Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


Législatives de juillet 2012 : une opposition de béni- oui-oui

Publié par Ahmadou Diop sur 14 Juin 2012, 12:03pm

sans-titre-copie-7 

Si le tweet de Valerie Trierweiler, compagne du chef de l'Etat, a créé mardi la stupeur et placé en position délicate François Hollande, en adressant ses encouragements au dissident PS opposé aux législatives à Ségolène Royal, ce que la droite a accueilli comme une aubaine, en tentant de recoller les morceaux, dans l’espoir de jouer les troubles- fête pour en tirer profit après  une politique droitière, qui  a fait perdre Nicolas Sarkozy lors des élections présidentielles.

 

Contrairement, ailleurs, où le statut pénal du président de la république, sera réformé rigoureusement comme il se doit, pour le rendre moins protecteur, ici, l’immunité du président de la république, cette réminiscence monarchique, devient, dans les faits,  une impunité incongrue, devant l’éternel au pays de la Téranga, la présumée vitrine de la démocratie  tropicalisée, absconse. Macky ne cherche qu’une opposition servile béni-oui-oui, qui se contente du reste qu’on veuille bien lui laisser. C’est chose faite, bien acquise maintenant !

 

 Sur cette question fondamentale, on se garde bien de l’abroger pour assurer ses propres arriérés, en mettant publiquement ceux des autres. Pendant  la campagne électorale, pas un seul mot n’a été évoqué pour corriger  le statut ringard du président de la République.  C’est bien la même machine des rancunes et des rapines politique qui continue depuis des lustres. Et pour cause. Mutisme et bouche cousue sur cette écharde, qui n’a que trop duré. A quoi servent des contrôles si les juges ne sont ni libres, ni indépendants du pouvoir exécutif, si ce n’est pour faire du sensationnel ?

 

Ici, au contraire,  plutôt de  jouer un contre- pouvoir nécessairement salutaire, l’opposition confinée dans son rôle de contre nature,  est vassalisée,  grugée,  unie et taillable à merci, se transforme éloquemment en moutons tondus pour n’être que le serviteur dévoué pour  la  cause  de l’abondance d’un président réconforté,  ragaillardi, pour l’instant,  dans l’excellence des effets d’annonce stériles, en attente d’hypothétiques audits, taillés  sur mesure, dont le moins qu’on puisse dire, restent au point mort, même si on nous dit qu’ils n’ont pas encore commencé.

 

Ce qui est pire, c’est que cette même opposition malgré qu’elle soit mal récompensée dans les postes relégués au second plan, pis encore, l’apr ubiquitaire, semble dicter ses propres lois, investit Samba koita, qui occupe la quatrième place de la liste nationale des députés, au détriment de ceux qui ont permis la victoire de Macky Sall.  Comment l’opposition s’est-laissée emberlificotée au point d’être ridicule ? Nous autres représentants  de l’opposition en France,  mis devant les faits accomplis, nous continuons à servir les intérêts exclusifs de l’apr au détriment de notre raison d’être.

 

 Jusque là, nous avons été à la hauteur, en  obéissant à la lettre les consignes  des leaders, voués aux gémonies d’un  seul parti, burlesque et boulimique, mais dans l’avenir,  nous exigeons que les erreurs commises, soient corrigées pour une meilleure prise en compte de nos revendications légitimes. Nous ne  sommes pas  ni des veaux, ni une caisse de résonnance au service d’un pouvoir glouton, qui imprime sa marque contre vents et marées. Que cela soit clair ! Qu’on se le tienne pour dit! La Coalition Bennoo yakaar de Paris au niveau national  convertie en comité de pilotage ne peut se substituer à l’ensemble des Sénégalais de France. Nous condamnons fermement à haute et intelligible  voix ces pratiques peu démocratiques. Nous sommes des Sénégalais libres  à part entière. Nous demandons à ce qu’on nous associe dorénavant  aux stratégies politiques et non en  nous entraînant aux décisions unilatérales déjà prises, comme si nous sommes des moins que rien. C’est inacceptable, surprenant ! Ce  n’est pas notre vision de la démocratie ! Et ce n’est  pas juste !

 

 

Le combat continue !

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents