Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


Une Pièce à conviction des nouveaux riches de l’alternance.

Publié par Ahmadou Diop sur 9 Décembre 2011, 19:56pm

Merci du travail remarquable des sénégalais ! L’ancien premier ministre, en l’occurrence, Idrissa Seck, l’homme qui prétend être le probable quatrième président de la République avant l’heure, admet lui-même qu’il a bien distribué les fonds politiques à qui il veut.  L’arrogance de cet homme qui se croit plus futé que l’ensemble nous donne la mesure d’un escroc de grand chemin. Vouloir nous leurrer avec une litanie  de vers coraniques participe à une vaste prévarication de deniers publics au nom d’un islamisme de pacotille. Idrissa seck est un homme dangereux qui ne dispose d’aucune probante crédibilité, si ce n’est qu’il reste le contraire de ce qu’il affiche publiquement. Comment un  tel personnage au cursus scolaire standard peut-il disposer librement en moins de quatre ans d’une société immobilière, de comptes bancaires bien fournis, en sus d’un appartement en plein cœur de Paris en peu de temps ?

  Il est lieu de déclarer publiquement que le représentant de la prévarication doit s’expliquer clairement et le plutôt possible sur l’origine grotesque de sa fortune. Les preuves matérielles de sa culpabilité avérée de concussion financière portant sur des biens immobiliers et des parts de sociétés en France qu’il aurait acquis en France.

Tout le contraire donc de ce qu’il déclarait en réponse à une question de l’honorable journaliste Abdou Latif COULIBALY, sur sa fortune, supposée être la source de sa brouille avec son père putatif. Voilà en substance ce que disait le futur quatrième Président du Sénégal : « Je ne me suis pas enrichi à la faveur du pouvoir. Les seules ressources que mon passage au pouvoir a mises à ma disposition et qui renforcent mes moyens d’intervention politique et sociale, ce sont les fonds politiques que le président de la République lui-même m’a alloués de façon discrétionnaire ».

 D’où viennent donc  les 895 millions CFA qui ont permis l’achat de l’appartement du 41 boulevard Raspail à Paris en mai 2004 ? Quelle est donc l’origine des fonds qui ont permis l’apport dans le capital social de la SCI CIRAS à hauteur de 328 millions CFA en juillet 2004 ? Nous restons à notre faim sur cette question sans réponse. Motus et bouche cousue. Silence totale motivée par une fuite en avant au nom de la politique de l’Autriche. Comment peut-il disposer d’une telle fortune colossale en l’espace de moins de 3 années comme premier ministre ? Un tel parcours ne peut justifier en aucun cas une moisson immense.

 Idrissa seck  était gestionnaire d'une PME d'informatique, Ministre du commerce, Directeur de cabinet du Président WADE, et enfin Premier Ministre du Sénégal.  Voilà les seules fonctions du maire de Thiès. Chassé de sa dernière fonction comme premier ministre,  curieusement,  le même chômeur d’alors, heureux, vit, aujourd’hui comme un pacha avec une vie plus aisée que celle d’un magnat industriel. Etrange probable quatrième président de la république avant l’heure. Il n’’y a qu’en Afrique où l’on trouve de  pareilles âneries, sans que personne lève le petit doigt. Le peuple sénégalais aurait-il l’imprudence d’accorder son suffrage à un individu si riche par le miracle de l’arnaque organisée à grande échelle ? Dans l’hypothèse impensable de son élection comme quatrième président de la république,  ce serait sûrement la victoire personnelle et assurée du wadisme non éclairé du triomphalisme ultra libéral en lieu et place des valeurs républicaines. Car le saupoudrage cosmétique d’un changement continu d’une nouvelle pièce du même moteur débridé créera les conditions nécessairement programmées d’un peuple uni pour le suicide collectif. Pour cela, le péril sera devant nous si nous commettons ce sacrilège impardonnable et irréparable.

 

Pourrions-nous penser une seule seconde que le guichet automatique puisse servir les autres, sans se servir lui-même ? Pourtant,  le même personnage qui ne travaille plus,  voyage librement au gré du vent et  aux quatre coins de la planète sans compter. Le train de vie de cet homme  contraste avec celui de son milieu d’antan quoiqu’il puisse dire, quand on sait qu’il n’a  jamais hérité  d’aucune fortune avérée. Donc charité bien ordonnée commence par soi-même, n’est-ce pas ?

Et Macky Sall, l’éternel collectionneur de  villas de luxe sorties à la pelle, qui se donne complaisamment une sainteté de façade avec  son château tape l’œil  nommé Safari Villa à Mbour, qu’aucun visiteur dans la ville ne peut rater, qui est d’ailleurs contigu  au domaine du "ndéyi mbiligui", l’homme par qui tous les scandales arrivent, en l’occurrence, Abdoulaye wade ?

Il est bien évident que le blanchiment cousu de fil blanc du protocolaire de rebeuss est la résultante de combines politiciennes savamment orchestrées au plus haut sommet de l’état. La complexité du problème ne pouvait que conduire à lâcher du lest au nom du partage du butin bien légalisé par les preuves plus que fournies.

Non, nous ne pouvons pas accepter qu’une certaine liturgie apparemment  coriace, partiale  et partisane, ferme les yeux sur la poisse permanente et qui continue à tirer à bout portant à sens unique, alors que les prévarications à grande échelle du camp ultra libéral d’en face qu’on semble épargner par des pirouettes, peut être, pour cause,  érigent des châteaux comparables à celles de Marbella en Espagne.

En réalité, le régime de l’alternance constitue remarquablement la clé de voûte d’un système parfaitement mafieux dans lequel se cache un banditisme de grande envergure dont figure en première loge l’homme du protocole de rebeuss. Ce qui est convenu d’appeler, désormais, la colonne vertébrale  dans laquelle  se greffent des paniers de crabe,  entre autres, des chômeurs endurcis d’hier, travestis en milliardaires de l’heure, directeurs de journaux  et de radio Fm etc. ? Nous acceptons certaines critiques, mais delà à tout boire,  à tout mélanger, non, nous ne sommes pas d’accord.

 L’insolence de la richesse ostensible fait froid au dos.  Regardons donc les vidéos qui se passent de commentaire !

Le combat continue !

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents