Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


Le talon d’Achille de la candidature de trop n’explique-t-elle pas une stratégie délibérée de benno Sénégal à trouver une candidature de l’unité pour gagner en 2012 ?

Publié par Ahmadou Diop sur 1 Décembre 2011, 19:34pm

88fcf6681faa95d973a1cdf2b2762693La question nous taraude l’esprit même si elle paraît invraisemblable pour l’instant.  

La cacophonie de benno à trouver une candidature de l’unité pour gagner 2012 n’est-elle pas liée à la candidature de trop, comme condition sine qua non, en filigrane ? A quoi bon de se précipiter dans une course si un concurrent déloyal de l’arbitraire est remarquablement dopé au vu  des arbitres apparemment passifs  et complices ?

Nous interpellons les constitutionnalistes Sénégalais sur la question qui fâche. Si la candidature de wade n’est pas réglée, comment pourrions-nous assurer des élections totalement transparentes, libres et démocratiques face à un maître excellant dans la roublardise et qui n’est pas à son coup d’essai pour arriver à ses fins ?

 La légitimé de la candidature de l’escroquerie ouvre bien une victoire certaine de l’impunité-l’envers du décor contre le vainqueur réel de demain au bon endroit.

Légitimer la candidature de l’actuel président de la République aux élections présidentielles de 2012, en l’occurrence, Abdoulaye wade, c’est lui assurer l’impunité de sa  propre victoire.

 Dans ces conditions, les scrutins de février 2012 ne seront qu’une simple formalité, puisque les urnes programmées fantasmagoriquement à craquer suivront la même logique  implacable de la loge juge et parti, qui  a bien vendu  la mèche illégitime avant l’heure.

Une foutaise que de supputer longuement  sur la candidature illégale d’un dictateur très bavard sur la question libyo-ivoirienne, qui ne s’applique pas à lui-même les règles déontologiques de la démocratie qu’il distille ailleurs. « Un parti, une voix » pour choisir le candidat : Bennoo organise son suicide. Mais pour autant, parle-t-on assez du long silence du conseil constitutionnel pour l’avenir d’un pays ? Bizarre, non !

L’heure n’est plus aux discours grandiloquents, mais de passer aux actes  concrets  en vue de rétablir  les fondements républicains d’un Etat libre et indépendant, lorsqu’un renégat  indigne s’autorise à  légitimer sa propre  candidature avant  l’heure et qui distribue des mallettes  à la pelle à tout aventurier avide d’argent frais. Le conseil  constitutionnel a le devoir moral d’invalider juridiquement, moralement et politiquement  cette candidature aux allures obscures, malgré  la  distribution  d’attachés-cases à des mercenaires d’une certaine loge corporatiste, démesurée. Dans l’hypothèse d’une validation du candidat sénile,  ce que nous excluons d’avance et jusqu’à preuve du contraire, le président du Conseil constitutionnel  et son staff outrepasseront leurs prérogatives respectives, pour n’être que dans les  annales de caniveau, en ce moment là, le peuple en tirera toutes les conséquences et prendra, à lui seul, ses propres responsabilités face à l’histoire. Ni personne ni rien ne pourra l’en dissuader pour faire triompher la démocratie.

  D’ici là, nous lui accordons des circonstances atténuantes, pourvu qu’il aille dans le sens de la bonne direction, conformément à l’esprit régalien de la loi républicaine, la seule qui vaille nous !

Le combat continue !

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents