Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

diop-ahmadou-renaissance Panafricaine-Journal-liberté-démocratie- Patriotisme-le Sénégal : demain, c’est maintenant !

Blog Cris le 26/08/09. Ancien pensionnaire du Prytanée militaire Charles Nchoréré de Saint-Louis du Sénégal. Écrivain-Chroniqueur. Recueil de poèmes "Vaincre" aux Editions Saint-Germain-des-Prés à Paris 1991 [France]. Auteur chez Edilivre-Avril 2012 : Collection Classique/Essai/Etude Politique/ Sénégal. Actuellement, résident à Bordeaux. Il est actuellement le coordonnateur de la Conscience patriotique pour le Changement au Sénégal -CPC- ״XAM SA REW - BËG SA REW - JARIÑ SA REW״ -Pour une Nouvelle République Sénégalaise [NRS], saine, démocratique et transparente, la vraie de l’ivraie ! Un fonctionnaire si riche, multimilliardaire des ténèbres des postes politiques aléatoires de nomination Tan Sa bula Nex- n’est jamais synonyme de patriotisme.


Macky Sall : l’arbitraire et la tyrannie.

Publié par Ahmadou Diop sur 19 Août 2013, 22:36pm

Macky Sall : l’arbitraire et la tyrannie.

Des scandales infinis parmi tant d’autres comme système se poursuivent de plus belle dans ce pays étrange.

L’administrateur provisoire d’Ahs, M. Abdoulaye Sylla, un proche du couple présidentiel sénégalais, qui ne dispose d’aucun titre professionnel en bonne et due forme, pour occuper sa posture. Ce même Abdoulaye Sylla traîne bien des casseroles à la pelle. Il est redevable d’une dette de plusieurs 800 millions.

Maintenant, manifestement, le népotisme de classe exceptionnelle et l’escroquerie continuent sur la traque supposée des biens mal acquis. Les pratiques douteuses de la mal gouvernance servent de promotion sociale indue à des cancres incorrigibles de naissance.

« Ku am kudu dulak »-celui qui dispose d’une culière ne se brûle point les doigts, puisque l’homme a été condamné par le Tribunal régional hors classe de Dakar à payer plus de 60 millions de francs Cfa à Oryx Sénégal, pour l’émission d’une lettre de change impayée. Rien n’y fait, car malgré les injonctions à son encontre, Abdoulaye Sylla échappe toujours, comme par hasard.

Le cynisme du culte du népotisme, sous l’ère Macky Sall, contraste avec le discours mécanique médiatique. Une contradiction avec le favoritisme immoral, continue. 450 agents de sécurité licenciés par « le directeur du port autonome de Dakar » sont remplacés par les militants de l’APR de Fatick, qui y tirent leur miel du jeu ténébreux d’un régime bancal, partial et partiel.

Le même rituel qui sévit dans la traque des biens mal acquis se poursuit dans la police.

Jamais de mémoire dans l’histoire politique de notre beau pays, le régime de Macky Sall n’a été aussi décrié, en l’espace de 16 mois, entachés d’amateurisme curieux, pour une prétendue gouvernance. Une simple vue de l’esprit. En vérité, c’est une escroquerie révélatrice d’une incompétence qui ne souffre d’aucune discussion possible.

Manifestement, chaque jour qui passe cache nécessairement des scandales encore plus épais, supplémentaires parmi tant d’autres imprescriptibles, condamnés, condamnables jusqu’à l’infini et qui nous renseignent sur la trajectoire biaisée des usuels, abonnés à ce qu’ils savent faire, depuis qu’ils sont sur les commandes par accident, malgré l’abondance des sorties quotidiennes pour se décharger par la ruse et se défausser honteusement sur l’ancien régime bien meilleur.

Macky sall, sous le prétexte fallacieux que sa formation politique est jeune, est à la fois président de la république et le secrétaire général de son parti politique, cliniquement clanique, tente de se sucrer sur la traque des biens mal supposés qui n’ont fourni, jusqu’ici, aucune preuve matérielle sur la culpabilité avérée des indociles kidnappés et embastillés par la force, toujours encellulés depuis plusieurs mois. Jusqu’à quand seront-t-ils gardés au secret ? Un comble du comble, dans un état supposé de droit.

Non seulement, les manquements au plus haut de l’état font florès avec les charrettes absolues des marchés de gré à gré de plusieurs milliards de francs à n’en plus finir, qui constituent manifestement une religion d’état, mais une césure avec la percussion inflationniste, suffocante.

Une certaine abondance servile médiatique, silencieuse, coupable et complice se fait l’honneur d’être le porte-parole d’un gangstérisme d’état, parrainé par le premier d’entre eux, travesti aux apparences respectables, miraculeusement devenu multimilliardaire en un quart de tour dans des conditions peu honorables, au regard de la morale, en sus des grosses cylindrées luxueuses sorties de terre, on ne sait où et comment, d’ailleurs.

L’affaire de la drogue dans la police : un véritable scandale d’état. Pourquoi donc le commissaire Abdoulaye Niang est-il remercié s’il n’a commis aucune faute ? C’est un non sens. Manifestement, il

y’a une partialité qui ne souffre d’aucune discussion possible, même si on ne l’admet pas. Le sort des uns dépend de leur posture.

Dans le magistère bancal de Macky Sall, le devoir de réserve, c’est savoir et se taire et se complaire dans un silence lorsqu’il passe des actes répréhensibles, palpables au cœur de l’état, sous le faux postulat de discréditer la république, qui pourrait être assimilé au crime de lèse majesté, à savoir les offenses supposées au chef de l’état, une insulte en permanence contre le peuple sénégalais qui l’a élu par un choix à défaut.

Décidément, sous l’ère Macky Sall, le dénonciateur est à la fois passible d’offenses supposées au chef de l’état et d’insubordination à la violation de l’obligation de réserve. Une curiosité.

Monsieur Keita, le dénonciateur ne doit pas être l’agneau du sacrifice.

C’est bien l’abondance de l’arbitraire et la tyrannie d’un règne scandaleux, corporatiste, pris la main dans le sac.

Macky Sall peut se passer des tribunaux et se charge lui-même de trancher librement. Pourquoi donc remettre le dossier à un juge, puisque la messe est déjà dite, si ce n’est pour faire beau ? Le présumé coupable est déjà ciblé d’avance. Une absurdité.

Le trafic de la drogue dans la drogue révélé par Keita n’est que la face cachée d’une vaste escroquerie grotesque de toute l’histoire politique du Sénégal.

Il n’y a ni plus ni moins. L’acharnement du régime népotique de Macky Sall, le plus injurieux de toute l’histoire politique contre monsieur Keita nous révulse à plus d’un titre, démontre qu’il a une vision étriquée d’un état de droit supposé. C’est bien l’esclandre d’un règne avilissant de Macky Sall : des scandales infinis parmi tant d’autres, imprescriptibles à jamais.

Le combat continue !

Ahmadou Diop

Commenter cet article

Archives

Articles récents