Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


Face 2 Face avec Arona Coumba Ndoféne Diouf, le maître des dithyrambes de l’homme du moment.

Publié par Ahmadou Diop sur 12 Novembre 2012, 23:18pm

images-copie-4Le très distingué Arona Coumba ndoffène n’est pas à son coup d’essai .Telle une huitre sur son rocher, il s’accroche comme une teigne pour avoir des faveurs taillées sur mesure, en échange des services bien rendus. Le tonitruant refait surface,  tente à gommer, entre les lignes,  les scandales du chef du gouvernement, Abdoul Mbaye, impliqué directement dans le blanchiment de la fortune d’Hissène Habré. Face 2 Face avec Arona Coumba Ndoféne Diouf ou face à face avec un courtisan ? Nous optons pour celui du plus servile serviteur, qui donne les preuves matérielles de ce qu’il sait faire de plus répugnant.

En Afrique, l’africain, la bonne graine  de l’ivraie, ne devient héros que lorsqu’il meurt, à contrario, les médiocres sont toujours les meilleurs, c’est la seule  règle de la tyrannie qui vaille.  De 60 à nos jours, Cheikh Anta Diop et Mamadou Dia ont été trahis. Rien n’a changé. Les médiocres,  en lieu et place des vrais patriotes. Sous le prétexte fallacieux qu’OTD et Moustapha Niasse étaient candidats, les citoyens mûrs politiquement avaient-ils l’obligation de porter leur suffrage majoritaire entre l’élève et son maître,  c'est-à-dire Wade et Macky,  classés respectivement premier et deuxième ?

 Lors des Présidentielles 2012, avions-nous nécessairement le réflexe patriotique ? Si les scrutins présidentiels sont présumés libres,  il y a lieu de s’interroger sur le vote quantitatif non qualitatif. L’effet des caravanes  des grosses  cylindrées 4 X 4 tape l’œil a déterminé l’issue du cirque électoral d’une campagne médiatico-politico-financière. Et le tour est joué.  Le ver était bien dans le fruit.

 Ce jeudi 15 novembre, le premier ministre Abdoul Mbaye sera entendu sur l’affaire des mds d’Hissène Habré, qui  continue à faire couler beaucoup d’encre. Il n’y aurait nullement de surprise majeure. Au contraire, l’exécutif tient à elle seule la corde. Le cirque, c’est de lui accorder des circonstances atténuantes pour le dédouaner et le faire sortir d’affaire par des pirouettes, alors qu’il devrait être nécessairement traité comme un acteur principal pour blanchiment d’argent sale. Il n’y a rien à attendre.

"Sac ndeundeu yombna waayé fokoy teugué moy diafé", "s’il est facile de voler un tam-tam, mais lorsqu’il s’agit de le battre, ce sera plus difficile". Le premier ministre Abdoul Mbaye vient d’être rattrapé par son passé. Conflits d’intérêts des nominations hystériques à la pelle, implication directe du premier ministre, Abdoul Mbaye, sur l’argent de l’ancien président du Tchad. Ambiguïtés manifestes du chef du gouvernement.

 Les discours mesurés, lénifiants, mielleux et courtois par le poids des mots bien choisis, n’ont aucune prise réelle sur les citoyens libres que nous sommes, encore moins, à un angélisme absolu, tant s’en faut, tant que les preuves matérielles ne seront pas fournies.

 Le discours du  PR émérite est celui d’un talibé de Macky. Du début à la fin, rien ne tient,  tout  est décousu, rien que des qualités pour l’honneur  du maître des lieux, du moins pour l’instant. Arona Coumba ndoffène  a fait preuve d’une arrogance insolente sans retenue vis à vis même de tous ceux qui s’opposent au président.  En réalité, c’est  le discours remarquable élogieux d’un énergumène qui s’auto-congratule en piètre bouffon pour un sou. Décidément, on se demande entre le ministre conseiller et le courtisan démasqué publiquement, lequel des deux excelle le mieux dans son rôle, qui distribue des bons et mauvais points aux intervenants ? L’homme s’arroge lui-même  le grade de docteur ès déontologie, que sais-je encore, parle de respect ou  de courtoisie des uns et des autres comme s’il était un exemplaire  en la matière, alors qu’il n’en est rien.

L’inimitable «  beknek » encense son homme du moment, sermonne, oui, macky est le premier président le mieux élu jusqu’ici à 65% des suffrages. C’est comme Chirac et Lepen en 2002, lorsque  Jospin était éliminé au premier tour. Mais ce qu’il oublie de préciser, c’est que cela n’était possible que dans des conditions tout à fait particulières.  Une  situation exceptionnelle, des solutions exceptionnelles.

 

 Lors des scrutins présidentiels du deuxième tour, le vote contre wade ne signifiait nullement un vote d’adhésion, automatique pour Macky. Entre la peste et le choléra, avions-nous nécessairement le choix ?

C’est Macky qui est  redevable à Benno bok yakaar ou c’est plutôt le contraire ? Où sont donc les grandes réformes  dont nous parle » le doungourou », sémillant,  le chambellan en chair et en os,  assermenté du nouveau chef du palais qui jouit du pouvoir par son goût immodéré du luxe, plutôt de servir la république ?

 Et la réforme du conseil constitutionnel ? Réforme agricole, une supercherie ?  Qui en tire profit, les paysans ou les intermédiaires ? Et la réforme du mandat du président  de l’assemblée nationale ? Macky est toujours à la tête de l’apr. Que dire de la galaxie à la pelle des conseillers du président ? Et la bonne gouvernance, parlons-en donc !  Et les nominations  d’Aminata Niane et Cie qui sont en totale emphase avec le défunt régime. Gouvernance de la rupture ou de la carapace ?

Oui, justement, Aminata niane. Aminata Niane était bel et bien mentionné dans le dossier visé par le procureur spécial, mais contre toute attente, la Cour de répression de  l’enrichissement illicite  gomme purement et simplement le nom d’Aminata Niane de la liste, suite à sa nomination burlesque comme conseillère spéciale du Président de la République.

Aminata Niane est-elle si intouchable, au point d’être nommée dans des conditions totalement obscures, voire même scandaleuses ? Ou  alors, détient-elle exclusivement des secrets   hautement gardés du plus haut sommet de l’état ? Décidément, qu’est-ce que cette femme, ex collaboratrice de premier plan de wade, sa conseillère spéciale, immédiate,  patronne de la très puissante agence de l’apix, présidente de l’aéroport international de Blaise Diagne,  a de particulier,  d’exceptionnel, que personne d’autre ne dispose, dans un pays de quatorze millions d’âmes, pour qu’elle soit une exceptionnalité de  la règle des audits audibles à haut débit ?

 Et « Le scandale Aliou Sall ou l’affaire de la Petro-Tim Sénégal S.A » passé comme une lettre à la poste, qu’en fait-on alors ? Le propre frère du président, Aliou Sall, journaliste de formation, réussit une prouesse, en créant en un quart de tour la société Petro-Tim Sénégal S.A, quelques mois après l’accession de son frère, Macky sall, président de la république du Sénégal. C’est à ne comprendre dans cette république des clans à l’épreuve des faits peu orthodoxes. Macky sall met à exécution ce qu’il disait à propos de la nomination de Aminata Niane : « je suis président de la république, je nomme donc qui je veux ». Les nominations à flot correspondent au personnage. Entre l’élève et son maître spirituel, c’est « l’entente cordiale par le secret des dieux », qui sévit de plus bel. Point n’est besoin d’ergoter sur les supposées divergences des leurres. Il y en a point. Ils partagent bien la même valeur ultra libérale à outrance. Ce qui les unit est supérieur que ce qui les désunit.

 Et que dire de ces éminents intellectuels de forfaiture, symboles de la tartufferie, dont figure en première loge,  l’idéologue, sorti des ténèbres, envoyé aux charbons, en l’occurrence, Arona Coumba Ndoffène Diouf,  nommé récemment ministre conseiller, exit Iba Der Thiam,  pompier de pacotille, en service commandé, changent leurs vestes, en fonction de la météo du moment, se travestissent en mendiants de la charogne, et qui étaient pourtant abonnés absents par leur couardise congénitale, compte tenu de leur insuffisance honorable, car ces mêmes piètres renégats étaient bien logés au chaud, hier, au pays de l’Oncle Sam, parce qu’ayant choisi volontairement d’être déconnectés, pendant que le M23, la cheville ouvrière, subissait les affres de la soldatesque wadienne de service au péril de leur vie ?

 

 Mais où était-il donc, Arona Coumba Ndofféne Diouf en 2007, à quelques jours des élections présidentielles, lorsque Moustapha Niasse, Abdoulaye Bathily, Tanor Dieng, par exemple, étaient copieusement tabassés à coups de gourdins électriques, avant d’être mis dans  le panier à salade ?

 

 Dans la perspective de prendre des galons supplémentaires, le boulimique, déjà bien servi, puisqu’il est ministre conseiller, a pris goût sûrement sous les lambris dorés du palais, cherche à en avoir un peu plus, en tirant à boulets rouges sur les sentinelles du M23. Que c’est  triste ! Le ridicule ne plus dans ce pays.

 

 Le combat continue !

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents