Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


Maintenant, bienvenue au temple du népotisme cliniquement clanique !

Publié par Ahmadou Diop sur 15 Mai 2013, 19:14pm

    MACKY-SALL-4e-Président-de-la-République-235x145Vous ne  vous trompez pas , vous êtes bien au paradis de la démocratie tropicale, qui vous accueille avec sa téranga légendaire, millénaire, la vitrine de l’escobarderie opaque, sur fond de népotisme injurieux, version de la rupture estampillée : bonne gouvernance !

»Yek ci leen ci jam ak salam »— bienvenue au pays de l’exotisme, que la paix soit avec vous ! Ce n’est pas une blague. Vous ne serez pas dépaysés, au contraire, vous serez bien servis par les honneurs, mais vous serez mords de rires.

Et pour cause. Vous ne serez pas déçus, tant s’en faut, tant le spectacle surréaliste, permanent, qui vous attend, sera garanti, à coup sûr.

Une musique mise en orbite par le monarque républicain, sous le nom de chantre emphatique de la traque des biens mal acquis. Une simple vue de l’esprit. Soyez à l’écoute et regardez, sans retenue aucune, le théâtre remarquablement ubuesque ! L’enjeu époustouflant en vaut la chandelle.

Et vous verrez que vous aurez droit à des bonus : tous les soirs, ne vous fiez pas aux apparences, car le service public, l’organe par excellence de la propagande, est voué aux gémonies du nouveau maître des lieux et de sa douce moitié, sénégalaise de pure souche, bon teint, musulmane de naissance, fondatrice de la structure bidon »Servir le Sénégal », pour se servir elle-même et servir politiquement son mari.

C’est ça le fracas de la face cachée de la bonne gouvernance. Je le disais, hier, dans mon émission « xew xewi rewmi », puisque maintenant, le délire total d’un régime aux abois, s’attribue tout à lui, « Révélation/Assassinat de Me Babacar Sèye: C’est Abdoul Mbaye qui était visé en premier ». Qui pourrait donc croire à ces inepties surprenantes ?

Voilà donc manifestement, les preuves matérielles d’un régime en lambeaux, qui tente de sauver les meubles.

Bienvenue au temple du népotisme cliniquement clanique, ubiquitaire sur les plateaux des discoureurs de la sarabande, des abonnés de la surabondance de l’apologie systématique des bienfaiteurs de la dynastie des Faye-Sall, Gassama, Tall et Cie, que sais-je encore ! C’est ça le paradoxe d’un régime partial, partiel, suffisant et arrogant, qui s’évertue à faire ostensiblement la promotion d’une seule famille, sous le sobriquet ubuesque, « la patrie avant le parti », alors que c’est le contraire qui se produit.

Le chantre de la traque des biens mal acquis est toujours le secrétaire Général de son propre parti, malgré la percussion médiatique. C’est à ne rien comprendre. Il faut le voir pour le croire. Plus de manifestations pacifiques d’aucune sorte, ni de contradictions politiques, sauf ceux qui encensent, pour y tirer leur miel du jeu. Ceux qui bravent l’interdit ou qui écrivent des lettres, seront livrés à la police politique, sans autre forme de procès. On interdit tout sous le prétexte fallacieux de « menaces à l’ordre public ».

L’image qu’on donne à l’extérieur cache bien la réalité sur le terrain. Malgré les apparences douteuses, le soft constitue remarquablement une image trompe-l’œil, car manifestement, l’omnipotent couple monarchique et son clan tout puissant prouvent éloquemment l’idolâtrie envahissante d’un régime totalement népotique. Ici, maintenant, la démocratie commence d’abord pour servir la famille, ensuite, viennent les courtisans, mais le reste est laissé sur le quai, se contentera des miettes qu’on veuille bien lui laisser, pour faire beau.

Soyez sur vos gardes et retenez donc votre souffle, car le défilé saisissant des grosses cylindrées attentatoires, aux vitres aveugles, sorties de terre, que vous ne verrez nulle part ailleurs que dans les séries américaines, constituent ostensiblement des signes d’opulence insolente, sous le magistère du nouveau chantre de la rupture, risquent de vous heurter, au point que vous serez bien édifiés, maintenant, sur la vraie nature de la carte postale et du symbole clinquant de la démesure !

 

Un comble ! Et ce n’est pas tout, car non seulement des illuminés, travestis en déséquilibrés mentaux, totalement suffisants revigorés, triomphalistes enivrés, jusqu’à la lie, transformés en chambellans indécrottables, taillables à merci, incontrôlables et incontrôlés, se chargent de la funeste basse ouvre, lustrent librement ce qu’il est convenu d’appeler, désormais, les dérives suintantes, mais les niaiseries doivent l’emporter sur l’évidence, dans un mépris sidérant qui donne la chair de poule. N’hésitez pas à vous boucher les oreilles, tant le spectacle surréaliste est à couper le souffle ! Maintenant, bienvenue au temple du népotisme cliniquement clanique !

Dites donc l’esclandre de la rupture estampillée : bonne gouvernance ! Mon œil ! Une simple vue de l’esprit. Regardez le ciel obscurci de la mécanique médiatico-politique de la désinvolture ! C’est une politique de main basse du clan du pouvoir sur tous les secteurs rentables de l’état, au détriment des hommes et femmes aux compétences et expériences plus soutenues.

Un paradis des marchés de gré à gré, en sus des audits audibles à géométrie variable avec les placements à la pelle des amis, des obligés, des courtisans, des beaux-pères, des frères, des cousins, des cousines, des parents proches ou d’alliance, qui occupent nécessairement des postes de haute stature, non conformes à leurs postures, et qui contrastant parfaitement  avec leurs compétences et  expériences totalement bidon. Disons que nous sommes dans un monde à part. Normal, n’est-ce pas ? Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois.

C’est ça aussi la magie d’un messie, un ingénieur géologue de formation, est spectaculairement le personnage le plus haut placé au sommet de l’état, se métamorphose en obscur multimilliardaire des ténèbres, dont l’indice de son salaire qui contrastait parfaitement avec son patrimoine est devenu, étrangement, le promoteur adulé de la rupture, alors qu’ hier, il était pauvre, très pauvre même, puisqu’il était un simple locataire, qui vivait dans l’anonymat le plus total dans les quartiers populaires de Dakar.

C’est cet homme-là, qui gravit allégrement tous les échelons, sous la bénédiction de son mentor, Abdoulaye wade, son maître spirituel, dont la peau, aujourd’hui, est en charpie, qui le nomma d’abord aux postes taillés sur mesure.

Nommé d’abord, en 2000, directeur de Pétrosen, une société de droit sénégalais. En 2001, il est nommé ministre des Mines et de l‘énergie, ministre de l’Intérieur en 2003, Premier ministre en 2004, directeur de campagne électorale d’Abdoulaye wade, puis président de l’Assemblée nationale en 2007.

Il est remercié en 2008, mais s’en sort bien avec un patrimoine si gigantesque, même s’il fait abstraction d’argent liquide, comme s’il n’a pas de comptes bancaires, malgré les défroques victimaires de façade.

Depuis, l’homme apparemment né sous la bonne étoile, bénéficie d’une fulgurante promotion exceptionnelle de huit ans de partage avec un règne scandaleux de 12 ans, est devenu, depuis le 25 mars 2012, le président de la république du Sénégal.

Les nominations hystériques, totalement scandaleuses des fils et filles de son homonyme à des postes sensibles de l’état correspondent à la vision de l’homme. Bref, le clanisme injurieux sert de prétexte pour une bonne gouvernance. C’est la démocratie clanique à la renverse.

C’est en Afrique seulement qu’on voit de telles absurdités revenantes. Une curiosité d’une démocratie à la renverse, version tropicale. Voilà donc les contradictions matérielles d’une société qui a bien perdu ses repères, un suicide collectif, un recul net en arrière de 50 ans. C’est cela qui explique éloquemment le retard considérable de notre pays. C’est aussi cela, la particularité de la téranga étrange ?

Le combat continue !

Ahmadou Diop

Commenter cet article

Archives

Articles récents