et avoir subi des  épreuves d’endurance  et avoir  le courage  et la capacité de résistance, face aux ennemis redoutables,  comme en témoigne la glorieuse histoire  de Lat Dior Ngoné Latir Diop,  qui fut incontestablement  l’inimitable  figure emblématique, charismatique  de toute  l'histoire du Sénégal  par son lignage utérin.

Or, aujourd’hui, l’importation des institutions est la clé de voûte de nos éternelles déconvenues, puisqu’un  tel  pédigrée si bas  de piètre qualité, n’échappe pas à la règle des médiocres de naissance; d’autant plus que le contraire serait d’ailleurs surprenant. Autrement dit, les mêmes causes  irréfragables reproduisent nécessairement  les mêmes effets.

Le 25  mars 2012 au soir, Nous avons  tous commis  à la fois un sacrilège et une malédiction impardonnable, en élisant sur un coup de tête  un monstre insignifiant, dont  l’indécence de par son descendance, rime parfaitement  avec ses  méthodes  fascistes  sur le terrain du crime   Ainsi,  il  va de soi   que tout se tient en politique.

 L’étrange moisissure, qui s’en fout de tout, reste  oublieux, n'en démord jamais,  n’entend pas renvoyer l’ascenseur  à  ceux qui l’ont élu par dépit et à défaut, compte tenu  de leur inadvertance massivement criarde.  

 Pour  ce dernier, qu’importe que  les enjeux soient de taille, il n’en a rien à cirer.  Nous devons tous agir ensemble, et en mettre le prix, puisqu’il  y va de notre avenir et de notre  propre  survie menacée.

Ne  loupons pas le train en marche et  le coche. 

Pour ce faire,  nous devons  faire corps et cause commune pour briser les ailes démesurées de la démocratie familiale, intégralement intégriste, usurpatrice des imposteurs et de leurs valets-  mercenaires tous –alimentaires, mus par des intérêts crypto- personnels.  Il est temps que nous pussions nous réveiller et rouvrir nos yeux, si nous voulons éviter  demain,  les gueules de bois les larmes et du sang.   

Alors,  ne laissons pas divertir et ne soyons  pas dupes, cette fois ci,  mais rigoureux,  pour en finir définitivement avec la bande des fripouilles miséreuses,  qui  se tiennent toutes  en  toiles d’araignées.   Nous avons vu et vécu  pour cause.

 Nous sommes murs et intelligents. Ayons donc  la capacité de discernement et d’analyse, pour défendre et arracher  nos propres intérêts bec et ongles à travers les urnes parlantes. Si nous voulons, nous pouvons changer ensemble.   

 Après cinq de gouvernance lamentablement boiteuse, familiale, ethnique,  le promoteur, nègre de service du népotisme, reste aveugle, sourd et muet,  n’a jamais répondu d’un iota  aux attentes des sénégalais, qui  sont tous déçus par sa conception étriquée sur les affaires de la cité .

L’éternel  changeant  par ses reniements, ses renoncements apocalyptiques,  ubuesques,  suffocants,   reste plus que  jamais  vindicatif, brille dangereusement par ses rancunes ataviques, se décharge, indignement peu à peu et jusqu’ici de ses  promesses électorales  pour lesquelles  il a été élu. Non seulement, l’imposteur profanateur professionnel –menteur dans l'âme, s’est enrichi déloyalement  plus que d’autres,  a mis  à l’abri de tout besoin toute sa famille immédiate, hystérique  et tout  son clan, organise au su et au vu de tout le monde, une parodie référendaire; n’échappe à personne, passe comme une lettre à la poste.

Puisque le  bluffeur de notoire, garde  son mandat présidentiel de 7  à 5 ans,  mais  rempile et  foule sciemment du pied le calendrier républicain, choisit arbitrairement  le mauvais moment des inondations cataclysmiques, à dessein de créer les conditions obligatoires d’un hold-up électoral en continu.

Pour toutes ces raisons, nous ne pouvons  pas nous permettre d’encourir aucun risque supplémentaire, ni commettre une fois de plus  notre étourderie massive à répétitions.  Ce sera davantage une incongruité inexcusable !

 Alors, ce dimanche qui arrive,  restera gravé  dans les annales de  l’histoire.  Un seul choix s’impose, par le vote sanction, contre la gouvernance culturelle. 

Agissons tous ensemble  pour le progrès en continu, de sorte   que la victoire  du peuple  par le peuple et pour le peuple, serve de   catalyseur, pour un   déclic spontané,  généralisé, de teste grandeur nature, en vue d’une  impulsion  dynamique politique,  pérenne, lors des présidentielles de 2019.

Ce n’est  à ce prisme là  que nous  pouvons  mettre un terme  définitif  à la  démocratie débridée, représenté par le conglomérat unitaire,  ethnocentrique des félons, comme système de gouvernance autoritaire.  

 Comme on dit souvent, à  chaque situation exceptionnelle, des solutions exceptionnelles,  adéquates, urgentes, compte tenu du climat délétère, inédit en pis  

Unissons donc  toutes  nos forces pour agir comme un seul homme  par le sursaut  national  et à l’échelle  de la gravité ! Il faut que la victoire soit du  côté du peuple et  non point  du totalitarisme politique, indignement  ethnique d’apartheid,  lequel agit sans éthique, ni équité !   C'est le propre de tout despote incorrigible.

Dés l’ouverture des bureaux de votes  jusqu’à leur  fermeture,  votons massivement  pour l’opposition, et pas  un seul bulletin de vote  voix ne doit  aller en faveur  de la soldatesque maléfique  ethnique,   estampillée waffen SS.

Soyons vigilants pour surveiller les urnes ! Si toutefois  et dans l'hypothèse où  nous constatons  des  manquements, des  fraudes et dieu  seul sait qu’il y en aura  de toute façon à la pelle de la part du pouvoir tortionnaire.  

En ce moment là, terminons le bon boulot,  qui consiste à déloger sans autre forme de procès,  le larbin, le gourou de la mal gouvernance,  qui est au sommet de l’état sénégalais.  puisqu’il n’y aura pas d’autre alternative possible .C’est une question de patriotisme,  de salubrité nationale, d’éthique et d’équité.   L'enjeu en vaut la chandelle.

L’archétypique étrange, qui  s’est bien  métamorphosé piteusement  comme étant le délinquant  en chef  notoire de la république, des caïds et des voyous,   nous gouverne d’une main de fer, nous nargue en permanence,  continue de  mentir,  use et abuse lâchement de la force publique, pour croire perpétuer la terreur, élimine  tous ses adversaires, tue  par devers envers contre tout, toute capacité de résistance et toutes les libertés fondamentales  de conscience indispensables dans un  état de droit.

  Benno bok yakaar, ou  la mascotte baptisée  des vers de terre  – des combinards -mercenaires invétérés,  alignés, attardés  de la pire espèce,  tous des corrompus tondus, ne sont en définitive que des ramassais  incultes, s’arrogent  affreusement  en affabulateurs, inguérissables , défroqués,  non repentis, s’accordent mordicus, et s’accommodent  bassement  par leur  platitude  manifeste, criarde,   à la loge maçonnique,  représenté par le premier d’entre eux, ou  l’homme de la surcharge pondérale, anormale.

Lequel  n’a jamais eu la moindre fibre  d'honorabilité, ne dispose  d’aucune  parcelle de moralité visible, appréciée, si ce n'est sa singularité démoniaque.    

En vérité, cette  prétendue entité, est la tanière  des acrobates serviles,  ne travaillent que pour eux-mêmes et pour non pour les intérêts supérieurs de la nation sénégalaise.

 Pour nous qui  sommes membres actifs  de la Conscience Patriotique pour le Changement au Sénégal- XAM SA REW – BËG SA REW – JARIÑ SA REW, nous avons donné l’impulsion et le tempo pour imposer la volonté du peuple profond, pour changer radicalement et opérer en toute légitimité un changement radical dans le sens des progrès immenses exponentiels, notre  pays et restaurer un état de droit et  une véritable justice impartiale indépendante libre, libérée du pouvoir actuel totalitaire par définition.

 Qui peut compter la  complicité et la trahison  des élites  africaines larbinisées jusqu’à la moelle toutes  alignées par le gendarme colonial ubiquitaire ?

 Le  bradage inacceptable  de  nos ressources, en sus  des détournements massifs des deniers de l’état  par des dictateurs, serviles de la trempe du nègre de service, encombrant, agitateur, constituent, à n’en pas douter, un obstacle majeur au développement de notre chère Afrique sous tutelle, plombe la démocratie  malgré les indépendances formelles de la dépendance dynamique.

 

 L’Afrique des pantins n’honore point ses morts, mais se prosterne affreusement et pitoyablement avec un excès  de zèle, lorsqu’il  s’agit de victimes outre atlantique. Un crime est crime, mais apparemment, les élites traitresses ont une autre approche surannée  sur la question.

 

La platitude de nos politicards fonctionnaires, dont la bassesse est à la mesure de leurs pantalonnades monstrueuses.

 

 Qui peut  énumérer  les éternelles  tragédies incommensurables humaines que constituent les nombreuses cictimes  sur terre et mer, toutes désarmées socialement causées  par la pandémie politique des médiocres de référence que l’on gratifie pour leur manque de patriotisme   ?

 

La mauvaise redistribution arbitraire des ressources naturelles explique l’exode massif des africains, des milliers d’africains, et dont le nombre s’accroit de plus en plus, chaque jour que dieu fait, sont oubliés, lassés, abandonnés ou laissés sciemment pour compte sur le quai par leurs propres gouvernements respectifs, peu vertueux, semblent avoir d’autres préoccupations, abdiquent totalement.

 

En quête donc d’une vie meilleure, qui ne tient que sur du fil blanc, dans l’espoir d’obtenir un paradis terrestre, hypothétique, n’ont d’autres choix que de braver les océans au péril de leur vie, restent à la merci des requins et des passeurs véreux, sont, soit massacrés par racisme, soit morts accidentellement supposés, et ceci à l’indifférence quasi générale de la prétendue communauté internationale, peu réactive, face à ce crime imprescriptible contre l’humanité.

Un comble du comble !

Les enrichissements illicites des politiciens, corrompus, corrupteurs, constituent un réflexe automatique , deviennent de facto , une norme établie, et dont le premier d’entre eux, en l’occurrence, Macky Sall, est à la fois en première loge de la liste des hits parades de la haute finance internationale et le gourou de la secte , s’arroge la qualité peu reluisante de chef des délinquants de la République des voyous et des caïds , y compris, d’ailleurs, tout le reste du gotha de  la classe politique, fonctionnaire en la matière,  se nourrit  exclusivement  de tous de péchés incommensurables, imprescriptibles, ineffaçables, jusqu’à la fin de leur vie.

 

 La maturité politique d’un peuple est toujours proportionnelle au degré de sa conscience et par la compréhension de ses gains, lorsqu’il s’agit des affaires de la cité, pour comprendre les enjeux électoraux et défendre, ainsi, urbi et orbi, ses intérêts légitimes, menacés par une horde en bande organisée de fripouilles égoïstes, coalisées, qui n’aiment qu’elles- mêmes pour leurs propres intérêts mesquins, honteusement crypto-personnels, mal placés

 

Tous debout  contre l’Engeance Maléfique Ethnique  et ses Alliés sataniques ! ( Par Ahmadou Diop).
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents