Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


Les trois fils de Wade : Le bon, la brute et le truand

Publié par Ahmadou Diop sur 13 Août 2013, 21:53pm

Les trois fils de Wade : Le bon, la brute et le truand

Macky le bon, est fin politicien mais pas intelligent ;

Idy le truand, est intelligent mais pas fin politicien ;

Karim la brute, n’est ni intelligent ni fin politicien.

Mais leur père Me Wade était fin politicien et intelligent. Ce n’est pas pour rien que : ” Wolof Ndiaye néna koula mak eupe la sagar ”

Macky est excellent manipulateur car il a réussi à conduire ses deux ex frères Idy et Karim dans l’enfer de Rebeuss.

De 2000 à nos jours, le pouvoir est entre les mains de Wade, de son fils biologique et de ses deux enfants adoptifs.

Wade a au moins réussi à faire d’un de ses fils adoptifs un Chef d’Etat (Macky) et de faire de ses deux autres héritiers (Idy et Karim), de futurs prétendants au poste de Président de la République.

Me Wade n’était-il pas un visionnaire qui prédisait l’avenir quand il disait qu’il aimerait que le PDS reste 50 ans au pouvoir.

Aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, le débat politique tourne autour de la famille libérale. Ceci prouve que Me Wade a marqué de son empreinte l’histoire politique du Sénégal.

Hier, c’était Wade qui avait mis son fils Idrissa Seck en taule avec la complicité de Macky et de Karim. Aujourd’hui, c’est Macky qui met son frère Karim en prison en attendant d’en faire de même si Idy lui barrait la route pour 2017.

Cette famille libérale est quand même très bizarre car pour le pouvoir, elle est prête à humilier, emprisonner, peut-être même, à tuer.

Tout le monde sait que c’est avec la complicité de Macky et de Karim que Wade avait placardé

Tout le monde sait que c’est avec la complicité de Macky et de Karim que Wade avait placardé Idrissa Seck à Rebeuss.

A l’époque, le plan B qui avait échoué, consistait à monter une mutinerie pour liquider physiquement dans sa cellule l’ancien Premier Ministre Idrissa Seck.

Aujourd’hui, Macky envoie Karim son futur adversaire dans l’enfer de la prison sénégalaise, dans l’optique de le détruire avant les présidentielles de 2017. Mais reste à abattre Idrissa Seck qui clamait haut et fort “avoir été liquidé par son père adoptif au profit du fils biologique” et n’a toujours pas oublié qu’on tenait coûte que coûte à effacer son destin présidentiel.

Il faudra s’y attendre, à chaque période propice, Idy le truand, frappera là où ça fera le plus mal. C’est un baroudeur ambitieux qui n’aime pas perdre. L’épisode de 2004 arrêtant les chantiers de Thiès sur un “rapport” du Ministre de l’Intérieur de l’époque Macky Sall et bien d’autres péripéties, sont des actes que Idy garde en travers de la gorge.

Le Maire de Thiès regarde Macky comme celui qui lui a ravi le palais. Aujourd’hui plus que jamais, Idy conserve toujours son ambition de diriger les destinées du Sénégal. De plus, il n’accepte toujours pas le fait que Macky Sall, son subordonné sous l’ère Wade, soit devenu Président.

Idrissa sortant d’une longue et douloureuse période où il a subi un gigantesque complot d’Etat, fera son propre procès le moment venu.

Le rôle joué par Wade, Macky et Karim dans le passé notamment lors des déboires judiciaires d’Idrissa Seck , ramène au discours que Macky alors Premier Ministre, a tenu devant le corps diplomatique international au « Méridien Président » où ils ont signé “l’exécution politique” d’Idrissa Seck.

Toujours en 2007, blanchi par la justice, Idrissa Seck décide de se présenter comme candidat du parti politique Rewmi qu’il a créé. Coup de théâtre! Sous les ordres de Wade et Karim, Macky revient encore à la charge en convoquant la presse à la Primature pour vilipender Idy. Il informe que des instructions ont été données au ministre de l’Intérieur de ne pas accorder de récépissé au parti Rewmi.

Aujourd’hui, les dernières déclarations des rewmistes et apéristes confortent sur l’impossibilité des deux fils adoptifs de Wade de cohabiter dans un même espace politique.

Le véritable enjeu pour Idrissa Seck, c’est de jouer à fond la carte de la provocation.

Dans ses schémas, il s’agit de poser son leadership en tant que première force politique de l’opposition.

Aujourd’hui, le clan Macky ne supporte plus l’audace, le courage, l’intelligence mais surtout la popularité de Idy qui commence à s’entourer de la sympathie du peuple submergé par la forte demande sociale.

Le locataire de l’Avenue Roume tente de noyer l’ancien Premier Ministre Idrissa Seck en lui ” volant ” ses plus proches collaborateurs, le détachant de sa garde reprochée.

D’un autre côté, Macky placarde l’ancien Ministre de la terre et du ciel et ses fidèles lieutenants dans les gouffres de la prison.

Quoiqu’on dise, la prison a beaucoup renforcé le leadership d’Idrissa Seck et est en train d’en faire autant pour Karim Wade.

Avant les échéances de 2017, Macky tentera le tout pour le tout pour les diaboliser aux yeux de l’opinion nationale et internationale.

Pour l’avenir, l’avantage d’Idy et de Karim sur Macky est d’avoir fait la prison et que la prison forge un homme.

L’heure est grave, la situation tendue, la solution s’éloigne de plus en plus et le constat dépasse le paradoxe.

Djibril DIALLO/Dakar.xibaaru.com

Commenter cet article

Archives

Articles récents