Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


[Contribution]-26 février 2012-Voter wade, c’est trahir la mémoire collective !

Publié par Ahmadou Diop sur 22 Février 2012, 13:56pm

 

4b6bf4b7987a8ef3f2f4ef45da67d6d2Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Arrêtons donc l’imposture !  L’heure n’est plus aux discours grandiloquents, place maintenant à l’action palpable des sentinelles de la République pour le triomphe de la démocratie !

Voter wade, c’est soutenir le candidat de l’impunité, déclaré persona non grata juridiquement. C’est aussi voter par ricochet pour son cancre. Car Derrière un wade se cache toujours un « ndiomborton ». Le saut de la biche correspond à celui de son faon. Vigilance, persévérance !

Dans les urnes, le bulletin satanique est nul et non avenu ! Entre la peste et le progrès, avons-nous comme seule option la médiocrité ? Entre l’esclavage et la liberté, il n’y a point de compromis.

Pas de scrutin avec Abdoulaye [wade- l’engeance maléfique], mais pas de boycott pour les élections présidentielles de février 2012 ! Ne votons nullement pour l’obscurantisme débridé de la poisse !

Pour un vote massif de l’honneur de la bonne graine, au bon moment et au bon endroit, en l’occurrence, la Coalition Bennoo Siggil Sénégaal de Moustapha Niasse contre l’envers du décor le jour  j avec un « Grand » J.

C’est un sacrilège que de retourner à la pierre taillée, demain ! Le réveil sera brutal. Le péril est devant si nous commettons l’irréparable, quand ce sera trop tard pour corriger le tir !

 Wade a toujours opté pour la violence. Il est bien le représentant de la haine viscérale et le véritable kyste de la démocratie. Tenons-nous le pour dit ! C’est une anomalie du paysage politique de toute l’histoire. Il n’a pas d’alter ego. Serigne Mbacké Ndiaye, l’inculte garnement de service, converti en bouffon indigne, garde-chiourme de l’indécence, le chiot du sénile des balourdises s’offre en spectacle et tente vainement d’arrondir les angles, dans l’espoir impossible de couvrir son maître englué dans le ridicule le plus loufoque.

Celui que nous avons élu en mars 2000, est en réalité, un illuminé, illusionniste autocrate déclaré non-éclairé pour confisquer la démocratie, alors que le même homme hier, en mauvaise posture, déclarait, qu’il ne marcherait pas sur des cadavres pour arriver à ses fins. Le rapport de force prime sur tout. Selon la conception étriquée du despote, les contradictions politiques doivent se mesurer par une police politique de service au gardez-vous. C’est un régime de pugilat et des biceps biscornus de la démesure. Il n’a aucune ligne Maginot. Il n’en démord jamais. Il est fidèle à lui-même. C’est bien dans la nature même de l’être imprévisible et versatile.

L’homme des oripeaux victimaires, imaginaires n’est jamais un démocrate. Mais faudrait-il qu’il élimine tous ses opposants et les sénégalais, pour qu’on le prenne au sérieux ? Depuis qu’il gouverne d’une main de fer, il n’y a que des victimes à l’infini, mais jamais de coupables. Même les coupables reçoivent des promotions sociales. Sommes-nous dans un monde inintelligible ?

 Il s’autorise tout selon ses propres pulsions névrotiques avec le pouvoir. Il a raison sur tout le monde. Quand il punit, violente, c’est normal pour lui, parce qu’il ne fait que du bien.

 Le peuple n’existe point, c’est un sujet corvéable à merci, qui lui doit obéissance et soumission. Dans son for inférieur, il se croit plus croyant que le reste de la population. Sa conception titanesque du pouvoir est monarchique. C’est un malade mental qui ne se rend pas compte de son état déficient. Le pouvoir est divin. Les reniements éternels relèvent d’un mépris abyssal, puisqu’il n’a aucun respect vis-à-vis des citoyens qu’il administre arbitrairement par le bâton. Ce qu’il promet le matin, il le dédit le soir même.

Malgré les appels courtois de la communauté internationale, le tyran, telle une huître sur son rocher, reste sourd, aveugle, muet et inflexible comme s’il pouvait continuer à défier infiniment ceux qui l’avaient élu. L’attitude scandaleuse de l’oppresseur conduit inévitablement à son effondrement programmé, à coup sûr, car à force de trop tirer sur la corde, elle finit par se raidir. L’homme suicidaire sied sciemment la branche sur laquelle il est assis.

Mais il aura beau se donner une puissance apparente, virtuelle, mais tôt ou tard, le peuple debout et en colère, finira par le défenestrer et le mettre hors d’état de nuire. Tout dictateur ne quitte jamais le pouvoir par la grande porte, au contraire, c’est toujours par la manière déshonorable qu’il le fera, malheureusement.

Le propre de tout de tout kleptocrate, c’est de croire qu’il est toujours surhumain, invincible, immortel jusqu’au moment où il est bouté le plus remarquablement du monde. Plus, c’est gros, mieux c’est pour lui, car il se croit investi d’une mission apparente que lui confère sa posture imaginaire. Il est décidé à ne pas déroger à la règle pour sortir de l’histoire comme un vulgaire bourreau.

Il est le seul responsable du soulèvement des jeunes ! L’homme ne change jamais et ne recule devant rien pour arriver à ses fins. Il est pire que machiavel, son inspirateur. Seule une force supérieure à lui peut l’arrêter. Son entêtement irréversiblement pathologique dépasse la rationalité de l’entendement. Cet homme est un complexé historique, dangereux, converti en revanchard hystérique. C’est un personnage atypique de tout l’échiquier politique sénégalais. Le moindre humanisme ne l’habitera jusque dans ta tombe. Il a un cœur dur pire que l’acier massif, qui est à l’effigie de sa statue méphistophélique, érigée sur les collines, face aux mamelles qu’aucun visiteur ne peut manquer sur aucun prétexte.

Le combat continue !

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents