Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


Enfin, on commence à nous entendre sur l’article 80 bidon de la constitution, mais à quand alors la fin des fonds politiques ?Par Ahmadou Diop

Publié par Ahmadou Diop sur 30 Mai 2013, 17:06pm

Macky-Sall-reçu-en-audience-235x145Voici des mois que nous tentions de résilier le talon d’Achille, ce kyste contre la démocratie. Nous sommes d’ores et déjà audibles sur la question. Et tant mieux, pour autant, elle n’est guère réglée, même si elle fâche les sénégalais. Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Maintenant, la mayonnaise commence à prendre à petits feux pour mettre fin à cet article de lèse-majesté, qui n’a que trop duré.

Les langues commencent à se délier et dénoncer ce qu’il est convenu d’appeler les pouvoirs excessifs d’un président monarque de la république.

En vérité, cela veut dire tout simplement que nous avions totalement raison de briser un tabou de 60 ans au cœur de la république.

Cet article, qui est une réminiscence monarchique napoléonienne, taillée sur mesure pour l’honneur d’un seul homme, tendant à confisquer éternellement la démocratie, est une écharde.

Cette plaie est, en réalité, ce que représente le Commandeur des Croyants dans les royaumes divins, dans lesquels les citoyens peuvent tout dire, sur la chose publique, sauf sur le Roi, éternellement, intouchable, au risque d’offenser ce dernier. C’est le même article décrié, qui est appliqué savamment dans les prétendues démocraties républicaines modernes.

Le président de la république s’est bien donc substitué à la monarchie féodale par l’entregent d’un paradigme extérieur édulcoré, pour donner un caractère symbolique, aux apparences faussement progressistes, au contraire.

Une enflure qu’on ne trouve nulle part ailleurs que dans les démocraties dictatoriales des pays africains francophones, constituant remarquablement un véritable crime intellectuel contre le peuple, pris constamment comme des sujets corvéables, malléables, modulables à merci.

Le peuple vent debout contre la tyrannie de cet article, qui fait du président de la république, un véritable monarque, paresseux, vivant éternellement au crochet de la république, dans les faits tangibles, aux pouvoirs infinis jusqu’à la lie, que rien, absolument rien, ne peut expliquer.

Une pierre deux coups est nécessaire, c’est-à-dire anéantir l’esquille, sans conditions et supprimer définitivement les fonds politiques attribués au président de la république, destinés à corrompre librement et légalement une certaine clientèle politique.

C’est seulement à ce prisme, et à ce prisme là, que l’on commencera à être dans une démocratie, à l’instar des grandes nations. Mais pour l’instant, les privilèges indus, accordés étrangement à des paresseux qui n’apportent rien à la patrie, mais plutôt se servent goulument de l’argent du contribuable sénégalais, astiqué. C’est inacceptable !

Le combat continue !

 Ahmadou Dio

Commenter cet article

Archives

Articles récents