Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


[Contribution]-Idrissa seck : un étrange probable quatrième président de la République avant l’heure !

Publié par Ahmadou Diop sur 11 Novembre 2011, 12:25pm

idrissa seck

Aussi  étrange que cela puisse paraître -7 mds de nos francs- 24 [4 x 4] pour une campagne électorale, relèvent  assurément d’une  vaste escroquerie  jamais égalée pour un pays si pauvre. Finies donc les campagnes électorales ringardes, clouées aux vestiaires, place, désormais, aux spectacles  déshonorables, acadabrantesques, à débit illimité, ne souffrant d’aucune ambigüité. Où le farfelu de la tromperie à grande échelle est bien à la mesure de l’indécence titanesque. Circulez, il n’y a rien à voir !

Il n’y a pas de fumée sans fumée. Il ne s’agit pas d’une quelconque diabolisation entretenue par des esprits mal intentionnés pour nuire le diable du déshonneur. Il est mouillé dans la boue jusqu’au coup quelles que soient les apparences qu’il affiche faussement pour se donner une respectabilité qui n’existe pas. C’est une vérité historique, palpable qu’on ne saurait nier sous aucun prétexte. C’est un euphémisme de dire  que les faits parlants dépassent même la rationalité de l’entendement. Les moyens mis en œuvre riment éloquemment avec l’homme démesurément ambitieux qui ne recule devant rien pour arriver à ses fins.

Un conte de fée qui en dit long sur le comportement ubuesque du personnage abonné aux dénégations  de caniveau, aux odeurs de boules puantes. L’homme  nous a toujours habitués aux niaiseries infectes dont il se couvre, tout en donnant lui-même les preuves matérielles de sa culpabilité avérée dans les faits têtus.

Qu’il s’agisse de Moustapha Niasse ou de Tanor Dieng, curieusement, catalogués de tous les pêchés d’Israël, celui qui se présente, aujourd’hui, comme étant le quatrième probable président de la république reste bien pire, si d’aventure, il sera élu.  Il ne sera jamais le serviteur qu’il prétend être, mais un serveur de l’imposture. Voilà la réalité.

Donc le cas de Niasse et de Tanor n’est qu’une broutille, un exutoire indigne savamment orchestré par rapport au spectacle ahurissant qui se déroule sous nos yeux. Ayons le courage de dire les choses telles qu’elles sont et non pas qu’on voudrait qu’elles soient, en les maquillant sans vergogne.

Le leader de Rewmi pense qu’il serait au lendemain des élections de 2012, suffisamment occupé à redresser le pays qu’il n’aura pas le temps pour s’adonner une chasse aux sorcières, sermonne-t-il à un journaliste. Pour être président de  la république  en Afrique, suffit-il d’être né  de la bonne étoile ? Tenez-vous le pour dit. Un fait inédit. Pour la première fois dans l’histoire du Sénégal contre toute morale et malgré un passé ténébreux auprès de son inspirateur machiavélique le plus diabolique de tout l’échiquier politique, l’élève apparaît dépasser nettement le maître et semble bénéficier de circonstances atténuantes pour assurer sa marche irréversible au plus haut sommet de l’Etat, peu importe donc qu’il soit bien comptable d’un antécédent peu orthodoxe de notoriété publique.

Il faut le voir pour le croire ! Ce n’est ni une prière, ni un vœu, mais une certitude, voire même une prédiction qui  semble prendre les allures de l’argent comptant, selon un certain panurgisme lapidant. La bonne marmite se sent par son odeur. Or, cette cuisine aux odeurs nauséabondes nous préoccupe et nous coupe l’appétit depuis mars 2000. De quelle bouche donc sortaient les paroles pestilentielles : «  nos ennuis financiers sont finis ? Ces mots de trop qui nous  donnaient la chair de poule émanaient donc  de la bouche même du maire de la Cité du Rail, Idrissa Seck.

Tenez-vous bien !  Parole de prophétie  d’un dieu omniscient sur terre ? Espérons que cela soit un bluff, jusqu’à preuve du contraire ! Le présage est-il  bien fondé ? Si cela est vrai, il  est bien contre nature, car il est indiscutable que la puissance de l’argent en sera nécessairement pour quelque chose dans ce pays quoiqu’on puisse dire. Et c’est grave dans une démocratie qui se prend comme telle ! Sur ce point là, aucune contradiction matérielle ne puisse nous être apportée, d’autant que le concerné ne dispose d’aucune autre magie avérée.

Lui-même, a bien dit qu’il est bien riche. Lui-même accusé d’anthropophage, il donne la preuve  matérielle des faits incriminés.

Jusqu’en 2000, il était un inconnu de l’échiquier politique sénégalais. N’étant ni numéro deux [2], en réalité, encore moins un saint, puisque son créateur martèle, à qui veut l’entendre, que s’il crée un tel poste, c’est pour le liquider.

Qu’est-ce qui  s’est donc passé pour qu’il ait cette baraka prodigieuse ? Allez savoir !

Peut être que les égouts politiques dont nous avions parlé précédemment étaient bien passés par là pour quelqu’un qui a un cursus scolaire standard, à moins qu’il ait pu tisser, entre temps,  des relations solides, exceptionnelles à l’extérieur ?

Le leader de rewmi prépare déjà les consciences serviles qu’il serait le prochain président du Sénégal en 2012. Décidément, il prend des ailes, en distillant de tels discours !

Idrissa Seck ne fera pas de chasse aux sorcières. Une déclaration tonitruante au micro de WalfFm et en marge  du Gamou de Darou à Mbacké.  Cette proclamation vaudrait-t-elle son pesant d’or le moment venu, quand on sait la détermination et la stratégie irréparable du filou  pour conquérir les voix des sénégalais. Une  déclaration de guerre sans merci contre l’opposition et en particulier, benno qu’il nargue. Qui de Moutapha Niasse ou OTD sera  investi pour laver l’affront ?

Tous les coups seront permis. Pas de quartier. Il importe à benno de porter la contradiction au  leader de rewmi qui devra s’expliquer sa bonne part de responsabilité sur le bilan  calamiteux dont qu’il partage l’échec avec son mentor disqualifié, de prime abord pour les échéances de février 2012. A ce prisme là, il ne pourra ni s’en dédouaner, ni  utiliser la langue de bois à renvoyer l’ascenseur au parti socialiste lequel a gouverné en quarante ans. Pour notre part, si par naïveté passive, les sénégalais le désigneront vainqueur, il sera  bien pire que le magistère de wade et ce sera dommage pour le pays. Nous n’attendons rien de lui, même s’il dispose d’un art oratoire. La rhétorique s’acquiert. Car le professionnel travestit bien les mensonges en vérité. C’est connu. La forme de son discours est séduisante, mais le bien fondé de ses arguments mielleux ne tient nullement la route. Il n’est pas crédible.  Et il ne peut l’être sous aucun prix.  C’est ce que nous croyons dans notre for intérieur.

D’abord, décryptons donc le message codé ! Sous l’apparence d’un talentueux visionnaire de façade au service de ses propres intérêts crypto personnels,  en sus d’un faux couvert en bandoulière  d’ érudit du diable qu’il a toujours affiché, cet homme là, n’est en réalité, qu’un escroc politique, qui pense qu’il serait sûrement le quatrième président, peut être, sous la bénédiction de faiseurs de rois invisibles. Ce n’est sûrement pas une autre nation bienveillante qui élira en lieu et place des Sénégalais, mûrs politiquement et intellectuellement, à l’instar des grandes démocraties, fut-elle une puissance de l’hémisphère du nord jouant les yeux doux pour son poulain apparent. Le parrainage extérieur ne peut régenter la démocratie dans ce pays libre et souverain.

Il ne lésine nullement sur les moyens. Un pavé dans la marre du benno siggile Sénégal qui devra mener l’offensive contre la vexation  titanesque en filigrane.  Car Il s’agit bien de là.

La déclaration du prétentieux candidat ne laisse plus de doute, ni d’ambigüité sur sa probable élection de février 2012.

Ce n’est pas une simple déclaration, anodine, tant s’en faut. Faudrait-il, alors, prendre les choses au sérieux ? Nous en sommes convaincus à plus d’un titre. L’homme est un renard averti, il est sûr de ce qu’il avance et pour cause. Qui veut aller loin, doit ménager sa monture, dit-on. Sa monture, c’est quoi ? C’est la fortune colossale qu’il semble posséder du miracle de l’arnaque organisée. Qui disait au lendemain de mars 2000, nos ennuis financiers sont finis ? Nous le prenons donc au mot.

Notre analyse.

Ce n’est plus un souhait pour ceux qui savent décoder le message.  Les dés sont piqués, selon lui. Il n’est plus question d’une supputation quelconque. Pour lui, les carottes sont déjà cuites, puisque les élections ne sont plus qu’une simple formalité et la messe est déjà dite avant l’heure.

 Il essaie de se donner une stature de chef d’Etat à la hauteur, puisqu’il ne fera pas de chasse aux sorcières. Il est sûr de lui. Le colosse ne manque pas d’audace.

Les moyens pour y parvenir ne manquent pas, puisque le nerf de la guerre, c’est les sous ? Et dieu sait qu’il en a un paquet.  Il en a à gogo pour recruter à la pelle son armada de snippers de directeurs de campagne déjà sur orbite.  L’argent dans les valises bien planquées et les sondages en sont sûrement pour quelque chose.  Un soldat qui part à la conquête doit avoir absolument confiance en lui et se dit qu’il doit gagner la guerre, semble t-il dire en substance.  Donc le conditionnel n’est plus qu’un apparat nécessaire, sinon cela ne vaut pas la peine. Point de modestie, de retenue, ni d’humilité aucune sorte.

Maintenant, il nous importe à nous sénégalais de jouer les arbitres, en portant nos voix aux candidats les plus sûrs et les plus crédibles en terme de comportements sains et d’intégrité au nom de la morale, la vraie de l’ivraie !

Le maire de la Cité du Rail fait du bruit pour couvrir ses propres arriérés et organiser un hold up électoral.

En politique, il y  a les promesses et les programmes bien ficelés au nom de la ruse pour arriver à ses fins. Et si  demain, les engagements ne suivront pas, qu’adviendra-t-il, alors, puisqu’il a été élu ? Souvenons-nous de « wax waxeet »-les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

A  bon entendeur !

Le combat continue !

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents