Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


La rupture sobre, vertueuse, transparente, efficiente ou l’envers du décor [par Ahmadou Diop]

Publié par Ahmadou Diop sur 23 Mai 2013, 20:27pm

Macky-sall-Temple-du-nepotisme-claniqueTout pour sauver le cheval marron, le messie des leurres : manquements et reniements à ses promesses de campagne électorale,  manipulations diverses, trafics d’influence tout azimut, provocations surannées,  embastillements d’indociles, chasse aux sorcières, arbitraires, désinformation, violences volontaires, verbales, et crimes intellectuels, des agitateurs serviles, passés en énergumènes déchaînés,  sur orbite sur commande recommandée, favoritismes, marchés de  gré à gré, propos irrévérencieux, défaillances proéminentes, contrevérités flagrantes, dérives attentatoires d’une gouvernance népotique, sous le soubassement du chantier de la traque des biens mal acquis à la renverse et qui renverse les rôles au nom d’un pouvoir calamiteux, aux pratiques douteuses et qui donne les preuves matérielles de sa propre incapacité, face à  l’éternelle équation essentielle, sociale.

 Qu’il pleuve, qu’il vente, tout pour couvrir vaille que vaille l’obscur multimilliardaire au cœur d’un état dans lequel la terreur et l’arbitraire d’un régime  totalitaire népotique, apparentée à la démocratie, priment sur tout ! Les dérives machiavéliques  de la traque des biens man acquis ou la face cachée du visible comme soubassement d’une politique bancale.

 Que cela ne tienne ! Tenez-vous bien ! L’escroquerie de la rupture boiteuse ne saurait couvrir la marche irréversible  du 21 siècle. Qu’on se le tienne pour dit ! Rien n’y fera. Ni l’obscurantisme démoniaque de pantins, travestis en sarabandes illuminées et corvéables à merci pour un sou, ni les  pratiques douteuses, ni les coups tordus, de toutes sortes, ni les insanités, purulentes, éloquemment fournies à la pelle, rappelant les pires méthodes, dignes staliniennes, comme système de gouvernance, à la mesure d’une rupture éclopée à libre cours de la propagande mécanique, suffocante,  à défaut de tenir ses promesses électorales, tendant à accorder des circonstances atténuantes à un chantre de la continuation, qui donne lui-même son savoir-faire par les preuves matérielles de son népotisme injurieux,  ne sauraient, en aucun cas,  éteindre, sous aucun prix, l’éternel lumière des hommes d’honneur aux esprits  féconds et libres.  Il ne saurait y avoir de véritable changement, de visibilité palpable sur le terrain, tant que le présumé  messie opère un changement, selon son entendement, pour une continuation d’un recul de 50 ans en arrière.

 

 Plutôt de faire profil bas, à dessein de changer son fusil d’épaule, en versant de l’eau dans son bissap, surtout à un contexte particulier surréaliste, au moment où la forfaiture des scandales à la pelle, montrent l’amateurisme, qui nous renseigne remarquablement sur les limites d’un autoritarisme déclaré, non éclairé, cet euphémisme, ne souffrant d’aucune ambigüité, si n’est l’arrogance et la suffisance d’une certaine classe politique, populiste, propagandiste, apparentée clanique, s’autorise tout, pour se tirer d’affaire et se servir du miel du jeux peu orthodoxe ? Car non seulement, elle roule à contre sens de l’histoire par son immobilisme et son incurie peu honorables, par son manque d’intuition politique sur les réformes nécessairement constitutionnelles, mais aussi, son insolence ostentatoire repoussante à plus d’un titre, comme si l’éloquence de l’étourderie manifeste, sur fond de diversion permanente, régente l’autoritarisme des interdictions tout azimut à coup de poing, au prétexte de menaces à l’ordre public, tendant à confisquer durablement la démocratie.

 Parlons donc du débauchage, réembauchage-à la wadienne, de Aminata Niane, dont la promotion sociale, figurante rime parfaitement avec les largesses discutables du chantre du repli titanesque. ! Puisqu’elle est parachutée à la Bad, comme si rien n’était. Parlons aussi  de celle qui défraie la chronique de l’esclandre d’une rupture estampillée : « gouvernance bancale, obliquée totalement jusqu’à la lie, c’est à dire  de la nomination aux relents népotiques, l’ambassadrice du Sénégal à l’UNESCO, la fille de Aminata Tall, en l’occurrence, Mme Fatime Guèye, accusée de séquestration et esclavage moderne en France !

Lorsque dans un pays, les contradictions politiques ne sont plus autorisées, le pouvoir en place, est totalitaire,  par définition,  même s’il existe d’autres partis d’opposition, juridiquement conformes à l’esprit de la constitution, pour donner l’impression d’une démocratie virtuelle, car le parti au pouvoir, triomphaliste, condescendant, hautain, hégémonique, réfractaire  à  tout contre-pouvoir, nécessairement salutaire, confisque, musèle la presse,  tenue en carpe, en réduisant la société civile et l’opposition, comme étant de simples ustensiles de cuisine, tendant à régner en maître absolu. Voilà donc, les odeurs de mauvaise cuisine des histoires carambouilleuses d’un chantre de la rupture sobre, vertueuse, transparente, efficiente ou l’envers du décor !

Le combat continue !

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents