Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


La dynastie des « Sall- Sy- Faye » à l’honneur. Circulez, il n’y a rien à voir !

Publié par Ahmadou Diop sur 18 Octobre 2012, 14:23pm

sans-titre-copie-6PS : nos contributions postées trouvent portes closes, lorsqu’il s’agit  de tirer à boulets rouges sur  «  wade junior »,  le   bon « élève de la francophonie ». C’est la seule règle de la démocratie apparentée à la tyrannie dans ce pays, qui s’autoproclame la locomotive de la république tropicaliste. Le frère du ministre du Budget, monsieur Amadou Diallo a été nommé consul du Sénégal à Paris en remplacement de Léopold Faye.

 

 Oui, Macky Sall  nomme Mamadou Sy, un magistrat halpulaar à la retraite au Conseil Constitutionnel. C’est bien la rupture  d’une République des «  halpulaars » et des nominations ethniques qui continue à l’infini. Le premier magistrat de la république est le premier corrupteur actif.
On en veut pour preuves tangibles les fonds politiques juridiquement licites, très largement distribués à la pelle et sans retenue à la clientèle politico-conservatrice.
Macky Sall se tape un hélicoptère de commandement à plus de 7 milliards. Les hélicoptères ne manquent pas. C’est bien l’escobarderie du wadisme électrisé sur fond de culte de personnalité. Pourquoi pas demain « un cadeau jet privé » au nom «  du vice-président », Harouna Dia, l’argentier halpulaar et proche collaborateur, totalement inconnu hier ? Rien n’est exclu dans la famille dynastique des « Sall- Sy- Faye » et Cie. Tout est permis dans la magistrature des odeurs carambouilleuses. Point de ligne Maginot !
Le chapelet des boulimies de luxe laisse pantois par son caractère ridiculement ludique. Le président qui parle d’une gouvernance de rupture, sobre, vertueuse et transparente,  s’achète non seulement un bijou flambant neuf pour ses pulsions exotiques, mais semble ignorer l’ampleur des folies dépensières, en logeant dans des hôtels de luxe très coûteux ? Bref, la réalité contraste parfaitement avec les effets d’annonce pendant que les sinistrés des inondations, eux, restés au quai, notre président, lui, jouit pleinement du pouvoir, en  faisant le tour de la planète payé par le contribuable astiqué,  sans compter les charrettes des nominations nullement pressantes aux contours éminemment obscurs.
« Wade junior », aujourd’hui aux manettes, dispose des mêmes fonds politiques extensibles que son prédécesseur.
« L’Etat ne compte pas mettre les religieux à la diète malgré la cure d’austérité. Dans le budget du ministère de l’intérieur, une ligne de crédit d’un montant de 100 millions de FCfa est prévue pour l’appui des cérémonies religieuses. Un montant de 10 millions FCfa est prévu aussi pour l’appui et à la rationalisation des partis politiques ».  Visiblement, en langage clair, cela s’appelle purement et simplement la corruption active, à dessein de les rationnaliser ; dans le but inavoué de les rendre rationnels et dépendants, de sorte que demain, lorsque le besoin se fera pressentir, qu’ils  soient rentables, corvéables et malléables, sans retenue, ni humilité, en renvoyant l’ascenseur dans la perspective du renouvellement d’un mandat hypothétique, si toutefois, le scrutin présidentiel aura lieu à date échue, en 2017.
Nous ne croyons nullement à cette version totalement erronée. Ceux qui croient à cette information obliquée font fausse route.  Au contraire, les fonds politiques octroyés au président de la république monarchique, servent exclusivement à corrompre librement une certaine  notoriété apparemment respectable. On continue à rouler dans la farine les sénégalais candides. Cette caisse noire dite des fonds politiques constitue remarquablement une véritable  machine des rapines politiques à corruptions, diligentée par le premier magistrat de la république.
 
 Le combat continue !
 
 

Visitez notre site de la Renaissance Africaine, vous ne serez pas déçus !

Commenter cet article

Archives

Articles récents