Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


[Contribution]-Et Abdoulaye Bathily, dans tout cela, la cheville ouvrière de l’opposition : l’éternel oublié ?

Publié par Ahmadou Diop sur 24 Novembre 2011, 11:38am

4Reparlons donc de l’homme, le plus intègre de tout l’échiquier politique. Nous avions déjà parlé de lui, mais cela ne nous paraît pas suffisant. Nous remettons donc le même article qui suit :

Qui est-il vraiment ? Ancien pensionnaire de l’institution, bien connue, un établissement que nous connaissons, pour y avoir été comme Enfant de Troupe, portant le célèbre nom du Gabonais, Charles N’Tchororé, le prytanée Militaire de St Louis du Sénégal, dont il a été exclu et enroulé de force dans l’armée Sénégalaise, il se présenta en candidature libre au baccalauréat qu’il réussit. Auteur d'une thèse sur le royaume de Galam, soutenue à l'Université de Birmingham en 1975, il est actuellement professeur d'histoire moderne et contemporaine à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar et Secrétaire Général de la LD.

Il a été ministre de l'Environnement dans le gouvernement d’Habib Thiam, ministre de l'Énergie et des mines dans celui de Moustapha Niasse en 2000, puis vice-président de l'Assemblée nationale.

Alors, il est tant de parler d’un symbole que personne n’ignore dans le gotha politique.

Une icône qu’on ne présente plus aux sénégalais. Car parler de la grandeur d’un leader de la trempe de son espèce, est une chose, mais le défendre, c’en est une autre, mais lorsqu’il s’agit d’une qualité rare telle que lui, c’est peut être un plus dont le blason et le bilan restent incontestablement excédentaires. C’est le moins qu’on puisse dire, au point de vue de la morale. Il ne s’agit pas ici d’un portrait idyllique, ni d’une invention sur une légende, supposée, tant s’en faut. C’est tout simplement une vérité absolue jusqu’à preuve du contraire. Le citoyen sénégalais est très critique sur les comportements de certains chefs de partis plus où moins mouillés lourdement dans des affaires rocambolesques, à un moment de leur existence, quand ils occupaient des postes de responsabilité politiques, mais lui, peut-on, pour autant, le mettre dans le même registre ? Nous ne le pensons pas. Nous ne faisons pas du prosélytisme, soyons clairs ! Ce n’est pas notre vision des choses. Il ne s’agit que de dire la vérité, rien que la vérité pour éclairer la lanterne des Sénégalais sur les intentions et l’amour d’un homme au service de son pays. Non plus, nous ne faisons ni de la gymnastique intellectuelle, en versant dans une litanie d’élucubrations fumantes, tendant à semer la diversion au sein de benno, l’espoir de demain aux prochaines échéances électorales, présidentielles et législatives.

Un homme à part dans l’échiquier politique du Sénégal. Un homme humble et de retenue, aux âmes bien nées, contrairement à certains que nous n’avons pas besoin de citer ici. Il ne se renie point, ni mange dans tous les râteliers. Il est au diapason des intérêts vitaux de la république quand celle-ci est menacée par une poignée d’imposteurs habiles à l’habillage trompeur. La moindre fausse route n’a jamais été décelée chez lui de près où de loin. Un bon cru comme diraient les Bordelais. Un bon capitaine qui mène les troupes à la victoire finale, tant que nous comptons sur lui. Il est et restera la cheville ouvrière de l’alternance dont il a été un élément capital de ceux qui sont bien perchés là –haut tout haut, et qui promettaient plus qu’ils n’en faisaient dans les faits, lorsqu’ils sont aux manettes. Aucun doute sur ce point. Les avis sont unanimes sur ce point. La moindre contradiction ne puisse nous être apportée sur ce point précis.

Nous sommes bien au cœur de l’opposition des tripes, oui l’opposition de gauche, aux bras d’aciers, celle qui dit non, quand il le faut, celle qui n’a rien à se reprocher, depuis qu’elle a été virée du premier gouvernement de l’alternance, excellant dans les galéjades, qui a voulu ternir son âme, a claqué la porte par conviction. Oui, cette opposition, vectrice de progrès, dirigée par le même homme, cet homme là, vous le connaissez, sûrement, pour son engagement indéfectible pour le pays, regardons donc autour de nous, il ne passe pas inaperçu, un solide gaillard à la tête bien pleine, dont on n’achète pas la conscience. C’est bien cet homme là d’honneur dont nous avons besoin pour mettre la démocratie sur les rails, cet homme du refus, un archétype du microcosme politique, non moins, convainquant par son franc-parler, intransigeant avec ses valeurs, mais comme au Sénégal, le vote n’est pas totalement politique, ni éthique, mais plus plutôt régionaliste, sectaire, ethnique, par essence , dans une démocratie biaisée, comme toujours, il ne peut dépasser ce faible score, que nous savons, à moins que cette fois –ci, on corrige le tir pour en remorquer le profit, général, pour le bonheur et l’avenir du pays, cet homme là, est bien Abdoulaye Bathily.

Il est passé maître de l’éthique morale de la République, un homme aux idées sûres et fertiles, au passé comme au présent actifs. C’est donc un homme d’honneur de conviction dans sa nature et ses tripes, pouvant faire la différence dans ce pays là où les rats foisonnent à tout vent. Il ne fait pas de la dentelle, car c’est un factionnaire de principe, quand les autres sont transmués en serpents venimeux, jetant leur venin mortel sur des innocents, refusant d’être étrillés par la vague bleue et de la part du gain facile, toujours prompt à mener le Sénégal vers des lendemains meilleurs que ce nous avons connu jusqu’ici. Il a une crédibilité plus forte, plus tenace que tout autre. Il a fait l’armée et il sait ce que c’est. Il a souffert et souffre de l’ostracisme ambiant. Si la droiture menait directement au palais, il y a fort longtemps qu’il y soit. Aucun démenti probable, cinglant ou probant ne viendrait nulle part, même ses adversaires les plus tenaces ne pourraient apporter la moindre faille, pouvant contredire nos propos sur cet homme aux compétences prouvées, à moins qu’ils soient de mauvaise foi dans leur nature. Nous pouvons changer avec lui, changeons donc pour un Sénégal qui gagne, triomphaliste et prometteur ! Voilà pourquoi nous avons choisi notre camp, celui du progrès pour un Sénégal meilleur dans son avenir !

Le combat continue !

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents