Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


[Contribution]-En politique, est-il besoin d’afficher sa congrégation religieuse ?

Publié par Ahmadou Diop sur 14 Février 2012, 14:29pm

L’islam est-il donc un exutoire pour s’enrichir par la ruse ? La tabouisaton du sujet est telle que personne n’ose s’y aventurer au risque de perdre des élections ? Le politicard doit préserver son indépendance d’esprit, quitte même à perdre des voix pour son honneur. Mais faudrait-il qu’il y ait quelqu’un  qui casse les œufs pour faire de la mayonnaise ?

Nous sommes dans l’hypocrisie et la nuit. Vouloir fonder une société sous de faux postulats, c’est assurer et garantir les conditions d’un peuple abâtardi, fataliste, condamnable et condamné autour de fausses valeurs du recul, sur fond inavoué de mystification et pérenniser l’injustice.

Aussi longtemps que nous resterons cramponnés comme une teigne dans cette optique, la démocratie ne sera qu’une illusion, car la filouterie de la boîte de pandore trouvera toutes les ressources nécessaires pour rester au pouvoir, au détriment de la majorité corvéable, abonnée dans la pauvreté absolue, qui se nourrit d’eau fraîche et qui tire le diable par la queue, si elle n’emprunte pas les océans au péril de sa vie,  tandis que le reste, pompeusement spirituel, minoritaire au nom d’Allah, cajolé, bien gloutonné, aux intérêts réciproques par osmose avec le pouvoir temporel des combines politiciennes, vivra dans une opulence insolente.

Où a-t-on vu la moindre lueur démocratique dans les sociétés prétendument croyantes ? Il n’y en a pas. Nous défions quiconque de nous apporter la moindre contradiction sur cette question qui fâche.

Notre voix inaudible est diluée par le vacarme titanesque du panurgisme ambiant. En politique tout comme  la spiritualité, cette vue de l’esprit, l’entrisme est le même pour se tailler la part du lion.

L’escroquerie  est consubstantielle à l’obscurantisme. Nous ne sommes pas dans un état de droit, mais celui d’un clientélisme débridé, délinquant, en déliquescence dans lequel le citoyen est jugé pour ce qu’il est socialement, d’où la tyrannie à l’état pure, dans les mêmes faits palpables.

Les plus forts font n’importe quoi et rien ne peut leur arriver quoiqu’elles fassent de plus répréhensibles, alors qu’à l’inverse, le damné est  dressé, muselé comme une carpe pour son grade, s’il n’est pas violenté à l’indifférence quasi générale. Qu’on le veuille ou non, nous sommes dans une société léthargique, inintelligible et nous perdons nos repères, sans que personne n’ose lever le petit doigt pour dénoncer ce qu’il est convenu d’appeler une société en décadence à deux vitesses. Le ridicule ne tue plus dans ce pays qui ne se reconnaît plus dans ses propres valeurs historiques. L’argent à tout prix est devenu un idéal et quels que soient les moyens pour l’obtenir. Si nous continuons dans cette trajectoire suicidaire, ce sera une société en implosion.

Que vient faire la liturgie religieuse sur la chose publique ? N’est-ce pas là les preuves matérielles de l’imposture apparentée à la tyrannie comme si nous sommes dans une « républicanisation » islamique des esprits à connotation confrérique tendant à pérenniser l’obscurantisme ? Non, arrêtons le cirque et les insultes et les cultes de personnalité qui n’ont pas lieu d’être, si ce n’est pour se sucrer sur le dos de l’islam.  Les litanies des leurres et des supercheries n’ont que trop duré. Place maintenant aux vrais débats politiques pour mettre notre pays à la vraie démocratie des idées au service de l’action et non point un charivari indécent du recul ! Il faudrait qu’on nous dise dans quelles sourates, versets, Serigne touba, El haji malick, khali madiakhaté kala, écrivent que l’enrichissement au nom de l’islam est licite ?

Nous sommes bien dans une société régie par la loi de la puissance de l’argent où les valeurs d’antan sont reléguées au second plan. Les hommes d’une certaine stature politique, qui s’agenouillent vulgairement en prêtant allégeance sont des traîtres de premier plan de la république humiliée, agenouillée et vassalisée. Leur soumission n’est que de façade pour tromper le citoyen pris pour un gueux.  Ils ont abdiqué, s’ils sont incapables de résoudre la problématique de leurs programmes politiques mal ficelés et demander conseils aux hommes de l’abondance des chapelets, qu’ils démissionnent donc de leur posture et rendre le tablier, aux vraies sentinelles libres et décolonisées ! L’anomalie de la démocratie est au cœur d’une certaine nomenclature imaginaire de la charogne des verbiages creux.

Le combat continue !

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents