Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


Pour une suppression totale des fonds politiques !

Publié par Ahmadou Diop sur 25 Septembre 2012, 17:46pm

sans-titre-copie-7Après la suppression du sénat et du poste de vice-président, celle des fonds politiques s’impose dés  maintenant et sans conditions !

 

Les fonds politiques  constituent remarquablement une véritable usine dans l’art de la corruption  massive et active, diligentée par le premier magistrat de la république.  Ce n’est pas une démocratie, mais une dictature pure et simple !

Les fonds politiques  résultent incontestablement d’une monarchie  républicaine. Pour autant et pour cause, aucune réforme potentielle n’est à l’ordre du jour pour assainir la bonne gouvernance et la salubrité publique. Macky s’attaque à son mandat présidentiel  qui passe  de 7 ans à 5 ans, mais se garde bien de s’attaquer aux fonds politiques lesquels ne servent qu’à corrompre une certaine clientèle politico-conservatrice apparemment respectable. Motus et bouche cousue sur la question qui fâche.

 Les fonds politiques sont inacceptables à tout point de vue que de conserver cette caisse noire, cette réminiscence hystérique napoléonienne dans la république. Une garantie à vie pour le président de la république et sa propre famille.   .

 

 Avec seulement un seul mandat de 5 ans non renouvelable, le président peut mettre légalement et librement à l’aise  dans son compte personnel  20 mds en l’espace de 5 ans. Sur les 8 mds officiellement disponibles pour son compte personnel,  admettons qu’il en distribue seulement 4 mds chaque année pour sa clientèle politique,  le calcul laisse apparaître incroyablement  un gain d’au moins 20 mds  pour 5 ans pour les beaux yeux d’un empereur. Le  statut du président de la république fait de lui un monarque paresseux, qui vit éternellement au crochet de la république. Même s’il n’est plus président, il bénéficie incommensurablement  d’une assistance élastique totalement inégalée que n’importe quel autre citoyen aussi méritant. C’est  ridicule et  insultant  qu’il faudrait nécessairement  réformer ces pratiques absolument délirantes, déroutantes et immorales. Rien ne peut justifier cette somme mise à sa disposition.

 Nous sommes au cœur d’un régime présidentiel, qui tourne en plein régime. Il dispose de tous les leviers du pouvoir par sa posture que lui confère la constitution. Il est donc par essence juge et partie. Point de contre-pouvoir, aucune ligne Maginot n’est dressée contre lui. Il décide tout seul in fine. C’est un véritable monarque de la République. Si l’on veut réguler des prévarications à répétitions, il faudrait que l’on mette nécessairement un directoire collégial de magistrats totalement libres et indépendants du pouvoir politique pour contrôler l’exécutif et le traduire en justice, en cas de haute trahison, même s’il est encore sur les manettes. A l’instar des grandes démocraties, il est souhaitable de réformer le statut pénal du président de la République. Mais faut-il qu’on ait le courage de dire haut et fort que le principe d’immunité du Chef de l’Etat devient dans les faits, une impunité inacceptable, alors que pendant ce temps, le citoyen lambda est embastillé le plus souvent pour des broutilles ?

Pour cela, il faut nécessairement des institutions fortes, respectables, inviolables avec des hommes libres, indépendants du pouvoir politique, aux compétences requises. Or, dans la plupart des pays africains, dont le régime présidentiel est calqué sur le modèle de l’ancien maître, les mêmes déconvenues résultent en réalité, d’une émanation monarchique, taillée sur mesure pour un seul homme, cette réminiscence ringarde qui ne dit pas son nom.

 

Le combat continue !

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents