Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


[Contribution]-Une certaine presse de l’abondance servile.

Publié par Ahmadou Diop sur 11 Août 2011, 18:02pm

A l’exception de Souleymane jules Diop que nous respectons sans modération, aucune, pour son franc-parler que nul ne peut faire taire, une certaine presse communautariste, dignement servile  n’est honorable que par sa partie prise et brille par son abondance de pacotille exclusive sur les vraies  questions qui fâchent.  Et pour cause. Sous ce prisme là, elle est bien la référence de ce qu’elle est réellement. Une presse de l’indécence s’autocensure, censure les esprits libres et fertiles par des pirouettes.

Complicité ou couardise d’une certaine presse de  carpe  de la ruse,  aux discours savamment alambiqués, soufflant le chaud et le froid pour se dédouaner de sa culpabilité affreuse ? Abdoulaye wade reste éternellement sourd, muet, nomme un  paillasson pour nous divertir. Nommer un ministre chargé des élections est une absurdité indigne et scandaleuse.  Mais qui va donc arrêter l’affront à répétitions !  Mais qui donc ? Intellectuels, élites religieuses et politiques, où êtes- vous donc ?  Que dire de l’inculte ubiquitaire de la charogne, convertie en piètre bouffonne  dont la promotion rime avec le personnage ubuesque ?  On est  bien au cœur de la république des sarabandes  encensant un despote-non éclairé, drapé dans ses oripeaux victimaires, imaginaires. Circulez, il n’y a rien à voir ! Etrange pays inintelligible qui ne se connaît plus dans ses propres valeurs intrinsèques ! Sénégal-overdose d’une autoglorification l’absolutisme suranné ! Où le ridicule ne tue plus !

Qu’il fasse des mains et des pieds, qu’il ait les yeux doux  aux chefs religieux, la démocratie à guichet fermé ne se fera pas ! Abdoulaye wade doit partir maintenant et sans condition ! Qu’il dégage au plus vite !

 

Quand La liturgie satanique rime avec l’apologie de la médiocrité criante, il va sans dire que la copie certifiée conforme à l’original est bien plus qu’une litote.

Nul besoin de modérer nos propos vis-à-vis d’un gourou culotté, qui ne dispose d’aucune respectabilité !

Une démocratie à la renverse au double standard où les commentaires des uns, en fonction de leur posture au bon endroit et au bon moment, plus loufoques et complices, brillent par leur abondance docile, d’autres, plus libres et raffinés, sont systématiquement virés, conformément à l’éthique de la moralité douteuse. La censure continue cette  complice des leurres. Les contradictions politiques ne sont plus de mise au nom de la ligne politique de la pensée unique, mécanique. Nous sommes déclarés persona non grata. L’hypocrisie et le parti pris constituent bien les dérives exponentielles d’un pouvoir mafieux, condamné, condamnable. Nous ne sommes pas des béni oui. La démocratie à guichet fermé ne peut être acceptée dans ce pays.

Comme toujours selon les règles de la tyrannie apparentée à la démocratie des leurres, seule la bassesse prime sur tout devant l’éternel.

Ainsi, comme vous pouvez le constater, selon la règle édictée, tous nos articles sont simplement supprimés des commentaires sur ordre sûrement d’en haut, sans coup férir, comme d’ailleurs tout le reste de la même trame.  Mais pour qui  roule  donc ce site web aux apparences communautaristes, dans les faits avérés ? Nous nous interrogeons sur ses méthodes peu démocratiques pour peu qu’on aborde les questions qui fâchent. Et pour cause. C’est un site de clan de service, communautariste. Il n’est pas neutre comme il prétend l’être. La référence qu’il affiche n’est qu’une vue de l’esprit. Les arrestations abusives, arbitraires, du mouvement y en a marre nous donnent la preuve qu’on ne peut défendre Abdoulaye Wade. Voilà qu’il nous interdit de dire les choses telles qu’elles sont !

Est-il moralement honorable de respecter un dictateur autocrate, déclaré, indigne, pithiatique, dont l’immoralité notoire, affichée par son mépris total à son peuple, de surcroît, à ses hommes d’honneur, ne souffrent d’aucune ambigüité ? L’apathie et l’anesthésie ne sont plus de mise. C’est une question de survie. Il nous bâillonne pour protéger la poisse.

Nous  nous posons la question de savoir s’il n’est pas en complot avec le pouvoir réactionnaire, honni.

Aussi paradoxale que cela puisse paraître, pourrions-nous comprendre l’attitude scandaleuse d’une certaine abondance, docile, complice, aux allures d’allégeance à demi mot,  censure à merci les commentateurs libres, indociles, sous le postulat présumé révérencieux d’injures à l’égard de celui  qui a l’outrecuidance de modifier, aisément, la constitution qu’il croit malléable, modulable, en fonction de ses propres intérêts personnels ?

Pourrions-nous inscrire dans ce registre suicidaire, à  plomber la démocratie, au risque de disparaître à jamais, alors que le même logiciel de la décadence absolue du recul et de l’immoralité infecte, continue sa litanie d’absoudre la conscience collective par sa police adroite, pour régler des contradictions politiques par la manière forte ?

Le combat continue !               

Commenter cet article

Archives

Articles récents