Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


[Contribution]-Sénégal- A chacun sa révolution.

Publié par Ahmadou Diop sur 1 Mars 2012, 15:25pm

Le pays de la Téranga ne dérogera point à l’histoire. Les pendules sont déjà à l’heure.

A contre pied de la "révolution du jasmin" et du "papyrus", à chacun sa révolution tranquille pour venir à bout à ses autocrates pithiatiques. Nous, notre  propre révolution tranquille, c’est celle des urnes parlantes.  L’essentiel, c’est la victoire finale qui compte, n’est-ce pas ? La chute libre annoncée d’une dictature à l’agonie à date échue. Chronique d’une défaite cinglante au soir du 18 mars 2012, une date historique au bon endroit contre la descente aux enfers de l’envers du décor. Chronique d’un tremblement de terre de magnitude plus destructrice que celle de l’échelle de Richter, emportera, à coup sûr, celui qui se couvrait sous le faux manteau de démocrate qu’il n’est jamais.

Le peuple sénégalais uni et fier, ne dérogera nullement à la règle édictée, sera  debout au rendez-vous le jour J « avec un Grand j », reprendra du service et fera face à wade pour parachever le bon boulot déjà entrepris pour en finir avec le diable, malgré les mallettes de liasses largement distribuées au nom de l’immoralité décomplexée à tambour battant.

Par devoir moral, pour sauver notre survie menacée et pour les besoins du service recommandé, le sursaut national préconise à tout à chacun de mettre le pied dans le cambouis pour terrasser le sénile de la démesure aux pieds d’argile et inverser, ainsi, le cours de l’histoire pour venger les martyrs du M23.

Croire pouvoir mettre en bouteille tout un peuple debout et en colère est une illusion monumentale. La bête immonde, atteinte, finira par s’effondrer comme un fruit avarié au soir du 18 mars2012.

Ce peuple courageux déboulonnera sans coup férir celui qui se croit immortel, surhumain et invincible. Rien n’y fera, le soir du 18 mars 2012, on entendra le vacarme du baobab.

Qu’importent donc les arrangements de bas étage des combines de la machine à rancunes et des rapines politiques sur fond de caniveau, la mobilisation des urnes vaincra et aura le dernier mot sur la poisse aux galimatias infects. Nous avions déjà dit que l’impunité ne peut être vendue dans ce pays, cette terre d’honneur, choisie par dieu, le créateur, le Tout-puissant de l’univers. Jamais et jamais nous ne pouvons être les porte-paroles de la charogne et les serviteurs serviles d’un despote déclaré, non- éclairé. Depuis plus d’une décennie nous avons été charitables, patients, trop patients, d’ailleurs, au point que notre passivité prenait les allures d’une couardise suicidaire. Justement, c’est là que l’ennemi public se trompait lourdement.  

Nous autres, aux âmes bien nées, nous optons pour la révolution des urnes parlantes au bon endroit et au bon moment. Mieux vaut des hommes éternels de la poigne que des vermines indociles, vouées à l’échec. Et pour cause. C’est l’essentiel. Lorsque les tripes populaires de la fibre nationale s’accordent en osmose, rien ne pourra l’empêcher de triompher. Quoiqu’il fasse, l’alternance de l’arnaque organisée sera balayée le jour j.  L’échappée belle n’aura jamais lieu. Rien ne peut arrêter un peuple déterminé dans sa trajectoire juste.  Le charivari pestilentiel d’une minorité insolente, ragaillardie, bouffonne, gloutonnée par le raccourci politique ne dictera jamais sa foi, sa loi, ni son calendrier pressant, condamné et condamnable.

Ce que le tyran sénégalais n’a pas voulu faire pour sauver le peu d’honorabilité qui lui restait, c'est-à-dire le retrait pur et simple de sa candidature totalement illégale à tout point de vue, et bien, malheureusement pour lui, il le fera par la petite porte pour rejoindre le peloton des Moubarak et Cie. Mais malheureusement, le dictateur ne voit pas plus loin que le bout de son nez, jusqu’à  ce  qu’il soit  défenestré honteusement. Et c’est bien ça le drame de tout  kleptocrate incorrigible.

18 mars2012, en lieu et place du 19 mars 2000, un mauvais souvenir de notre histoire. Le régime dictatorial à l’agonie vit ses derniers jours. Le bourreau boueux des manifestants du M23 tombera comme un château de cartes pour entrer définitivement dans l’histoire de caniveau.

Gloire au peuple sénégalais digne et fier, qui répondra toujours à l’appel lorsqu’il aura été piétiné, humilié dans son honneur. Entre la liberté et l’esclavage, le peuple montrera ce qu’il sait faire pour arracher et recouvrer sa fierté légitime bafouée. Cette victoire programmée ne sera nullement celle d’un seul homme, mais celle d’une république libre, libérée des griffes acérées d’un escroc de grand chemin, démasqué et honni.

Le combat continue !

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents