Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


[Afrique-Sénégal]-Abdoulaye wade doit rendre le tablier maintenant et sans condition. Qu’il dégage donc au plus vite !

Publié par Ahmadou Diop sur 28 Juin 2011, 15:21pm

88fcf6681faa95d973a1cdf2b2762693

Abdoulaye Wade avait-il une appréciation erronée de la situation sociopolitique du pays ?

Pensait-il bénéficier du grade de cheikh émanant de Baraka Obama et de Nicolas Sarkozy, pour modifier à sa guise et pour la énième fois la constitution présumée taillable à merci qu’il croit modulable en fonction de ses intérêts crypto personnels ?

Il doit rejoindre impérativement le peloton des Moubarak, des Ben Ali et Cie présentement !

"Bou dara seed na lep tangue", point d’adoucissement d’aucune sorte, tout doit être chaud partout jusqu’à l’extinction totale de la peste bleue. Tout faire pour les sortir de leur tanière et les mettre hors d’état de nuire !  Battre le fer tant qu’il est chaud. Pas de paix dans l’esclavage ! L’action directe sur le terrain conquis par les preuves dans les faits bien établis, vaut mieux que les insanités stériles, n’est-ce pas ?

 A des circonstances exceptionnelles, des solutions exceptionnelles pour déloger le représentant au premier plan  de l’indécence insolente. Aliou sow, ne doit sa posture de caniveau qu’à sa bassesse pestilentielle, l’énergumène gonflé de service zélé sera jugé le moment venu  par les tribunaux émancipés, quand la justice sera libre et libérée des griffes de la malédiction satanique.

L’homme qui est à la tête de l’Etat depuis plus d’une décennie n’est en réalité qu’un monarque déclaré,  comptable  des plus longs scandales infinis, jamais enregistrés jusqu’ici  du pays, n’est jamais un républicain dans les actes qu’il continue de poser, mais un autocrate pithiatique, dictateur dans ses veines.

A ce prisme là, face à un adversaire tyrannique incorrigible, autant donc user  de la réciprocité de  la  règle érigée comme système de gouvernance pour régler des contradictions politiques  afin de l’obliger par la force à sortir de la petite porte peu honorable à la mesure de son impunité pathologique à propension.

 

Farba Senghor, le piètre bouffon servile, sauvé provisoirement par ceux qui utilisent la puissance publique, prenant des ailes, doit savoir que l’échappée belle n’est que temporaire. A-t-il vraiment compris le message pour porter plainte contre Cheikh Tidiane Gadio et Alioune Tine ? Apparemment, il n’a rien retenu de l’histoire. Le récidiviste indocile reprend du poil de la bête. Alors, qu’attendons-nous donc pour le faire  taire définitivement ? L’éternel garnement continue de narguer les sénégalais, alors qu’il est trempé vulgairement dans la boue jusqu’au cou. Surréaliste, ubuesque ! Il faut le voir croire.

Ce qui s’est passé le jeudi noir du 23 juin 2011, est tout simplement historique, cette raclée en pleine figure n’est que provisoirement de la fumée. Un avertissement solennel pour celui qui s’en tête à rester au pouvoir.

La prochaine secousse tellurique emportera sûrement wade et sa bande de sarabande avec toutes les conséquences qui en découleront, si  l’organisateur du cirque médiatique de Deauville, l’éternel nègre visiteur de service à Benghazi sur commande recommandée de ses maîtres ne rend pas le tablier, comme nous l’exigeons, s’il  ne renonce pas clairement et rapidement dans un discours limpide qu’il ne se présentera pas devant les Sénégalais déterminés, unis et mobilisés,  prêts à en découdre sans coup férir, pour le  faire partir par la force, si nécessaire, s’il persiste et signe dans sa volonté suicidaire à briguer contre vents et marées à vouloir briguer un troisième mandat présidentiel  politiquement et moralement illégal pour les élections présidentielles  futures du 26 février de 2012.

Nous avons été trop patients et charitables devant les affronts et les insultes à répétitions d’un créateur de la tribune immonde au point que nous passions pour des moins que rien. Les populations lassées et laissées pour compte se demandaient si elles n’étaient pas de simples sujets crevables à merci et malléables devant les menées subversives de celui qui s’autorisait tout et n’’mporte quoi.

Dorénavant, tout cela appartient à du passé donc. Nous sommes aussi capables et déterminés que les arabes de Tunisie ou de l’Egypte. Wade doit nécessairement s’amender au risque qu’il soit ridiculisé comme un malfrat traîné la boue pour son grade.

