Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


MACKY SALL : FOCUS SUR UN PIRE TRAITRE- PREDATEUR QU’AIT CONNU LE SENEGAL. PAR AHMADOU DIOP CPC.

Publié par Ahmadou Diop sur 21 Décembre 2020, 15:54pm

Je sais de quoi je parle, car je connais le sens et le  poids  des mots que j’utilise. Le mal absolu du Sénégal  veut laver à grande eau ses mensonges et ses moult trahisons. C’est le propre de tout traitre qui le prouve sur le terrain du crime. L’euphorie  du  pouvoir le rend fou.    Et pour cause.

 L’envoyé Spécial Colonial attitré en Afrique et Accrédité à Dakar, c’est Macky Sall, l’arriviste, guignol. Ni plus ni moins.

Alors,  faisons donc  focus sur  la nature insolite  d’un aventurier,  bluffeur, mythomane, qui  s’est transmué peu à peu en  prédateur- bandit  financier de grand  chemin,  opportuniste de classe exceptionnelle, qui  fut peint faussement  sous les défroques victimaires des leurres en 2012, et  ce sous  la baguette  magique  de la référence  propagandiste, mondialiste de l’arbitraire et de la tyrannie- autoproclamée faiseur de  roi et d’opinion. Laquelle était  hier en jointure jusqu’à aujourd’hui avec le vacarme hystérique  de la servilité endogène en place, assure la tete baissée, le service après-vente de la mal gouvernance ” nédo ko bandoum” d’un écosystème en vase clos  d’apartheid.

Derrière le menteur professionnel de son espèce,  se  cache en réalité,   un vulgaire prédateur incurable, digne de son rang, mortifère dans l’âme jusqu’à l’abime,  qu’il n’y paraît,  s’est cyniquement  gloutonné et ce sous l’autel des rapines et des raccourcis politiques TANSABULAEX, a trompé avec prouesse  son bienfaiteur, son ex- mentor, qui  ne se doutait de rien.  Alors comme un taciturne de son rang, il a donc   gravi miraculeusement un par un tous les échelons et amassé un patrimoine immobilier et  une fortune si colossale en quelques années, contrastent parfaitement  avec l’indice de son salaire.

Car celui  qui prétend  faussement  incarner la rupture, fait  le contraire de ce qu’il affiche publiquement, n’est jamais  à l’endroit,  mais  l’envers du décor,  quoique l’on puisse dire,  fait partie des pires traitres dictateurs africains, incorrigibles  à l’échelle continentale francophone, larbinisée.

 Le justicier qui traque, élague un par un, tous ses adversaires politiques,  les cisaille, en les traînant dans la boue, et les réduit au silence sans merci par sa justice politique aux ordres, dispose de plusieurs entreprises d’écran,  est le  véritable propriétaire, en particulier,  la société Agitrans, dont Aliou Sall n’est qu’un prête-nom, parmi tant d’autres à la pelle.   

Pour rappel, selon le journal britannique, bien informé, en 2012, l’homme d’affaires Franck Timis a obtenu deux concessions de gaz et de pétrole. Deux contrats validés par le président sénégalais Macky Sall. La BBCpublie un email de Franck Timis daté de 2014. L’homme d’affaires indique que 250 000 dollars doivent être versés à l’État sénégalais pour payer des taxes sauf que l’argent affirme le média britannique atterri sur le compte d’une société, Agitrans, qui est dirigée par Aliou Sall. 

Les démentis du mongolien, le crocodile, si plastique, qui circule librement en toute circonstance et en toute impunité, et  qui digère sa proie dans les eaux troubles de l’apr,  ne valent rien.  Il y a tellement de scandales suintants qui passent comme des lettres à la poste, au point que l’on ne saurait les  égrener tous .

En vérité, l’écervelé,  se réduit dans son rôle de préfet, qui  s’apparente à une respectabilité de pacotille et qui  se niche  derrière les grilles d’un palais devenu fétichiste,  et se complait  avec  ses trahisons burlesques,  plombe  et durablement  l’avenir de notre pays, en retardant  dangereusement les mécanismes fonctionnels du développement.  Je pèse bien mes mots  Car il  s’agit bien du  politiquement  pathologique  aux  âmes moribondes, est mentalement  préparé pour faire les sales boulots et plaire à ses maîtres blancs, sans remords,  en échange de s’asseoir au pouvoir en toute impunité. 

Pour cela, le flegmatique verbeux versatile et arrogant par ses saccades  et ses ratonnades subversives,  est prêt à tout,  hypothèque toutes les ressources vitales du Sénégal, notamment le pétrole et gaz,  contrôle  la presse de carpette, servile, qui  reste impassible et droit dans ses bottes, est fidèle à lui-même, et  dont intelligence  avec l’extérieur, constitue un euphémisme. 

C’est bien ça la caractéristique  essentielle  du comploteur- soumis traitre et  satanique par définition,  s’accommode  et se complait sous le  triste sobriquet « sous-marin américano-français» qu’ait connu le Sénégal, dirige  le pays d’une main de fer, comme si la terre de la téranga est un legs divin pour lui.

 18 avril 2012  à L’Élysée, face à Nicolas Sarkozy,  le discours de caniveau  du  pire valet  traitre nègre de service en chair et en os  par  ses inepties démentes, nous donne  la chair de poule, ne se discutent plus.

 Tout en étant  au cœur du gouvernement d’Abdoulaye WADE à qui il affichait  une fidélité apparente, tire-l’œil,  cela nous donne une fois de plus  la mesure d’une taupe-pantin taciturne cagoulée,  démasquée,   a  travaillé  et agi  de longues  années et  secrètement de façon souterraine . Nous en avons eu  donc  la  pièce à conviction.

L’ignare traitre vindicatif,  mythomane, franc-maçon, le négationniste autocrate et ses échappées torrides, qui est  très apprécié et  adulé, s’érige  ridiculement  victimaire des leurres,  n’en a cure de ses péchés,  plastronne à Paris, ment plus qu’il ne respire, demeure comme jamais le spécialiste des FAKS NEWS, vend  la démocratie imaginaire et la gouvernance ethnique, allant jusqu’à avoir une familiarité avec l’ex maître du palais de Élysée, son sauveur, qu’il appelle  affectueusement  par son prénom, Nicolas.

Macky SALL et le pacte colonial : 2012. En cas de victoire d’Abdoulaye Wade,  il créerait un   gouvernement parallèle. Alors  que  celui-ci  avait toute la latitude pour le réduire au silence et en charpie, pour atteintes à la sûreté de l’état,  menaces,  déstabilisation aux institutions et troubles à l’ordre public.

 Et le  flibustier, revanchard  mal  placé de son rang  fulmine  sèchement devant Nicolas Sarkozy :   « Le retrait des troupes et bases militaires relevait quelque peu d’un nationalisme mal placé ».

 Un tel énergumène est-il vraiment à la hauteur, qui promettait à grand renfort de publicité  mensongère à travers la planète entière,  pour réduire son mandat présidentiel de 7 à 5 ans, nous a habitués à des faux bonds, gagne à tous les coups, réécrit d’avance  le scenario du film, planifie hystériquement  son score digne de lui par la voie altérée, ne s’encombre d’aucune moralité peu ou prou, change le code électoral pour lequel il a été élu dans d es circonstances exceptionnelles, inédites, par dépit et à défaut ?

 Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts, depuis.  Le calendrier républicain des locales et des législatives est reporté sine die. Pis, le tourniquet entretient le doute  et le  faux suspens en 2024.

Pour les despotes africains, la durée du  mandat présidentiel, ça se discute à la place publique.  C’est donc le cas du fourbe, qui n’a aucune parole.  

Qui peut compter les crimes  physiques,  politiques, économiques et financiers, ne sont jamais élucidés,  et  dont Macky Sall, himself, est le seul comptable devant l’histoire ?  Et la misère chronique, endémique continue plus belle que jamais.

Et  pendant que  l’homme de la surcharge pondérale s’engraisse de plus en plus avec son clan , y compris sa propre famille immédiate,  les jeunes valides, désorientés, désespérés, et à la recherche  d’un hypothétique  eldorado, ou d’un mirage imaginaire, prennent le large au péril de leurs vies, bravent les intempéries, les  terres et les mers, se noient par milliers dans les océans, ne suscitent aucune émotion, si ce n’est les larmes de crocodile, des élites fantoches, dont le minable , est au premier rang des incultes désertique .

  Ce qu’il faut retenir du régime présidentiel, prédateur, c’est son caractère monarchique et ses pouvoirs exorbitants,  blasphématoires, autoritaires, voire totalitaires.  C’est la clé de voûte de la tyrannie.  Puisque le maître absolutiste des horloges y trouve nécessairement une aubaine, met en avant ses propres intérêts, impose ses lois liberticides,  les entérine  via son assemblage de godillot de services et de sinécures,  sont manifestement  sources de conflits d’intérêts et d’escroqueries, pour gouverner en toute impunité.

Mais en  même temps,  il protège aussi  ceux des colonialistes.  Lesquels assurent les accords de défense,  sont dans une certaine mesure, sources d’ingérence directe dans nos affaires.  

En échange, leurs entreprises obtiennent des faveurs et sans appels d’offres, tendant à corriger leurs récessions permanentes du capitalisme international . C’est donc une habileté savamment élaborée.     

 Senghor, le poète de la négritude politique,  paix à son âme, qui a instauré le régime présidentiel prédateur,  est à la base de tous ennuis, qu’on le veuille ou non.

Voila donc un boucanier,  sans éthique, ni équité,  a eu du culot par son verbatim creux et aux discours à  l’emporte pièce,   a été  démasqué, 4 ans plus tôt,  et  pris constamment  en flagrant délit,  à maintes reprises , a été décoré étrangement  de la légion d’honneur française  en  mars 2008, dans les jardins  de l’ambassade de  la France, sans le consentement de l’état sénégalais, et  pour quels services rendus,  s’attache et s’accommode  mordicus  au colonialisme soft, tente de justifier  l’injustifiable, rend l’ascenseur à son envoyeur, par son nombrilisme suffocant.

 En vérité, les prétendus accords bidons  de défense et la soi-disant lutte contre le terrorisme invisible dans le ciel sénégalais dégagé de toute terreur, servent de  prétexte à l’expansionnisme  versus françafrique.

Commenter cet article

Archives

Articles récents