Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


[Contribution]-la candidature de la dévolution monarchique : un coup de massue !

Publié par Ahmadou Diop sur 28 Janvier 2012, 15:48pm

88fcf6681faa95d973a1cdf2b2762693Debout le Sénégal, debout mon peuple, debout les patriotes, unis, en colère pour venir à bout d’un régime délinquant, corrompu, en déliquescence !

L’irresponsabilité de cheikh Tidiane  Diakhaté est lourdement engagée. C’est une cabale contre la république qu’on transforme en monarchie pour mettre en scelle le fils paresseux et opportuniste, en l’occurrence, Karim wade, ne disposant d’aucun mandat électif, jusqu’ici, si ce n’est la seule volonté partisane, partielle  de son père biologique. Deux poids et deux mesures insoutenables.

La candidature invalidée de youssou ndour ne repose sur aucun postulat juridique, au contraire, elle s’inscrit parfaitement dans une dynamique discriminatoire  flagrante, politiquement et moralement, que rien ne peut justifier. Le chanteur est renvoyé à ce qu’il est et non à ce qu’il peut apporter en tant que citoyen à part entière. Il y a là deux types de citoyens à distinguer :

-Le citoyen digne, le  garmi [noble] de premier plan, qui a tous les droits, le seul à mériter le vote sénégalais et à  représenter  honorablement les sénégalais.

- Tandis que le second, classé à l’échelle inférieure, ne mérite aucun respect, puisqu’il est griot, il donc doit servir éternellement le reste pour son grade.

Non, ´´bou daara sed´´-point d’adoucissement d’aucune sorte, tout doit être chaud, jusqu’à la défenestration  totale de l’arrogance et de la démesure !

Il est certain que ceux qui ont validé la candidature de trop, seront toujours les mêmes qui garantiront l’impunité en propension.

Car dans ces conditions, les scrutins  de févier 2012, ne seront qu’une simple formalité administrative, comme il en existe d’ailleurs en Afrique, puisque les urnes bourrées d’avance, seront fantasmagoriques, conformes à la seule volonté du dictateur, d’autant que les résultats escomptés, correspondront  inévitablement à l’instar de ceux des monarques africains. Les mercenaires étrangers, convertis en observateurs douteux, valideront à coup sûr, le moment venu, le coup d’état électoral savamment orchestré.

Un peuple, une foi, un but, voilà la devise de la république, non une famille, une foi franc-maçonnique !

Debout les sentinelles, la république insultée, humiliée, agenouillée, est vacillée pour n’être qu’un instrument servile de service pour  le déshonneur d’une seule famille boulimique, hors-la loi, aux couleurs sataniques, franc-maçonniques, qui s’autorisant tout !

Entre l’esclavage, l’abdication et la liberté, il n’y a point de compromis ! Nous avons  été patients, trop toléré, au point d’être ridicules par la passivité active ! Lorsque celle-ci perdure, cela rime  parfaitement avec la couardise collective.

Avons-nous le choix de baisser la garde pour n’être qu’un simple peuple indigne, éternellement docile devant l’éternel ou de déboulonner une foi pour toute un pauvre vieillard stérile, sénile, qui se croit éternel, surhumain et invincible, ne comptant que  sur la servitude insoutenable d’une justice à la fois corrompue, taillable et crevable pour le déshonneur d’un gourou traître de toute l’histoire politique depuis les indépendances à nos jours.

 L’heure n’est plus aux discours grandiloquents, stériles et incantatoires, place  maintenant aux actions concrètes sur le terrain du crime, agissons ensemble, organisons-nous, unissons-nous, mobilisons toutes nos forces à la mesure de l’impunité pour déloger  l’ennemi public n°1 aux pieds d’argile, tapis dans son bunker.

Périr ou défendre la république prise en otage par une horde de traîtres, aventuriers, déshonorables aux seules valeurs démentielles de la décadence et du recul ?

Périr ou pour n’être que des sujets dociles pour le plaisir d’un fasciste déclaré non éclairé !

Entre la paix, le suicide collectif et notre l’honneur sur cette terre de la bravoure, pour l’avenir des générations futures, pourrions-nous abdiquer définitivement au point de disparaître à jamais dans l’histoire et d’y être inscrits lamentablement face au péril de la peste ?

Accepterions-nous d’être les serviteurs et les porte-paroles de la charogne ?

Cheikh Tidiane Diakhaté, désormais, le traître vulgaire, historique, hystérique, le président du conseil constitutionnel, a choisi délibérément le camp du recul, en défendant ses propres intérêts crypto personnels et ceux d’un voyou. Un parjure passible de haute trahison.

Point n’est besoin d’ergoter de ce qu’il est convenu d’appeler une trahison manifeste, mais de passer aux actes concrets pour restaurer la démocratie biaisée.

L’absolution de la conscience ne peut passer dans ce pays libre !

La monarchie en cours ne peut, en aucun cas, régenter la démocratie.

Ne jamais reporter ce qui est possible aujourd’hui.

Il  y va de notre dignité et de notre crédibilité sur la scène internationale !

Pourrions-nous être un peuple poltron et lâche, qui se prosterne  gravement devant un garnement insignifiant dont le complexe en lambeaux ne laisse aucun doute ?

Non, la paix dans l’esclavage n’est pas concevable !

Aucun peuple digne n’accepterait d’être soumis et assujetti sous la botte d’un autocrate qui tient, contre vents et marées, à transformer la république en monarchie

Pourquoi donc  nous l’accepterions au prétexte  fallacieux de préserver la paix sociale ?

Quand la république est menacée, nul n’a le droit de se compromettre, au risque d’être complice d’un silence coupable.

Abdoulaye wade doit partir nécessairement et dés maintenant ! C’est la seule issue voie possible pour nous !

Nous ne sommes pas malléables, ni corvéables, à merci, encore moins crevables au  seul plaisir de servir un tyran de la démesure et de la pourriture.

Le combat continue !

A suivre…….

Commenter cet article

Archives

Articles récents