Croire pouvoir enterrer et mettre en bouteille tout un peuple en colère debout relève d’une illusion monumentale. Il est donc tant qu’il se ressaisisse davantage, s’il ne voudra pas des déconvenues. Les hommes en kaki ne pourront,  quels que soient les moyens dont ils disposent, en aucun cas, lui ouvrir les portes de l’impunité outrancière. Rien donc ne peut résister à l’ouragan d’un peuple qui détient en dernier ressort, en réalité, tous les pouvoirs lorsqu’il estime que ses droits sont allégrement bafoués par un géniteur s’autoproclamant faussement comme étant l’éternel surhumain, invincible, qu’il a un droit de vie ou de mort sur tout le pays qu’il croit recevoir d’un legs divin. Ce même peuple qu’on croit endormir par l’anesthésie des biceps ripostera le moment venu, contre toute entente, toujours prompt à  relever le défi par la manière forte et à la mesure de l’impunité pour faire valoir ses droits. Ce projet de loi scélérate, antidémocratique était inacceptable au point de vue de la morale. Wade visait donc systématiquement à changer les règles du jeu par sa seule volonté égoïste pour mettre son cancre qui n’a jamais disposé d’aucune légitimité avérée si ce n’est qu’il a décidé tout seul de le mettre dans une posture de complaisance ne rimant nullement avec ses compétences et ses expériences de pacotille. Nous lançons  donc un avertissement solennel au conseil constitutionnel de prendre les bonnes résolutions à ne pas valider la candidature illégitime de l’actuel locataire de l’avenue Roume à Dakar. Dans le cas contraire, il endossera son entière responsabilité devant l’histoire. En ce moment là, la même veine de la rue reparlera et n’ira nullement sur le dos de la cuillère pour le défenestrer par tous les moyens. Le peuple a toujours raison quand il agit résolument et personne ne pourra l’en dissuader, ni pour le contenir.

Nous continuons à le répéter, notre chemin ne peut être que celui de la liberté au nom de notre honneur. . Le "ndiguël" des patriotes libres n’est soumis à aucune écurie confrérique, aux âmes d’acier finit toujours par avoir le dernier mot.

Le retrait du Projet scélérate étant acquis par la force de la rue, passons maintenant à la vitesse supérieure pour terminer le bon boulot définitivement !

 

Ne jamais reporter ce qui est possible aujourd’hui.  C’est une question de salubrité publique. La candidature de wade ne peut être négociable sous aucun prix. Que cela soit clair ! Pour une mobilisation massive, unitaire de toutes les forces progressistes contre le diable !

L’histoire d’un pays est composée d’un agrégat d’hommes, de femmes disposant collectivement de la fibre d’honneur et imbus du socle des valeurs intrinsèques pour défendre les intérêts légitimes de la majorité, lorsque les fondements de la démocratie sont en péril. En définitive, cette histoire glorieuse n’a de sens que lorsqu’elle se passe là où ça se passe à un moment crucial de son histoire. Quand la République est menacée par une horde d’illuminés tendant à absoudre les consciences par la force que leur confère leur posture inventée de toute pièce, nul n’a le droit de se taire par le silence coupable  au point de se compromettre demain, dangereusement dans un cul- de- sac, quand ce sera trop pour corriger le tir.

Debout jusqu’à la victoire totale et finale ! Y en a marre !

Un peuple, un but, une foi. Telle  est la devise de la République. Non, une dynastie, une famille pour la dévolution monarchique du pouvoir !  Pour toutes ces raisons, nous sommes bien obligés de reprendre du service pour dénoncer jusqu’à la dernière énergie l’incurie de notoriété publique d’un régime pestilentiel, pithiatique avec à sa tête un délinquant incorrigible de la mal gouvernance,  pour couvrir ses propres arrières imprescriptibles, en particulier, sa garde rapprochée bien connue de l’opprobre. Nous l’avions déjà écrit depuis longtemps, nous le répétons aujourd’hui et certainement demain, tant que  le château  de cartes n’est pas tombé pour le bonheur des citoyens pris en otages par les apprentis sorciers ne disposant d’aucune moralité probante.

Alors, nous disons, mieux vaut des hommes de poigne, éternels que des vermines éternelles de poubelle inscrites dans les annales de l’histoire.

Vive le peuple Sénégalais ! vive les patriotes Y en a marre ! vive l’opposition républicaine et unie pour la restauration de la démocratie ! Ne touchez pas à notre constitution !

Le combat continue !

A bon entendeur salut !

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents