Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


[Contribution]-Abdoulaye Wade doit partir nécessairement par n’importe quel moyen !

Publié par Ahmadou Diop sur 11 Février 2012, 16:27pm

imagesAu prétexte d’encadrer les manifestations légales contre la validation de la candidature immorale de celui qui veut briguer un troisième mandat présidentiel, totalement illégal à tout point de vue, est-il besoin que la police soit lourdement armée ?  

Abdoulaye wade est comptable des tueries massives. Non, nous ne sommes pas d’accord. Si la soldatesque satanique continue ses tirs à balles réelles sur les manifestants désarmés, la réciprocité doit être la seule règle qui vaille. En ce moment là, on verra bien qui aura le dernier mot. L’état délinquant au service du voyou déclaré, doit savoir que wade partira tôt ou tard, à son gré ou contre son gré, en ce moment- là, les zélés convertis en auxiliaires dociles, seront traduits devant les tribunaux décontractés, lorsque la justice sera libre et libérée des griffes acérées du sénile défenestré honteusement. Le Sénégal n’est pas en guerre contre lui-même, mais en légitime défense contre un autocrate satanique hystérique et inhumain.

Les sages du conseil constitutionnel ne sont plus comme tels, car ils ont failli lamentablement à leur mission par les preuves bien matérielles de la charogne, colorées de haute trahison, palpable dont ils ont fait montre, en se pliant servilement et indignement aux ordres sur commande recommandée de la pieuvre répréhensible pour des raisons bassement mesquines et déshonorables, sur fond de manque de courage manifeste.

Le M23 ne doit pas faiblir, au contraire, il doit continuer dans la même trajectoire de l’honneur et reprendre plus que jamais du service pour venir à bout le talon d’Achille de la démocratie. Notre détermination et notre engagement doivent être absolument à la mesure de l’impunité pour faire tomber le bourreau des sénégalais.

Dans le cas contraire, nous retournerons en arrière de 50 ans pour ne plus y être jamais dans l’histoire, parce que nous n’avons pas été à la hauteur par notre couardise collective pour circonscrire les appétits démesurés d’un homme complexé historiquement et qui veut inverser le cours des annales que lui confère sa posture éphémère, fortement programmée.

Les calots bleus à la solde du tyran infiltrent la police et tuent sauvagement les manifestants libres, et pacifiques, conformément à la constitution. Lorsqu’il y a des morts, la police nationale porte le chapeau pour dédouaner les véritables assassins de la vague bleue. C’est bien ça un banditisme d’état qui est inacceptable.

Lorsque des voyous armés sur ordre de leur chef bafouent les règles les plus élémentaires de la démocratie, la réciprocité de la riposte est nécessaire pour répondre au coup par coup par la légitime défense. Quoiqu’il fasse, il partira obligatoirement par la petite porte. Abdoulaye ne peut pas participer aux élections présidentielles du 26 février 2012, même si le conseil constitutionnel, par  cynisme, a validé une candidature monstrueuse. Nous disons que cette décision ne résulte d’aucun droit, mais plutôt d’un parjure, parfaitement passible de la cours d’assises.

La démocratie ne peut se mesurer à l’aune des intérêts exclusifs d’un moribond, disqualifié, politiquement, juridiquement et surtout moralement et qui se croit plus fort que ceux qui l’ont mis là où il est.

Wade n’est ni immortel, ni surhumain, encore invincible, car il ne compte que sur la force publique pour résoudre les contradictions politiques par la ruse et les manières indécentes, bien connues, c'est-à-dire les charrettes funèbres infinies et insoutenables. Il est donc tant d’en finir avec celui qui est considéré comme l’ennemi public. Nous sommes en danger si nous le laisserons faire, car demain, sera bien  pire et il sera trop tard pour corriger le tir.

Pas de boycott mais pas de scrutin avec Abdoulaye Wade !

Tous debout contre la candidature du recul !

Croire pouvoir mettre en bouteille tout un peuple debout et en colère relève d’une illusion monumentale !

Debout les Sénégalais ! Debout le vaillant peuple ! Debout la Diaspora sénégalaise Debout les amis du Sénégal pour mettre  hors d’état de nuire, Abdoulaye wade et son clan  de piètres bouffons, transmués en farandoles, dont la compétence et la promotion se mesurent au degré de leur indécence et de la bassesse bien connue.

Qu’il  dégage au plus vite possible !  L’impunité ne peut se vendre dans ce  pays libre, souverain et indépendant. Qu’on se le dise pour dit ! Notre exigence n’est pas négociable sur cette question fondamentale.

Entre la liberté et l’esclavage, il ne peut pas y avoir jamais  de compromis !

Point de répit, ni de trêve au péril de notre vie !

La lutte continue jusqu’à la victoire finale et totale, concrétisée par une défenestration de celui  qui sortira, désormais par la petite porte !

Ne jamais reporter ce qui est possible aujourd’hui. Périr ou en finir avec l’autocrate déclaré, non- éclairé ?

Le combat continue !

Commenter cet article

Archives

Articles récents