Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


Voter Idy-Macky, c’est voter nécessairement wade.

Publié par Ahmadou Diop sur 22 Novembre 2011, 18:20pm

images-copie-1 Qu’en était-il, alors, du candidat qui négociait avec le ps contre compensation financière ? Lequel candidat venu dans les valises de l’oppositionn’avait-elle pas déclaré sa candidature qu’en octobre 1999 ? La même opposition, républicaine, jadis encensée, hier, jetée en pâture, aujourd’hui, pour les besoins du service, devient comme par hasard infréquentable. Quand l’hypocrisie quand tu nous tiens.
 Nous reprenons toujours du service et mettons en garde les sénégalais apparemment naïfs contre les dangers représentés par les imposteurs snippers aux longues dents : le couple Idy-Macky, la poisse, reste assurément la copie certifiée conforme à l’original, le diable bien connu derrière les grilles du palais.
 
Rappel des faits historiques du protocole de rebeuss pour nous rafraîchir la mémoire.
 
Fonds politiques : « Wade sort ‘son’ protocole de Rebeuss », sous la plume en bonne et due forme du journaliste Amadou Diouf, nous le citons : « Pour prouver la culpabilité d'Idrissa Seck, le président Abdoulaye Wade a exhibé, hier, devant la presse nationale et internationale un protocole dans lequel l'ancien Premier ministre s'engage à rembourser les fonds politiques dont il est accusé de détournement. Mais, cet argent ne devait pas retourner dans les caisses de l'Etat mais était, plutôt, destiné à financer la campagne électorale de Me wade.
 
Pour prouver aux Sénégalais que son ancien Premier ministre s'est illégalement servi des fonds politiques, le président de la République a exhibé, hier, un document dans lequel Idrissa Seck s'engage à remettre à Me Wade la somme de 7 milliards en guise d'acompte sur les fonds politiques. Dans l'attestation, en date du 29 décembre 2005 et paraphée par la notaire Me Nafissatou Diop pour le compte d'Idrissa Seck, il est écrit : ‘Je soussigné, Monsieur Idrissa Seck, ex-Premier ministre du Sénégal, m'engage dès ma libération, à remettre à Maître Ousmane Sèye et à Maître Nafissatou Diop pour le compte de Monsieur Abdoulaye Wade, président de la République du Sénégal, la somme de 7 milliards de F Cfa à titre d'acompte sur les fonds politiques pour l'organisation des élections législatives et présidentielle de 2007’. Plus loin, il est noté : ‘Les élections générales de 2012 seront financées sur le reliquat des fonds’.
Cet homme là est-il vraiment crédible pour diriger demain le Sénégal ?
La bonne marmite se sent par son odeur. Or, cette cuisine aux odeurs nauséabondes nous préoccupent et nous coupent l’appétit depuis mars 2000. De quelle bouche donc sortaient les paroles pestilentielles : « nos ennuis financiers sont finis ? Ces mots de trop qui nous donnaient la chair de poule émanaient donc de la bouche même du maire de la Cité du Rail, Idrissa Seck.
Rebelote comme si rien n’était. Accepterions-nous de dénoncer la candidature de wade, en remettant les vieilles recettes, maîtresses des mêmes pièces du même moteur calé, au risque que celui-ci coulera bielle définitivement ? C’est un non sens. Peut-on vouloir quelque chose et son contraire ?
 
Le maire de la Cité du Rail fait du bruit pour couvrir ses propres arriérés et organiser un hold up électoral.
 
En politique, il y a les promesses et les programmes bien ficelés au nom de la ruse pour arriver à ses fins. Et si demain, les engagements ne suivront pas, qu’adviendra-t-il, alors, puisqu’il a été élu ? Souvenons-nous « wax waxeet »-les promesses n’engagent que ceux qui croient.
 
A ses yeux, les électeurs sénégalais sont sourds, aveugles et muets, semble-t-il penser. Le marketing politique à grand renfort de publicité à la sauce nauséabonde n’y fera rien.
 
Le pacte d’agression déclaré publiquement contre son inspirateur, machiavélique n’est rien d’autre que de la poudre aux yeux, tendant à faire croire faussement que ses comptes sont soldés avec son créateur politique.
 
En même temps et à contrario, on écarte par des pirouettes OTD et Moustapha niasse, en les brocardant comme étant la vieille garde. Il y a là quelque chose de répugnant et d’inacceptable. Ce n’est pas notre vision de la démocratie.
 
Dans nos précédentes contributions, nous disions ceci :pour toutes ces raisons, pourrions-nous être amnésiques au point d’encourir des risques énormes, inutiles, au péril de demain, plus insoutenable que celui que nous connaissons aujourd’hui, pour élire un repris de justice, pris la main dans le sac, en flagrant délit en mensonges, cousus de fil blanc, pour quelqu’un qui ne doit sa promotion que dans les égouts politiques de l’arnaque, et dont la parole n’est jamais de l’argent comptant et pour connaissance de cause ?
La liturgie ambiante masque-t-elle, alors, la candidature du géniteur disqualifié pour mettre en scelle les deux fils apparentés, convertis en casaniers, présumés présentables.Force est de reconnaître qu’au fur et à mesure que les échéances approchent, la machine prédatrice à rancunes des rapines politiques perd les pédales. Et pour cause.
 
Désinformation, manipulation sur benno siggile sénégal. Benno aura bien son candidat de l’unité pour gagner en février 2012.
 
La constitution ne peut être taillée sur mesure pour les yeux d’un homme élu dans des conditions exceptionnelles en mars 2000. Wade n’est qu’un accident de l’histoire.Voter Idy-Macky, c’est voter nécessairement wade. Le règne scandaleux du maître de la mal gouvernance est le plus long scandale de toute l’histoire politico-financière de la république depuis l’indépendance à nos jours. Par ricochet et en toute logique, Idy et son complice immédiat macky, peuvent-ils être dédouanés du bilan le plus lourd de l’alternance de l’arnaque organisée ? Soyons sérieux et conséquents dans nos analyses !
 
Ce que l’on perd de la main droite, on le rattrape par la main gauche, semble-t-on dire. L’ancrage des idées idy-Macky sur l’électorat sénégalais majoritaire n’est pas tout à fait démontré réellement. Arithmétiquement et potentiellement, qu’on le veuille ou non, la principale composante historique de Benno siggile est plus beaucoup représentative sur le microcosme politique que ne l’est le populisme chevaleresque pestilentiel représenté par Macky et idy.Une réalité bien certaine, contrairement à la musique distillée dans les consciences bien érodées. Exceptionnellement, en 2007, le boycott de l’opposition aux élections législatives a fait qu’il a obtenu un score correct. Dire le contraire, participe à un délire invraisemblable.
 
Parlons un peu du maître nébuleux de REwmi ! Etrange chimère de l’hâblerie au service et en service sur commande recommandée. Son chef s’autoproclame comme le probable quatrième président de la république. Faut-il emprunter les chemins sinueux pour être crédible dans ce pays ? La remarquable machine de la filouterie semble faire jurisprudence, nouvelle version de l’anomalie de la démocratie, sortie de terre par wade, mise en musique par le duo uni de la médiocrité affreuse.
 
Et le second ? Macky, le maquisard imaginaire. Qu’a-t-il fait pour le pays ? Il est sorti des ténèbres de l’alternance pour pousser des ailes démesurées Il reste l’arroseur arrosé, alors qu’il était le pire "doungourou"-entendez donc le camérier du maître satanique qu’il prétend combattre aujourd’hui. Les deux larrons ne peuvent qu’emprunter les mêmes voies obscures du gourou ouvrant la boite de pandore. Ceux qui s’accordent à vouloir leur donner la moindre probante présomption sont candides. Contrairement à ce qu’on l’on pourrait penser, le péril du réveil de demain sera pire que celui que nous connaissons, si nous tombons dans le panier de crabes. Tous les deux ont choisi le même moduso opérandide leur maîtrepar les preuves bien fournies : les mensonges blanchis en vérité. L’argent coule à flot par le miracle de mars 2000.
 
Voter Idy-Macky, c’est voter wade, en empruntant les mêmes couloirs de l’indécence. Tous les deux sont coupables et capables des candidats de la sarabande qu’ils portent en eux-mêmes.
 
Impressionnante escroquerie de l’immoralité gloutonne, savamment orchestrée par un roublard, cachant la forêt, pour arriver à ses fins. En politique tout se tient, ici dans ce pays, désarmé, désormais, tous les moyens fussent ils ignobles, sont apparemment bons. Les populations lassées et laissées pour compte doivent fermer les yeux et voter passivement pour des médiocres. C’est sauf un honneur. Au royaume des aveugles, les borgnes sont-ils des rois ? Nous sommes bien dans un pays étrange ! Une société à la renverse, qui inverse les rôles, selon les goûts démesurés d’une certaine stature de pacotille.
 
Et idy ? Oui, justement idy, le repris de justice, pris la main dans le sac. Le protocole de rebeuss est bien parlant, à moins que ceux qui défendent urbi orbi l’indéfendable soient aveugles ou tout simplement de mauvaise foi déclarée publiquement.
 
Macky, idrissa partagent les mêmes valeurs de pourriture avec leur mentor, wade, le gourou des leurres. Leur représentativité en terme de voix bidouillées par des sondages bidon n’est que virtuelle, car nous ne sommes pas assez dupes pour retourner en arrière de 50 ans. Les instituts de sondage marchent au pas de l’argent qui dicte sa propre loi en lieu et place des sénégalais méprisés. Ils disent ce qu’ils veulent qu’ils entendent. Il n’y a aucune parcelle de vérité de ce qu’ils avancent gratuitement.
 
Le combat continue !
Commenter cet article

Archives

Articles récents