Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


Qu’il ne nous fasse pas parler ! Par Modou ngoné Fall DéguèneNdiaye

Publié par Ahmadou Diop sur 31 Octobre 2012, 15:51pm

khalifa-niasse-headerSource : Xalima.com

Ahmed Khalifa Niasse: « Cheikh Béthio Thioune devrait bénéficier de circonstances atténuantes ». Nous n’attendons plus que ça se passe pour agir ! Qu’il ne nous fasse pas parler !

 

Cette contribution ne peut être un réquisitoire, ni un dénigrement aveugle, systématique, encore moins, pour nier la résistance de la confrérie mouride, porte standard de la lutte contre le colonialisme français, mais se veut tout de même objective, par rapport aux faits historiques. C’est un constat.

A cet effet, la ténacité indéniable avec laquelle Cheikh ahmadou Bamba Mbacké, à la fois concepteur et instigateur du mouridisme, a été dans son ensemble, louable, salutaire, positif et constructif pour son combat noble contre les troupes d’occupation, d’autant plus que sous l’impulsion de Cheikh Ibra Fall, son bras armé, disciple de premier plan, a joué un rôle majeur dans la propagation du mouvement par son autorité unitaire, reste incontestablement l’ossature et le catalyseur déterminant par son courage et son abnégation en vers son maître à qui il voua une allégeance et une soumission totale.

 

Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké fut donc une icône exemplaire dans la lutte contre l’impérialisme français. Il se consacra à dieu dont il avouait une adoration sans limite. Pour ses valeurs morales, reconnues, il fut aussi un homme de paix, un érudit audacieux, un exégète du saint coran par sa droiture. Tolérant et militant non violent, il a prêché la bonne parole durant sa vie, car non seulement, il se détournait remarquablement des biens matériels de ce monde, mais a transcendé l’histoire par les preuves de son action sur le terrain au moment où sa propre vie fut mise en danger ; qui lui valut d’ailleurs d’énormes déboires, voire même des épreuves très rudes étayées par des persécutions, humiliations, jusqu’à sa déportation hors de son pays, loin des siens pendant de nombreuses années, pour son refus de se soumettre à l’ordre colonial très répressif. Il est donc un digne patriote qui mérite respect et admiration pour son apport à l’islam et au panafricanisme. Cela étant, pour autant, peut-on passer sous silence les périodes de collaboration de son entourage immédiat avec l’administration coloniale, même s’il ne fut pas lui-même l’instigateur direct ou indirect, jusqu’à nier totalement l’histoire et ne retenir que le côté mythique, idyllique de la chose ?

 

La tradition orale ne prend en compte que le côté lumière prophétique, emphatique, tendant à créer une exceptionnalité divine, mais garde bien dans l’ombre ces échanges.

Après le bâton, place à la carotte et à la collaboration des échanges de service-soutien financier aux efforts de guerre-recrutement des Tirailleurs- alliances et collaboration- campagne électorale de Baise Diagne, franc-maçon, élu député en 1914 à l’Assemblée Nationale française- privilèges matériels par l’octroi de terrains et autres cadeaux encore.

Après le bâton, place à la carotte et à la collaboration des échanges de service. Les relations entre le colon et les hommes de chapelets commencent à changer radicalement et positivement au lendemain de la première guerre mondiale. Les toubabs, maîtres des lieux, versèrent de l’eau dans leur vin après les services rendus. Cela intervient au lendemain de la première mondiale, suite au soutien financier conséquent à l’effort de guerre et par un recrutement massif de talibés très réceptifs au « ndiguël » – recommandation- ou ordre, une consigne émanant de la plus haute autorité spirituelle- ont été engagés dans le contingent de tirailleurs, constituant, ainsi, la chair à canon. D’ailleurs, deux des fils aînés de celui qui fut le bras séculier, considéré comme la cheville ouvrière, pour avoir contribué de façon incontestable à l’expansion du mouridisme, furent partie des recrues. C’est ainsi qu’on vit une implication directe des mourides pour la campagne électorale de Blaise Diagne, premier franc-maçon noir, candidat au poste de député à l’Assemblée Nationale française. Sans le soutien des mourides, la campagne électorale de Blaise Diagne n’aurait pas lieu. Ce n’est donc pas nouveau l’intrusion et la collaboration du religieux sur la scène politique. Rien n’a changé donc. Les rapports historiques entre le religieux et le politique restent ambigus Un rappel nécessaire. Par élégance ou par manque de courage, nos historiens font profil bas, restent aphones et amorphes sur la question brulante. On s’arrête là.

Ahmed Khalifa Niasse bavard et ridicule

Plutôt de faire profil bas et par respect aux morts, certains d’entre eux, comme Ahmed Khalifa Niasse , qui sont loin des exemples de valeurs, en remettent une couche plus épaisse pour pérenniser une prééminence d’un cynisme hideux, bien saillant, en soutenant sans ambages et par devers, le détenu pour lequel ils ont de la sympathie, corporatisme obscurantiste oblige. Non, un peu de moralité, monsieur Niasse, par respect pour la mémoire des victimes et des familles endeuillées. L’amoralité est-elle donc l’apanage des médiocres ? Tout n’est donc pas permis ! Non, n’en rajoutez pas plus pour vous défausser devant l’histoire et vous déculotter honteusement à la seule fin de défendre par la ruse et au nom de l’islam, une certaine caste conservatrice, éminemment bourgeoise, aux allures d’une solidarité grossièrement corporatiste, communautariste !

Mais qui est donc Ahmed Khalifa Niasse ?

Un pédigrée exceptionnel dans le paysage politique. Il est l’ami et le proche collaborateur de wade, son émissaire immédiat auprès du défunt colonel Kadhafi. Ahmed Khalifa Niasse fait ses premiers pas en politique sous la présidence de Senghor. Son parcours politique sera pour le moins contradictoire, et ses nombreux changements de camps (pouvoir-opposition) amèneront beaucoup de gens à se poser des questions sur ses réelles ambitions politiques. Il aime les médias et les prédictions. Un symbole parfait de la mythomanie et de l’opportunisme sans état d’âme, qui mange dans tous les râteliers, une girouette qui tourne au gré au du vent. Il est connu pour ses sorties au vitriol, il a le goût immodéré à l’argent et peu importe sa provenance. Ses retournements spectaculaires font de lui un politicien-marabout atypique dans l’échiquier politique. Apparemment, il est très lié avec certains chefs d’état, notamment ceux des états pétroliers du golfe. En février dernier, Ahmed Khalifa Niasse appelle Wade à s’accrocher au pouvoir, même s’il doit y laisser la vie. Imprévisible et peu crédible. Tantôt, il brocarde wade, tantôt, il le soutient. On ne sait pas lequel Ahmed Khalifa Niasse est le vrai de l’ivraie. En décembre 2011, il a pris faits et causes pour le candidat de la Coalition Sopi, plastronnait, à qui voulait l’entendre, que Wade est l’homme qu’il faut au Sénégal. « Ko kanko. Affaire bi moom la », a-t-il déclaré.

L’insaisissable, Ahmed Khalifa Niasse, un personnage, versatile, curieux, aux multiples facettes hors pair, homme d’affaires, marabout- politicien obscur, contradictoire, il s’acclimate conformément à la météo politique et mute tel un serpent, en fonction de ses propres pulsions incorrigibles au nom de ses intérêts effroyablement personnels, fait parler de lui, dans une déclaration tonitruante qu’on lui connait, sermonne : « Cheikh Béthio Thioune devrait bénéficier de circonstances atténuantes », comme si les actes répréhensibles doivent se mesurer nécessairement à l’aune d’une prétendue respectabilité et non point par rapport aux faits reprochés.

Modou ngoné Fall DéguèneNdiaye

Les vérités d’un internaute Africain solitaire

A suivre……..

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents