Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


Que Karim Wade crée un parti politique, cela ne changera en rien la victoire du vainqueur de demain au bon endroit contre l’envers du décor.

Publié par Ahmadou Diop sur 15 Novembre 2011, 15:28pm

karim

Que Karim Wade crée un parti politique, cela ne changera en rien  la victoire  du vainqueur de demain au bon endroit contre l’envers du décor. Ce que nous avions déjà dit, nous continuons de le réitérer.

 idy et Macky sont aussi tous les deux comptables des mêmes balourdises du maitre des céans. Leur responsabilité  dans la mal gouvernance ne souffre d’aucune ambigüité.

 Les élections présidentielles en 2012. Idy n’est qu’un escroc qui veut organiser un hold up électoral.

En politique, il y a les promesses et les programmes bien ficelés au nom de la ruse pour arriver à ses fins. Et si demain, les engagements ne suivront pas, qu’adviendra-t-il, alors, puisqu’il a été élu ? Souvenons-nous de « wax waxeet »-les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

Finies donc les campagnes électorales ringardes, clouées aux vestiaires, place, désormais, aux spectacles déshonorables, acadabrantesques, à débit illimité, ne souffrant d’aucune ambigüité. Où le farfelu de la tromperie à grande échelle est bien à la mesure de l’indécence titanesque. Circulez, il n’y à  rien à voir !

Idrissa Seck est-il bien l’homme providentiel ? Entre la peste et le choléra, qui faut-il donc choisir ?

Il semble qu’on veuille nous prendre pour ce que nous ne sommes jamais. Entre le machiavel, le fils apparent de son inspirateur, le repris de justice donne bien les preuves bien fournies, accablantes de sa propre culpabilité, il est le signataire des accords du partage du butin, l’homme des niaiseries éternelles, des dénégations et le croyant au chapelet du diable, très riche, qui faut-il prendre en compte ?

La stratégie des rapines politiques semble être la seule option possible au point que le reste de l’échiquier ne vaut pas un seul souci. Curieux ! Mais qu’a-t-il vraiment apporté à la bonne gouvernance de l’alternance, comme preuves matérielles de son intégrité pour prétendre diriger demain le pays ? Il ne sera jamais le serviteur qu’il prétend être, mais un serveur de l’imposture. Voilà la réalité !

Après qu’il se soit livré en spectacle effroyable sur la scène publique avec son mentor qui l’accusait d’avoir détourné plus de 80 mds de nos francs, sur les comptes des fonds politiques, le même homme martèle qu’il est immensément riche.

Déjà au lendemain de l’alternance de l’arnaque, le même homme déclarait sans ambages et sans modestie aucune et, nous le citons : « nos ennuis financiers sont finis ». On dit à qui veut l’entendre, qu’il est sorti de  la bonne école. Mais quelle meilleure école ?

Ce n’est sûrement pas sous ce faux postulat qui élira en lieu et place des Sénégalais. La décolonisation des esprits libres s’impose. De l’indépendance à nos jours, rien n’a changé. Qui serait mieux placé que Cheikh Anta Diop ? Il a été écarté sur commande recommandée. Il semble que la morale douteuse veuille qu’on mette en scelle des contre valeurs dans ce pays. Le vrai africain ne devient un héros que lorsqu’il meurt.

Ce n’est pas notre conception de la démocratie. Idrissa seck ne dispose que d’un cursus scolaire standard. Ici en Europe, nous connaissons des sénégalais valeureux, humbles et qui sont à la hauteur dans des tâches hautement qualifiées dans les domaines de la haute technologie de l’aviation. Pourtant, ces gens là ne font pas de la publicité et dieu sait qu’ils peuvent en faire, sans retenue. Soyons sérieux et n’inversons pas les rôles. Mais ce n’est pas cela leur vision des choses. Ce monsieur là ne représente rien si ce n’est qu’il se croit plus futé que le reste des sénégalais. Il a bien les mains baladeuses et des longues dents. Nous disons les choses telles qu’elles sont et non pas qu’on voudrait qu’elles soient. C’est un magicien obscur. Point.

Qu’on le veuille ou non, Idrissa seck s’est bien servi des fonds politiques pour organiser un hold up électoral. Nous le disons à haute et intelligible voix. Personne ni rien ne nous fera changer d’avis. C’est un escroc tout simplement

Sous l’apparence d’un talentueux visionnaire de façade au service de ses propres intérêts crypto personnels, en sus d’un faux couvert en bandoulière d’ érudit du diable qu’il a toujours affiché, cet homme là, n’est en réalité, qu’un escroc politique, qui pense qu’il serait sûrement le quatrième président, peut être, sous la bénédiction de faiseurs de rois invisibles. Ce n’est sûrement pas une autre nation bienveillante qui élira en lieu et place des Sénégalais, mûrs politiquement et intellectuellement, à l’instar des grandes démocraties, fut-elle une puissance de l’hémisphère du nord jouant les yeux doux pour son poulain apparent. Le parrainage extérieur ne peut régenter la démocratie dans ce pays libre et souverain.

Abdoulaye Bathily n’est candidat de rien puisque les sénégalais, semble-t-il, votent dans leur majorité par appartenance ethnique, religieuse, même si on ne veut pas l’admettre.  Depuis Senghor à nos jours, rien n’a changé. On décide en lieu et place des sénégalais par le « ndiguël » plus soft. Les affinités confrériques priment sur tout. Le vote est bien sectaire et non politique. Que cela plaise ou non ! Ce n’est pas pour rien que les candidats se bousculent chez les chefs religieux à l’approche des scrutins. C’est bien une anomalie de la démocratie dans notre pays. Une démocratie à la renverse. C’est tout sauf un honneur.

Le renard est bien la copie certifiée conforme à l’original. Il n’est  pas crédible d’aucune moralité probante. Il  reste bien et les yeux et les oreilles, la bouche de son inspirateur recalé. Les mêmes discours largement véhiculés, tendant à faire  croire faussement qu’il a bien réglé ses comptes avec celui qui nous dirige actuellement, ne sont, en réalité, que de la poudre aux yeux. Le maire de la Cité du Rail fait du bruit pour couvrir ses propres arriérés et organiser un hold up électoral. Les imposteurs promettant plus qu’ils n’en font, en réalité, s’autoproclament rois, à contrario, les honnêtes gens, qui ne sont jamais mêlés ni de près ou loin, dans des histoires de carambouille ne sont jamais prophètes chez eux. Une singularité bien sénégalaise.

 Le duo clanique - ou la convergence des idées libérales de l’arnaque organisée : même combat. Croire un seul instant que le même couple uni dans la vantardise titanesque, peut nous sortir de l’ornière, relève tout simplement d’une naïveté déconcertante. Le sort du premier tout comme  celui du second est lié à celui de leur inspirateur disqualifié, moralement, politiquement et juridiquement. Il ne peut en être autrement. Nous sommes libres d’esprit. Nous le revendiquons. Que cela plaise ou non ! Nous reprenons toujours du service tant que dieu nous donnera vie. Nous ne pouvons nous laisser embobiner par la chorégraphie macabre de sarabandes loufoques qui ne disposent guère d’aucune honorabilité avérée.

Idy et  son complice immédiat, Macky sont directement comptables des mêmes balourdises du maître des céans.

Du déjà vu, non ? Le mimétisme continue. Désormais, chacun a sa Rama Yade. Le buzz permanent de l’esbroufe.

Léna Séne : la Com de l’arnaque, en lieu et place des sénégalaises. Le Don Quichotte gloutonné converti en usurpateur, prend cause et fait pour la nouvelle directrice de campagne en service et au service de l’imposture palpable, lorsque la table est garnie au lendemain du partage du butin : c’est bien la nouvelle école de l’escroquerie, version idy. C’est bien le scoop d’un repris de justice.  La marque made Rewmi, bien lubrifiée continue donc sur sa trajectoire de mensonges cousus de fil blanc.

Peut- on être à la fois un étrange imam aussi gloutonné et un obscur érudit sous l’apparat en bandoulière d’un chapelet diable ? Le même homme  a bien fait son service chez le même maitre aux reniements prodigieux ?

Le combat continue !

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents