Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


LE CASSEUR DU SIÈCLE AU SÉNÉGAL PASSE SOUS SILENCE SON MAGOT : « FAITES CE QUE JE DIS MAIS NE VOUS OCCUPEZ PAS DE CE QUE JE FAIS ». PAR AHMADOU DIOP CPC.

Publié par Ahmadou Diop sur 28 Août 2020, 14:47pm

Pour faire beau  et amuser la galerie, la déclaration de patrimoine à grand tapage médiatico-politique  des rapines,  n’est qu’une simple formalité  administrative, surréaliste, qui passe à la poste  n’a jamais un sou : un tissuthèque de charniers de  mensonges cousus de fil banc n’est jamais de l’argent., mais une piètre échappatoire à la mesure de l’incongruité, frisant la démence   Il s’agit d’un enfumage classique et  d’une vaste escroquerie politique gigantesque, compatible à un embrouillamini mystificateur jusqu’à l’abime.   Tout est décousu de fond en comble, car rien ne tient.   Nous avons déjà vu et vécu.    DECLARATION  DE PATRIMOINE : MACKY FIXE UN ULTIMATUM AUX MEMBRES DU GOUVERNEMENT OU  PLUTÖT LE CIEL OUVERT  D’UN CAPHARNAUM  ENJOIIVE D’UN ÉCOSYSTÈME D’APARTEID.  Pour dire la vérité, il  n’y a nullement la moindre lueur tangible, tant soi  peu ou prou.

Qui peut compter sans tomber des nues,les placements  infinis de la famille immédiate, des courtisans, des amis, des obligés, aux cv imaginaires, et auxquels  s’y greffent entre autre,  plus qu’un village entier, portant les mêmes patronymes particuliers visiblement bien sonnants,   occupent des postes de haute stature taillés sur mesure au cœur de la république agenouillée monarchisée, un népotisme injurieux d’un règne le plus scandaleux de toute l’histoire politique du Sénégal de l’indépendance nominale ?

La déclaration de la tartufferie  n’est que  du vent mais le socle d’un banditisme d’état en bande organisée d’un ethnisme débridé en vase clos.  Quand le premier d’entre eux, le bougre de naissance, est le plus mouillé que sa sarabande, il va sans dire que  Tous  Taxrip, tout s’écroule comme un château de cartes.  Point n’est besoin d’ergoter de midi à quatorze heures.  Le flibustier, qui est  fidèle et égal à lui-même,  occulte, par devers son butin,  fait du réchauffé-TANGAL-  sur son patrimoine si colossal,  qu’il réduit au rabais,  fait abstraction  de tout argent liquide,  comme s’il n’a pas de comptes bancaires, alors que dieu sait  qu’il en a et à gogo,  et  à l’étranger, notamment dans les paradis fiscaux et à l’abri des regards indiscrets.   De qui se moque-t-on ?  Qui voudrait-il tromper encore, comme si nous sommes des demeurés ?  Le conseil constitutionnel :  la tanière, le repère  des corrompus,   que j’appelle le symbole de  l’hypocrisie et de l’esbroufe,  une entourloupe, qui est la botte du  Malfrat,   ne peut que se  soumettre et   se mettre au garde à vous, s’exécute, la tète baissée  et les yeux fermés, comme tout le reste des farandoles  corps de contrôle institutionnels, font profil bas, face  au gouverneur, dit  le valet béni oui-oui de l’occident et des intérêts colonialistes.

Le  syndicaliste corporatiste ETHNIQUE,  le coupable MALVEILLANT,  le Magouilleur  désigné, l’ennemi public numéro un, digne de son rang, des postes de nomination TANSABULA NEX,  telle une huître sur son rocher,  n’est pas à son coup d’essai, arrive au pouvoir à  défaut et par dépit, grâce à l’esclandre de son butin. Loin de là.  En politique, l’erreur se paye cash  Comme si rien n’était,  comme on dit,  rebelote, chassez le naturel, il revient au galop. Aujourd’hui plus qu’hier, il tient encore une fois de plus à laver  grande eau ses parjures cataclysmiques empilés les uns aux autres,  et à la place publique devant le nez et à la barbe.  Pour rappel, un  mois  après son investiture à la magistrature suprême, qui  avait fait un grand bruit et défrayé la chronique à l’époque,  Macky Sall, l’inimitable Casseur  du Siècle au Sénégal,  ou  l’hypocrite  prédateur  numéro, clinquant, tonitruant, taciturne,  s’auto flagelle  en qualité de  parangon de la rupture aléatoire,  s’offrit honteusement et  affreusement en spectacle , et dans les colonnes   du   journal  Jeune Afrique  et  on  ne sait  à quel prix,  déclare ceci   par un culot abracadabrantesque : « mieux vaut cacher son patrimoine et ne rien publier ».  

publier ».  

Quelle image  renvoie t-il au peuple sénégalais ?  Une telle déclaration  en continu est synonyme d’un casus belli permanent,  voire un parjure exponentiel. Un aveu de taille qui témoigne  en dit long  sur un monstre incorrigible, et dont la culpabilité avérée, ne souffre d’aucune ambigüité. Plus tard, il : ce qui est bassement légal peut être aussi immoral et abject.

À  l’époque,   pour la  circonstance,  j’avais écrit   un article  publié,  le 26 septembre 2013,   intitulé : «  Macky Sall, pilleur, pyromane et pompier de service » ?  Je m’interrogeais  aussi sur le pédigrée, et  posais  la question suivante : Macky Sall, le pilleur, pyromane et pompier de service peut-il être nécessairement crédible pour créer un état de droit réel ? L’obscur multimilliardaire des ténèbres,  ou l’homme aux mains baladeuses, chapardeuses, le chasseur déclaré de la traque des biens mal acquis, s’autoproclame, complaisamment le chantre de la bonne gouvernance de pacotille.

Un cambrioleur peut-il être crédible au point de se travestir étrangement en imam des leurres ?

Aujourd’hui, plus que jamais,  Je ne prétends pas être un devin, le sujet  reste tout de même d’actualité.  Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous  les ponts. Rien absolument n’a changé  en termes de progrès, de droiture,  des droits de l’Homme, d’éthique et d’équité, si ce n’est le pire, qui va en crescendo.

Au Sénégal, la constitution moribonde,  pensée, élaborée exclusivement  par les mêmes et pour eux-mêmes,  est totalement contradictoire par définition et  au regard de la morale, par son caractère ambivalent, nous bombarde d’un soi-disant  gouvernement  du peuple par le peuple et pour le peuple. En vérité, il  n’y a  jamais eu  ni  de  séparation des pouvoirs, ni d’état régalien, au sens élevé du terme. C’est une   simple vue de l’esprit, qui ne nous engage  nullement. Le parquet, ou le paquet  n’est qu’un jouet de ramassis, n’obéit qu’au doigt et à l’œil du Président-monarque, diligente tout par derrière. Peut-on parler de juges et de magistrats libres, indépendants du pouvoir de l’exécutif,  qui les nomme, est lui-même  juge et partie ?

Le changement n’aura  jamais  lieu tant qu’on ne réformera pas en profondeur le statut d’immunité du président de la république,    qui est source d’impunité, tant que les juges, magistrats, y compris les procureurs, seront nommés par un seul homme,  demeure  en même temps le chef  de parti politique. Pis,  il est membre  et président de la soi-disant  haute magistrature, les gomme  librement en toute circonstance et en toute impunité, quand il veut, comme il veut,  quand le  désire,  par  ses propres  pulsions névrotiques  et sur la base  de ses intérêts crypto- personnels.

L’étrange  personnage, atypique, est-il vraiment un exemple, à la place et à l’endroit,  ou une référence, au point qu’un certain média  d’état hexagonal,  qui  agit sur commande de  qui , bien engraissé, dans le secret des dieux,  nombriliste et paternaliste,  s’arroge faiseur de roi et d’opinion,  se substituant allégrement  à nous, tente mordicus, de sauver le  soldat de la Françafrique, le considère comme étant  l’un des dirigeants les plus influents de la planète entière ?  Comme si cela ne suffisait pas encore, une autre  presse,  propagandiste du même acabit,  reprend plus que jamais du service, prend le relais,  tire à boulets rouges sur  Karim keita,  fils du président «IBK »,  député,   et ses escapades,  a été vu  dans un yacht  en Espagne avec des filles. La même presse reprend celle du  Mali, dépeint un chef de l’Etat ayant contracté la même maladie que l’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade : « Le virus Karim. » Une ambition dynastique qui a contribué à la chute politique d’un père et de son fils – Karim Wade – condamné pour enrichissement illicite et détournements de fonds.   Il y a lieu de parler  de deux  poids et deux mesures et pour cause, selon la tète des clients.

LE CASSEUR DU SIÈCLE  AU SÉNÉGAL  PASSE  SOUS SILENCE SON  MAGOT : «   FAITES CE QUE  JE DIS MAIS  NE  VOUS  OCCUPEZ   PAS   DE  CE QUE  JE FAIS ».  PAR AHMADOU DIOP CPC.

Puisqu’il s’agit bien de cela. Pendant ce temps au Sénégal, elle se garde bien  de piper un seul sur le  « Coronavirus » Macky Sall : père et fils (AMADOU SALL) ,  l’exhibitionniste, cynique,  circule et voyage  avec un  passeport  diplomatique,   cerise sur le gâteau,  en  privé  entre Dakar Et les Emirats Arabes,  portant ostensiblement  Une Rolex  Cosmograph Daytona  or jaune  et acier  tire-l’œil d’une valeur  à 11,3 millions FCFA  peut coûter jusqu’à 18000 euros,  d’après les experts en la matière.  Est-ce donc à dire que la mal gouvernance au Sénégal, sert de rigueur et à quelle fin ? Et ce n’est pas. Je cite Ousmane Sonko, le Leader pastef, le Patriote, un des  dignes fils de notre pays n’y va sur le dos de la cuillère   : “Macky Sall a détourné de l’argent du pays et c’est à son fils de prendre maintenant le relais. Amadou Sall construit des immeubles à Dubaï et je me demande comment un gamin peut avoir autant de moyens jusqu’à construire des immeubles.  Qui n’a pas vu Amadou Sall sortir dans une Lamborghini ? Aussi bizarre que cela puisse paraître, le même média, qui considère que  Macky Sall   fait partie des dirigeants les plus influents,  le protège,  s’érige le  parangon des bons et mauvais points uns et aux autres, fait vent debout, blanchit vertement Amadou Sall.  Ce n’est pas lui, mais un américain, affirme-t-elle mais à  quel prix ?   La question se pose de  façon rationnelle et en toute légitime et pour cause. Et si on parlait d’Aly Ngouille Ndiaye, le ministron de l’intérieur, le  prédicateur-planificateur  de la  comédie électorale de 2019.  Lequel travaille pour que Macky Sall  HIMSELF gagne dès le premier tour. Ce qui est  étrangement  le cas.    Son fils, Ibrahima Aly Ndiaye,  défraie la chronique dans les réseaux sociaux, a   lui  aussi son passeport diplomatique.

 En Afrique et au Sénégal  les soi-disant premières  dames   qui n’ont  pas  eu des fonctions officielles, reconnues,  et leurs enfants voyagent avec des passeports diplomatiques.  C’est la république des passe-droits et des privilèges illégaux.  Les fils de présidents de la république sont  aussi des présidents bénéficient de la sacro-sainte loi de  l’impunité.  C’est pareil pour les  fils de ministres. C’est du pareil au même.  La pratique  usuelle, illégale est  devenue  une norme. Etablie. En revanche, en France,  le passeport est strictement réglementé par décret présidentiel, en exercice, en bénéficie. C’est aussi valable  le  Premier ministre, le président du Sénat, le président de l’Assemblée nationale et les membres du gouvernement pour la durée de leurs fonctions,  Il  est  “à titre de courtoisie” délivré aux anciens présidents de la République, Premiers ministres, ministres des Affaires étrangères et ambassadeurs.

Commenter cet article

Archives

Articles récents